0 Shares 1743 Views

Salomé d’Oscar Wilde

18 juin 2010
1743 Vues
salome_oscar_wilde

salome_oscar_wilde::

 

La scène est noire, complètement dépouillée. Flambent au ras du sol deux photophores. Coté jardin, une niche cachée par un voile. Cette cavité augure le mystère. On saura par la suite qu’il s’agit d’une citerne asséchée servant de prison. Sur le devant de la scène, côté cour, deux amants sont enlacés. Le plus vigoureux, le chef des gardes, Naraboth, lance la fameuse phrase :  « Comme la princesse Salomé est belle ce soir ! ». On pense immédiatement à Maurice Béjart et au ballet du même nom. Et à Mallarmé avec ses nuits d’Idumée : ciel pur semé d’étoiles. Ce qui polarise ici les deux amants c’est la lune : « On dirait une femme qui sort du tombeau ». Le ton est donné.

 

Retenti alors un fracas : la voix de Iokanaan  qui fulmine contre Hérode et la seconde femme, Hérodias, son ex-belle sœur. Iokanaan, c’est Jean-Baptiste, celui qui annonce le Christ. Hérode et sa tribu apparaîtront, à commencer par Salomé, Lolita directement sorti du roman de Naboukov. Donc une enfant fragile et capricieuse. En short argenté. Gwendoline Hénot est superbe de spontanéité dans son rôle, et elle sait bouger, notamment dans la fameuse danse – qui tire ici sur le vaudou. Cette danse en tous cas fait baver son beau-père quoiqu’ Hérode ne soit pas le personnage décadent qu’on imagine. Le timbre de bronze d’Alain Michel lui confère une profondeur aux accents presque chrétiens et c’est avec désespoir qu’il livre le Prophète à la furia de Salomé, soutenue par sa mère Hérodias, la sulfureuse Anne Coutaudier.

 

Xavier Fahy offre son torse décharné, ses accents d’outre-tombe et son regard – « des yeux de taupe sous des paupières tremblantes » – à un Iokanaan qui fait passer le frisson. Comme cette production, relue et repensée par Olivier Bruaux, dont la priorité est le texte : un texte sublime qu’il faut venir entendre.

 

Pierre Bréant

 

 

Salomé d’Oscar Wilde

D’Oscar Wilde

Avec Gwendoline Hénot, Alain Michel, Anne Coutaudier, Olivier Bruaux, Kévin Dagneaux, Xavier Fahy, Fabien Zojajighomi, Adrien Di Carlo, Ea Chhay, Amelie Prévot, Orlane Vignault, Fabien Houssaye.


 



 

Jusqu’au 11 juillet 2010

Du jeudi au samedi, 19h. Dimanche, 15h.

Réservation : 01 43 55 14 80 ou sur le site du théâtre.

 

La Folie Théâtre

6 rue de la Folie Méricourt

75011 Paris

Métro St Ambroise

 

http://www.folietheatre.com/


Articles liés

Venez écouter le nouvel opéra Crépuscules de l’Orchestre Lamoureux
Agenda
105 vues

Venez écouter le nouvel opéra Crépuscules de l’Orchestre Lamoureux

Au crépuscule de ses jours, Lili Boulanger compose D’un soir triste. Affaiblie, percluse de douleurs, c’est la dernière œuvre qu’elle eut la force de noter de sa main peu avant que la maladie ne l’emporte à l’âge de 24 ans....

Mademoiselle in Paris : le nouveau concert symphonique de l’Orchestre Lamoureux
Agenda
96 vues

Mademoiselle in Paris : le nouveau concert symphonique de l’Orchestre Lamoureux

On l’appelait « Mademoiselle ». L’orchestre Lamoureux célèbre Nadia Boulanger, musicienne complète, interprète, compositrice, cheffe d’orchestre (elle fût souvent à la tête de l’Orchestre Lamoureux) et pédagogue au rayonnement mondial, à travers sa musique, bien sûr, et celle de...

Traversez un siècle d’histoire à l’exposition Jouez, Postez !
Agenda
107 vues

Traversez un siècle d’histoire à l’exposition Jouez, Postez !

Du 1er décembre 2022 au 14 mai 2023, le Musée de La Poste propose au public de traverser un siècle d’histoire à hauteur d’enfant, quand La Poste s’invitait à l’école ou à la maison par le biais de planches...