0 Shares 1571 Views

Pierre Richard retrouvé par Mathilda May

Hélène Kuttner 18 décembre 2019
1571 Vues

© Pauline Maillet

À 85 ans, le célèbre acteur remonte sur les planches du Théâtre de l’Atelier sous la direction de Mathilda May, dont on reprend la deuxième création, Le Banquet, en janvier 2020 au Théâtre de Paris. Seul en scène dans un éblouissant solo sans paroles, dans un décor qui semble peint par Magritte, l’acteur nous piège de manière faussement désinvolte.

Un univers musical

© Pauline Maillet

Mathilda May aime les mots, sans se laisser piéger par eux. Ce qu’elle préfère, ce sont les images des corps en mouvement, les regards qui interrogent ou qui frisent de rire, les sensations qu’elle met en scène selon une rythmique très jazz, découpée au scalpel de son imaginaire. Une vision du monde chorégraphique, déjà présente dans ses précédentes comédies, Open Space et Le Banquet, composées pour un ensemble de comédiens. Dans un appartement au papier peint grignoté par la vie, Pierre Richard est Monsieur X, un retraité comme les autres qui s’efforce de reproduire des gestes quotidiens, du lever au coucher, alors que ses pensées divaguent et se font la malle. Tim Northam a dessiné un décor aux petits oignons, d’une folle poésie, qui nous fait passer du lit à la salle de bain, puis par la cuisine. La fenêtre fait défiler des cieux striés de nuages blancs, tandis que Monsieur X lutte contre les insomnies, s’imagine en Tarzan sous la douche – habiles vidéos de Mathias Delfau –, se verse du thé en inondant sa nappe et sourit à la toile sur laquelle apparaît le portrait de la femme aimée, rêve ou souvenir.

Réglé comme une partition 

© Pauline Maillet

On entre dans ce spectacle si particulier comme par effraction, pénétrant l’inimité d’un homme acteur de sa propre vie, ombre aux cheveux blancs mais au corps tonique du Grand blond avec une chaussure noire, le film réalisé par Yves Robert en 1972. La musique d’Ibrahim Maalouf déroule ses suaves harmonies de blues et de piano romantique, tandis que le personnage se cogne à tous les murs de son espace vital, débordant dans un aquarium de rêves et de cauchemars, gesticulant, dansant comme dans un film de Buster Keaton ou de Charlie Chaplin. C’est souvent très drôle, car Mathilda May a concocté avec son ingénieur son Guillaume Duguet une réelle partition qui fait constamment écho au moindre geste de l’acteur et constituant des paroles cocasses, burlesques, totalement décalées. Un spectacle onirique et tendre, porté par un Pierre Richard radieux, rassuré par sa metteur en scène, comme une bulle de fantaisie à saisir au vol.

Hélène Kuttner

Articles liés

Rendez-vous au Parc Floral pour le Festival Classique au Vert
Agenda
63 vues

Rendez-vous au Parc Floral pour le Festival Classique au Vert

Classique au Vert et les Festivals du Parc Floral ont dû plus que jamais se réinventer pour proposer une formule inédite adaptée à ce moment si particulier. L’essentiel est là, permettre à la musique de résonner et aux musiciens...

Jamais le deuxième soir à la Comédie Oberkampf
Agenda
106 vues

Jamais le deuxième soir à la Comédie Oberkampf

Quand les femmes font comme les hommes ! Et si les femmes étaient le sexe fort ? Et si les rôles étaient inverses ? Et si elles ne croyaient plus au grand amour ? Et si l’homme idéal venait...

Horéa : “En tant qu’artiste, je veux être libre”
Art
244 vues

Horéa : “En tant qu’artiste, je veux être libre”

Rencontre avec Horéa, une artiste alsacienne qui s’épanouit à travers son art et nous surprend avec des compositions toujours plus détonantes. Elle nous fait aujourd’hui le plaisir de répondre à nos questions. Pour ceux qui ne te connaissent pas,...