0 Shares 253 Views

Premier Amour – de Samuel Beckett – Théâtre de Nesle

Agathe Louis 15 décembre 2017
253 Vues
premier amour samuel beckett theatre de nesle pascal humbert mo varenne theatre artistik rezo paris

“Mais quelle importance, la manière dont les choses se passent, du moment qu’elles se passent ?”

“Premier Amour” est une nouvelle écrite en 1946 par Samuel Beckett, qui a été peu présentée au théâtre, dans laquelle un homme tente de raconter son premier amour…

Note d’intention de la metteuse en scène Mo Varenne

C’est un texte à la confluence du théâtre et de la prose. Il laisse une liberté totale à l’acteur et au metteur en scène, non pas d’une interprétation spiritualiste ou intellectualiste, mais celle de montrer un homme parlant du tourment d’exister.
Cet homme qui parle tout seul, comment le montrer sur une scène ? Aucune indication de jeu, de déplacement. Aucun évènement extérieur qui pourrait faire imaginer que l’acteur bouge. Le texte est une invitation au voyage intérieur. L’extérieur présent n’existe pas. Tout est souvenir.

Le décor : un banc, un banc anonyme semblable à celui qu’il raconte ; et des feuilles suspendues, des feuilles d’écriture, seuls témoins durables de ses réflexions, à moins qu’elles tombent à l’automne.

L’homme qui expose ce qui se passe dans sa tête entraîne les spectateurs dans un va et vient rythmant et activant le déroulement de sa pensée. Mouvements de plus en plus minimalistes à l’instar de l’entreprise de décapage de son récit. De brèves digressions : quelques petits cailloux d’humour pour ne pas se perdre, de courtes bouffées de tendresse et ce chapeau, celui du père, qui ne le quitte pas. Il parle de sa rencontre avec une femme, de son amour. Il le tourne et le retourne, c’est un poids sur le cœur, une obsession. Il le parle, il l’écrit, dans sa tête, cet amour trop pesant, trop tourmentant, cette pierre sur le cœur, qu’il roule. Il la roule comme la vague sur la grève, que ce premier amour devienne un galet dur et lisse… Lisse de tout amour.

Entreprise douloureuse que cette volonté de précision obsessionnelle et ce désir de se débarrasser de tout dérangement pour atteindre un état d’“existant” à l’instar du végétal ou du minéral.

Mo VARENNE

Articles liés

« La maladie de la mort » : Marguerite Duras vue par Katie Mitchell
Spectacle
157 vues
Spectacle
157 vues

« La maladie de la mort » : Marguerite Duras vue par Katie Mitchell

Voici peut-être le texte le plus énigmatique, le plus dérangeant de Marguerite Duras, une exploration de l’amour, du sexe, de la vie et de la mort entre un homme et une femme. Metteur en scène mondialement connue, Katie Mitchell monte le texte avec des caméras qui fouillent l’intimité, Irène Jacob en narratrice et Laetitia Dosch […]

Le Grand Prix du Festival d’humour de Paris – Bobino
Agenda
36 vues
Agenda
36 vues

Le Grand Prix du Festival d’humour de Paris – Bobino

Pour clôturer sa troisième édition, le festival d’humour de Paris vous offre la crème de la crème des humoristes de demain sur la scène de Bobino. Venez assister à l’éclosion des plus grands talents de demain, et participer à une aventure humoristique unique ! Après avoir parcouru les Festivals, les Comedy club, Avignon et les scènes […]

Nourritures – Café de la Danse
Agenda
33 vues
Agenda
33 vues

Nourritures – Café de la Danse

Après son succès au Tarmac le 9 décembre dernier, NOURRITURES de la chorégraphe Marie Perruchet (Cie Body Double) sera joué 2 soirs au Café de la Danse les 26 et 27 janvier 2018. Les Nourritures Terrestres est un oeuvre de jeunesse d’André Gide publiée en 1887. Œuvre hybride, il s’agit d’un roman-poème qui mêle souvenirs des voyages méditerranéens, récits d’expériences […]