0 Shares 1189 Views

Voilà, un spectacle pour “tout foutre en l’air”

Julie GAILLARD 26 février 2021
1189 Vues

© Julien Medevielle

Après de nombreux courts métrages et une année à jouer un spectacle dans une compagnie bordelaise, Charline Langlet décide de se confronter à la mise en scène pour son travail de fin d’année. C’est ainsi que naît Voilà, une adaptation théâtrale puissante et engagée de l’œuvre de Virginie Despentes.

King Kong Théorie est un manifeste écrit par Virginie Despentes en 2006. C’est une ode au féminisme, à ces sujets encore très (trop) tabous qui méritent d’être entendus, compris et pris au sérieux. Dans cet essai abordé de manière autobiographique, l’écrivaine engagée traite différents sujets tel que le viol, la prostitution ou encore la pornographie, en retraçant son parcours de femme ainsi que les difficultés et enjeux que cela implique.

© Julien Medevielle

Après la lecture de ce texte, son adaptation sur scène est apparue comme une évidence pour Charline, diplômée du Cours Florent. Elle se réunit donc avec quatre autres comédiens, diplômés du Cours Florent et de l’école des 3M, pour faire naître “La Compagnie des Prolo.ttes”. Une même lutte les anime pour ce projet : éveiller les consciences face aux inégalités et stéréotypes liés aux genres et favoriser l’émancipation des femmes.

Chaque personnage du spectacle représente une période douloureuse du vécu de femme de Virginie Despentes, reflet de réalités vécues par encore bien trop de femmes. Capucine Derval joue une jeune femme prête à tout pour s’affranchir des exigences de la féminité et affirmer sa virilité en se comparant à un gorille. Juliette Dumas De La Roque prend le rôle de la punk qui, sous ses airs rock et badass, est anéantie par le viol qu’elle a subi. Lisa Hiton nous parle quant à elle de son combat d’ancienne prostituée pour disposer de son corps. Enfin, Charline Langlet, la metteuse en scène de la pièce, est psychologue et tente de comprendre pourquoi ces personnages sont ce qu’ils sont aujourd’hui. Celle-ci a également fait le choix de rajouter un personnage, Mike Rolland, qui prend le rôle de la transsexuelle afin que chacun et chacune puisse s’y retrouver, l’inclusivité étant au cœur de ce projet.

© Julien Medevielle

Sur scène, un espace relativement sobre où, tout du long, ces personnages profondément attachants narrent leurs expériences respectives, dansent, rappent, chantent, hurlent… Parce qu’après tout, tous les moyens sont bons pour se faire entendre. Derrière, en hauteur, une estrade où se trouve la psychologue qui établit, plus ou moins silencieusement, une étude sur ces femmes qui se confient. Juste au-dessus d’elle, une phrase qui se suffit à elle-même : “Nous sommes la voix de celles qui ne peuvent pas parler”. Petit à petit, chaque personnage se dévoile à cœur ouvert et laisse apparaître au public ce qu’il est vraiment.

© Julien Medevielle

Derrière ce spectacle, un combat politique et universel qui perdure depuis tant d’années, où le féminisme est abordé avec une grande justesse. Les paroles de l’auteur datant de 2006 sont remises au goût du jour et mêlées à des textes écrits par la compagnie pour rajouter leur pointe de “punkitude”. Le fil rouge de la pièce : renverser les codes, faire réagir et “tout foutre en l’air” comme le revendique Virgine Despentes.
Partagé entre le désespoir d’une société encore bien trop misogyne et l’espoir d’une nouvelle génération de femmes qui ose s’exprimer haut et fort, ce spectacle nous bouscule, nous dérange, nous frappe là où ça fait mal et nous oblige à faire face à une réalité : malgré la révolution sexuelle en place, l’égalité entre hommes et femmes est encore loin d’être atteinte.

© Julien Medevielle

Un spectacle à retrouver en Nouvelle-Aquitaine dès la réouverture des salles de spectacle.

Plus d’informations sur les comptes Instagram et Facebook de La Compagnie des Prolo.ttes.

Articles liés

Le Carrefour du cinéma d’animation est de retour, en présentiel, pour petits et grands !
Agenda
10 vues

Le Carrefour du cinéma d’animation est de retour, en présentiel, pour petits et grands !

Après une édition 2020 annulée, le temps des retrouvailles avec le Carrefour du cinéma d’animation est enfin venu. Si l’attente fut longue, elle est aujourd’hui récompensée par la richesse de la programmation et la fidélité de nos invité·es. Vous tenez entre...

Humy propose “Solidarit’Art” : quand les street artists se mobilisent pour la protection de la biodiversité
Agenda
24 vues

Humy propose “Solidarit’Art” : quand les street artists se mobilisent pour la protection de la biodiversité

L’ONG Humy organise pour la 11e fois, une exposition de street art suivie d’une vente aux enchères. Les bénéfices de la vente seront reversés à l’association dans le but d’appuyer les projets de protection de la biodiversité qu’elle déploie...

“Su” : l’installation engagée de Mehmet Ali Uysal qui plonge Le Bon Marché Rive Gauche sous l’eau du 8 janvier au 20 février 2022
Agenda
33 vues

“Su” : l’installation engagée de Mehmet Ali Uysal qui plonge Le Bon Marché Rive Gauche sous l’eau du 8 janvier au 20 février 2022

Des reflets de vagues turquoises dans les vitrines aux icebergs titanesques qui chatouillent les corners beauté du rez-de-chaussée, Le Bon Marché Rive Gauche prend l’eau cet hiver avec les créations immersives de Mehmet Ali Uysal. Une installation au message...