0 Shares 1161 Views

Yes, we Dance !

© Valerie Frossard

Résidences, coproductions, présence chorégraphique sur le territoire… Le Théâtre Louis Aragon et tous les acteurs des Territoire(s) de la Danse le fait depuis 10 ans. Alors ils dansent le 24 mars à Tremblay-en-France pour fêter ça. Un anniversaire pour affirmer la possibilité d’un lien réel et sensible entre des habitants et des artistes. On y court et… on y danse bien sûr !

Situé à 25 kilomètres de Paris, le Théâtre Louis Aragon a fait le pari fou de l’imprégnation par l’art d’un territoire. Fort de ces dix années d’expériences, il affirme aujourd’hui que c’est possible d’emmener l’art dans la vie quotidienne, de donner à l’artiste une place juste et nécessaire dans la société, de toucher autrement les populations.

10 ans de partage

Depuis 2008, 25 compagnies ont fait les Territoire(s) de la Danse à Tremblay-en-France. Parmi les chorégraphes, on trouve Dominique Boivin, Raphaëlle Delaunay, Amala Dianor, Jann Gallois, Bernardo Montet, Anne Nguyen, Mickaël Phelippeau, Salia Sanou. Aujourd’hui, ils font l’actualité de la danse et sont à l’affiche à Paris et ailleurs.

En posant leurs valises au Théâtre Louis Aragon pour une saison, parfois plus, ces compagnies ont partagé le temps de résidence nécessaire pour vivre au rythme d’un territoire, inventer de nouvelles formes de rencontres avec les habitants, proposer des expériences sensibles, développer leur projet artistique en complicité avec une équipe et des publics.

Amala-Dianor-chorégraphe-résidende-Territoire(s)-de-la-Danse-Théâtre-Louis-Aragon-Tremblay-en-France

Amala Dianor © Jef Rabillon

Cette scène conventionnée danse et lieu pluridisciplinaire de Seine-Saint-Denis réalise un travail exemplaire : 34 coproductions, 64 spectacles créés à Tremblay-en-France et en tournée, 380 représentations, 250 projets sur le territoire… Bref, ces activités (création, production, diffusion, éducation artistique) rassemblent une centaine de partenaires différents, avec peu de moyens mais de l’énergie à revendre, des passions chevillées au corps. Progressivement, une dynamique commune, fondée sur de nouvelles collaborations territoriales, s’est en effet mise en place.

C’est possible !

Pas de cahier des charges, pas de commande. Juste une écoute mutuelle : de la démarche artistique, de ce qui se joue dans le corps social, des acteurs du territoire. C’est juste l’essentiel, mais combien le font réellement ? Sincèrement ?

Le projet d’Emmanuelle Jouan, directrice du Théâtre Louis Aragon, repose sur des convictions profondes :

Accompagner les artistes dans leurs recherches en tirant toutes les pistes et idées qu’elles offrent pour entrer en résonance avec le territoire et faire du lien avec ses habitants» Elle emprunte des chemins de traverse, en accord avec la réalité et les attentes de celles et ceux qui aspirent au changement, mais elle va droit au but : concrétiser des pratiques de l’altérité. Ainsi, en produisant un récit de territoire singulier, créatif, c’est un ensemble d’énergies qui se fédère, un territoire qui se réinvente lui-même.

Oui, on peut dire que cette scène conventionnée est d’intérêt national, car cette utopie réalisée contribue à rendre Tremblay-en-France attractive et à modifier l’image d’un département. Riche de sa diversité, dynamique et créative, la Seine-Saint-Denis peut alors montrer l’exemple. En respect avec des démarches artistiques, le citoyen qui devient acteur de ce type d’expériences sensibles, découvre de nouvelles perspectives et s’engage autrement, à travers une liberté de jeu et d’action. Voilà de quoi ouvrir un vaste champ des possibles !

Un manifeste a d’ailleurs été lancé : « 2008 – 2018 : un chemin parcouru, dix années que le Théâtre Louis Aragon s’est lancé dans l’aventure « Territoire(s) de la Danse »… Nous avons souhaité mettre en partage un texte, notre Manifeste, comme un écho à ce mouvement de fond qui nous anime, avant ce rendez-vous anniversaire à préparer et à vivre ensemble le 24 mars 2018 » précise Emmanuelle Jouan.

Programme du 24 mars

Un film, un débat, un repas, des performances, des chorégraphies partagées et accessibles à tous, une fête… Ce programme à voir et à vivre, à partir de 18 heures, fait écho à ces rencontres nourries d’échanges et d’expériences !

Au cours de la soirée, il sera possible de découvrir les performances dansées des compagnies invitées depuis 10 ans, de regarder le film réalisé par Dominique Philiponska, vidéaste de Territoire(s) de la Danse, de débattre « Partager l’art, c’est possible ! » (en présence des partenaires institutionnels, d’élus, d’artistes, de chercheurs et d’acteurs du territoire). Mais on pourra aussi partager des souvenirs autour d’un repas et faire la fête sur le dance floor avec Leslie Barbara Butch (Dj set), au rythme des Yes we dance ! spécialement concoctées par les artistes.

Une soirée d’anniversaire afin de prendre date, aussi, pour l’avenir !

Sarah Meneghello

Articles liés

Sarah McKenzie – New Morning
Agenda
60 vues
Agenda
60 vues

Sarah McKenzie – New Morning

Dans le sillon de Diana Krall, l’australienne Sarah McKenzie s’impose parmi les grandes voix du jazz. Elle surprend par la pureté de son timbre de voix et un phrasé swing naturel. Que dire de mieux, une voix à part,...

La magie du « Mahabharata » à l’épure japonaise
Spectacle
181 vues
Spectacle
181 vues

La magie du « Mahabharata » à l’épure japonaise

La Villette accueille la grande épopée indienne du Mahabharata, épurée par la main d’un artiste japonais majeur : Satoshi Miyagi. Un voyage à travers l’imaginaire de l’humanité et de notre enfance : « Ce Mahabharata – Nalacharitam » est une...

Carnival, le rêve d’un ogre ridicule – Le Cirque Electrique
Agenda
78 vues
Agenda
78 vues

Carnival, le rêve d’un ogre ridicule – Le Cirque Electrique

CARNIVAL, un conte de cirque d’Eugène Durif avec des personnages grotesques faits de plastique, pantins de colle et de pétrole d’or… Un cirque automate où fildefériste, jongleur, contorsionniste, clown, trapéziste, roue Cyr… se jouent d’un manège d’animaux en toc....