0 Shares 344 Views

Codex Urbanus : « Je n’habite qu’à temps partiel dans le réel ! »

12074485_1192559830787355_3944545995428545293_n-1

Vandal Vision

Codex Urbanus

Jusqu’au 26 mars 2016

Galerie Ligne 13
13, rue de la Condamine
75017 Paris
M° La Fourche

galerieligne13paris.blogspot.fr

Avec son bestiaire au long court, le parisien Codex Urbanus sème le merveilleux dans la ville. Rencontre avec l’artiste, qui expose actuellement à la galerie Ligne 13.


Comment est né ton projet de bestiaire ?

J’ai toujours dessiné, depuis l’enfance (à l’époque, j’aimais les villes, et les monstres, déjà). Mais je suis autodidacte en la matière. Longtemps, j’ai travaillé dans des bureaux, et je dessinais tout le temps, par exemple en réunion. Jusqu’au jour où j’ai travaillé en extérieur, et je n’ai plus pu le faire. Il y a eu un vrai manque. J’ai vu que d’autres dessinaient sur les murs, et j’ai eu l’idée de me lancer. J’ai commencé par coller de la céramique, mais on me les volait tout de suite, et c’était lourd à transporter, je devais prévoir à l’avance mes interventions… J’ai fini par dessiner au marqueur. Et la greffe a pris : le premier jour où je l’ai fait, ca a été magique. Quelques années après, j’y suis toujours. Je voulais offrir une cohérence, mais éviter le côté répétitif de certains artistes qui se sont trouvés une marque de fabrique et font la même chose depuis des années. J’ai eu l’idée de ce bestiaire à base de chimères. Au début, codex urbanus, c’était le nom du bestiaire, mais tout le monde s’est mis à m’appeler comme ça…

12742637_1269694203073917_3464139800669510283_nTravailles-tu d’après croquis, avec une forme déjà établie en tête ?

Non, cela se fait au dernier moment. Ca dépend du mur, de mes envies. L’animal me vient sur place, et le nom ensuite. Je ne refais jamais le même. J’en suis à plus de 200 ! C’est un vrai bestiaire manuscrit qui a défilé sur les murs. Avec sans doute autant de créatures qui attendent de naître… Même moi, je me surprends. Je ne fais pas de croquis, parce qu’à partir du moment où j’en ferais un, ce sera plus réussi, plus proche de la réalité. Et ce n’est pas le but. Je veux une image assez primitive, comme dans un dessin d’enfant. Comme je n’ai pas de formation artistique, je tente des choses. Parfois ça marche, parfois non. J’aime ce côté apprenti sorcier.

12509128 1257076607669010 6246835080323734767 n

On pense aux bestiaires médiévaux…

Bien sûr.  Ce parallèle se fait naturellement. Mon travail est naïf, je travaille de tête, sans me documenter. Et je me rends compte que je me trouve dans la même situation qu’un moine copiste du treizième siècle, qui veut faire un lion, n’en a jamais vu, et doit se fonder sur des récits plus ou moins clairs, plus ou moins précis… Je joue aussi avec les livres scientifiques de l’ancien régime, avec leur côté scientifique et rationnel et brut d’une part, brut et sensible de l’autre. C’est la jonction des deux qui est intéressante.

 

12592342 1255119707864700 4532912532146947864 nD’où le choix des monstres ?


La chimère m’est naturelle… Je n’habite qu’à temps partiel dans le réel. Je suis toujours en train de rêvasser à d’autres mondes, d’autres créatures. L’art, c’est pour moi montrer des choses qui n’existent pas. J’aime extirper des choses de mon esprit et les traduire sur le papier. Quand je dessinais des villes, elles étaient utopiques !

 

Te sens-tu proche du monde de la bande dessinée ?

On fait souvent le parallèle avec Sfar, ou Blain. Ce sont des gens qui font des monstres, et un peu comme moi, un peu à l’arrache.

 

12360065 1228283503881654 2931388784251792310 nIl y a aussi un côté cabinet de curiosité dans ton travail…

Complètement, à cause de cette dimension de collection. J’imagine que dans mon château intérieur, il y a une pièce de marbre blanc, des vitrines, et à l’intérieur, des tonnes de créatures étranges dans des bocaux… J’utilise aussi beaucoup la symbolique alchimique. Je considère qu’un dessin c’est une porte vers une autre dimension. Peut-être que tout ça a un sens que je ne peux pas donner, ou qui se révèlera plus tard… Je préfère d’ailleurs garder le mystère sur le pourquoi des numéros, la façon dont je les choisis !

 

12392059 10206795485143300 3917886722321888260 nComment choisis-tu tes lieux d’intervention ?


Je ne travaille jamais sur des murs en pierre de taille. J’estime qu’un dessin n’a rien à y faire. Mais il existe assez de murs moches à Paris pour que j’ai de quoi m’amuser. Dans le dix-huitième, où j’habite et où je peins, il y a un urbanisme compliqué, avec beaucoup de décrochements, de dents creuses… Je n’ai pas besoin de chercher. Et la mairie recouvre très efficacement, ce sont autant de nouvelles pages blanches… Je peins la nuit, parce qu’il y a moins de monde, moins de risque de tomber sur une patrouille. C’est plus magique, aussi : place du Tertre à trois heures du matin, je suis la seule personne debout, sans passant, sans voitures…

 

12079190 1191476360895702 7978278553138142372 nLa  quête de magie, c’est ce qui t’anime ?

C’est un peu comme ça que je conçois l’art d’une manière générale. Dans le street art, on trouve beaucoup d’artistes qui sont engagés politiquement, mais la plus belle cause, c’est celle de l’humain : le droit au rêve. Aujourd’hui, il faudrait forcément que l’art soit engagé. Je milite un peu pour le contraire. Pour que l’art n’ait d’autre but que de faire rêver, d’offrir une alternative au réel.

 

Quels sont tes projets ?

En ce moment je suis à l’affiche de la Galerie Ligne 13 avec un solo show intitulé Vandal Vision, et qui transforme la galerie en lobby d’un cinéma d’une autre dimension, où affiches de film vintage et photos d’exploitation sont impactées par l’apparition inopinée de créatures étranges, laissant le spectateur se raconter une nouvelle histoire sur un film pré-existant… Je serai prochainement au Musée Moreau, à l’occasion de la nuit des musées, puis pour une exposition ! C’est lieu magnifique, où l’on ne peut rien toucher ni bouger. Je devrai trouver des interstices où glisser mes œuvres en créant la surprise. Pour moi, Gustave Moreau était l’un des derniers à créer un monde onirique comme je les aime, et je suis très heureux de cette aventure, que j’ai provoquée en allant les voir.

Sophie Pujas

Articles liés

« La marche forcée de l’art » – Colloque International aux Beaux Arts de Paris
Agenda
45 vues
Agenda
45 vues

« La marche forcée de l’art » – Colloque International aux Beaux Arts de Paris

« La marche forcée de l’art », 3e édition du colloque international des Beaux Arts de Paris se déroulera du mercredi 6 juin au jeudi 7 juin 2018… Depuis 2016, un colloque international annuel accueille pendant deux jours au printemps, artistes, professionnels et intellectuels du monde entier autour d’un thème synthétisant les enjeux spécifiques aux […]

Une exposition vente pour découvrir la richesse des métiers d’art
Art
180 vues
Art
180 vues

Une exposition vente pour découvrir la richesse des métiers d’art

Ce week-end, Métiers d’art fête ses 30 ans. Près de 150 créateurs exposent à Saint-Leu-La-Forêt, dans le Val d’Oise. En artisans, en artistes, en virtuoses ! « Gestes et matières » : une sortie familiale à programmer avec petits et grands. 30 ans de créations ! Cette manifestation est désormais incontournable dans le secteur des métiers d’art. Saint-Leu Art Expo, qui l’organise, fait partie de […]

Pascale Guthmann : « 30 ans de créations, fruits d’alchimies singulières de gestes et de matières »
Art
181 vues
Art
181 vues

Pascale Guthmann : « 30 ans de créations, fruits d’alchimies singulières de gestes et de matières »

Du 25 au 27 mai, Métiers d’art célèbre ses 30 ans. Près de 150 créateurs exposeront à Saint-Leu-La-Forêt, dans le Val d’Oise. Rencontre avec Pascale Guthmann, présidente de l’association organisatrice Saint-Leu Art Expo. Pouvez-vous nous présenter Saint-Leu Art Expo ? Nous faisons partie des associations engagées en faveur du rayonnement des métiers d’art. Concrètement, cela signifie que nous favorisons la création et les rencontres pour […]