0 Shares 1074 Views

Pierre Richard retrouvé par Mathilda May

Hélène Kuttner 18 décembre 2019
1074 Vues

© Pauline Maillet

À 85 ans, le célèbre acteur remonte sur les planches du Théâtre de l’Atelier sous la direction de Mathilda May, dont on reprend la deuxième création, Le Banquet, en janvier 2020 au Théâtre de Paris. Seul en scène dans un éblouissant solo sans paroles, dans un décor qui semble peint par Magritte, l’acteur nous piège de manière faussement désinvolte.

Un univers musical

© Pauline Maillet

Mathilda May aime les mots, sans se laisser piéger par eux. Ce qu’elle préfère, ce sont les images des corps en mouvement, les regards qui interrogent ou qui frisent de rire, les sensations qu’elle met en scène selon une rythmique très jazz, découpée au scalpel de son imaginaire. Une vision du monde chorégraphique, déjà présente dans ses précédentes comédies, Open Space et Le Banquet, composées pour un ensemble de comédiens. Dans un appartement au papier peint grignoté par la vie, Pierre Richard est Monsieur X, un retraité comme les autres qui s’efforce de reproduire des gestes quotidiens, du lever au coucher, alors que ses pensées divaguent et se font la malle. Tim Northam a dessiné un décor aux petits oignons, d’une folle poésie, qui nous fait passer du lit à la salle de bain, puis par la cuisine. La fenêtre fait défiler des cieux striés de nuages blancs, tandis que Monsieur X lutte contre les insomnies, s’imagine en Tarzan sous la douche – habiles vidéos de Mathias Delfau –, se verse du thé en inondant sa nappe et sourit à la toile sur laquelle apparaît le portrait de la femme aimée, rêve ou souvenir.

Réglé comme une partition 

© Pauline Maillet

On entre dans ce spectacle si particulier comme par effraction, pénétrant l’inimité d’un homme acteur de sa propre vie, ombre aux cheveux blancs mais au corps tonique du Grand blond avec une chaussure noire, le film réalisé par Yves Robert en 1972. La musique d’Ibrahim Maalouf déroule ses suaves harmonies de blues et de piano romantique, tandis que le personnage se cogne à tous les murs de son espace vital, débordant dans un aquarium de rêves et de cauchemars, gesticulant, dansant comme dans un film de Buster Keaton ou de Charlie Chaplin. C’est souvent très drôle, car Mathilda May a concocté avec son ingénieur son Guillaume Duguet une réelle partition qui fait constamment écho au moindre geste de l’acteur et constituant des paroles cocasses, burlesques, totalement décalées. Un spectacle onirique et tendre, porté par un Pierre Richard radieux, rassuré par sa metteur en scène, comme une bulle de fantaisie à saisir au vol.

Hélène Kuttner

Articles liés

Un conte de Noël entre Tchekhov et Shakespeare
Spectacle
152 vues

Un conte de Noël entre Tchekhov et Shakespeare

Julie Deliquet et son collectif In Vitro se saisissent aujourd’hui d’un scénario de cinéma pour l’incarner au théâtre dans un espace bi-frontal ouvert à toutes les émotions et aux spectateurs. Dans une grande maison de famille, parents et enfants...

Marina Cars aux Sentier des Halles
Agenda
50 vues

Marina Cars aux Sentier des Halles

Voici bon nombre de questions cruciales auxquelles Marina tentera de vous répondre. Le public peut-il dormir pendant un spectacle ? Est-ce que c’est mieux un médecin qui s’appelle Robert ou Roberto ? Faut-il laver ses soutiens-gorge fréquemment ? Y’...

Réalités, exposition collective à la Galerie Mathgoth
Agenda
54 vues

Réalités, exposition collective à la Galerie Mathgoth

2020 marquera le 10ème anniversaire de la galerie Mathgoth qui a décidé de débuter l’année sous les auspices de 11 peintres à la technique incroyable et dont les œuvres flirtent en permanence avec l’hyperréalisme. D’où le titre évocateur de...