0 Shares 38 Views

L’art pas triste selon Erwin Wurm

19 novembre 2009
38 Vues
Erwin_Wurm

Jusqu’au 31 janvier 2010
Munich

L’artiste contemporain Erwin Wurm expose ses dernières oeuvres à la célèbre Kunstbau munichoise, et propose à travers des créations absurdes une interactivité bienvenue. Dans un univers qui forcément divise, dérange parfois, l’artiste autrichien se moque de tout, comme de lui-même.

Coller à la réalité pour mieux choquer

Qu’est qui change une situation banale en une oeuvre dotée d’un sens et d’une existence propres ? Cette question agitée aura brûlé bien des lèvres chez les visiteurs de toutes les expositions d’oeuvres contemporaines. Où se trouve la limite ? A cette question, Erwin Wurm répond simplement qu’elle n’existe pas. L’art est dans la vie, l’en sortir serait déjà une faute. Est-ce à dire alors qu’il ne faut rien y changer, la capturer seulement ? Bien au contraire, il faut, toujours selon l’inventeur des célèbres One minute sculptures, l’altérer. Créer non pas une différenciation, mais une distorsion.

 

Erwin_fat_car

L’exemple de cette voiture qui semble faite en chewing-gum n’est que l’une des expressions de cette affirmation amusée, faite d’une douce ironie : peut-on la conduire ? Le moteur est-il en mousse ? A quoi peut bien ressembler son conducteur… en modifiant un paramètre du réel, l’artiste nous montre des objets dont nous avons l’habitude, mais nous en enlève la familiarité. La réalité est toujours la nôtre, mais ne nous appartient plus tout à fait. Comment alors reprendre prise sur elle? En devenant nous-mêmes des oeuvres d’art.

Soyez ridicules, faites ce qu’il vous dit

Car il n’y a pas seulement à voir, mais aussi à faire, dans cette agréable galerie située au coeur du Munich de la Renaissance. En plus des photos, des silhouettes humanoïdes et des couleurs flashy, des estrades ont été dressées, avec parfois une, deux chaises y trônant nonchalamment. Il convient alors d’avoir l’audace d’y monter, et de suivre les instructions notées à même le sol par la main d’Erwin ; et c’est, sans gâcher la surprise, l’endroit que préfèrent les enfants, et que devraient adorer les adultes.

Là se trouve sans l’ombre d’un doute un autre trait majeur de l’oeuvre présentée et de la pensée de son auteur : l’humour est le meilleur médium, et à l’inverse, le sérieux est une carapace qui rend le réel, le vrai celui-là, pesant jusqu’à l’insupportable. Comme pour le prouver, l’exposition est une véritable incitation à sourire, à se moquer de l’artiste, qui fait son autoportrait « en cornichon », d’une vie si prompte à nous donner des habitudes que le moindre changement nous laisse sans voix, et enfin de nous-même, de notre auto-satisfaction, et de notre extraordinaire prétention à tout comprendre, tout expliquer.

 

Erwin Wurm se moque de nous avec beaucoup de classe, de fraîcheur, et attend en retour le même traitement. Ne le faisons pas attendre.

 

Matthieu Balu

 

 

17 octobre 2009 – 31 janvier 2010
Kunstbau de Munich
Städtische Galerie im Lenbachhaus
Luisenstrasse 33
80333 Munich
du mardi au dimanche, 6h-10h.

Articles liés

Festival des Photaumnales aux couleurs de la Caraïbe
Art
28 vues
Art
28 vues

Festival des Photaumnales aux couleurs de la Caraïbe

Pour sa 14e édition, le Festival des Photaumnales de Beauvais ouvre ses portes jusqu’au 31 décembre 2017. À partir d’archives et de collections privées, des photographes contemporains mettent en avant les territoires de la Martinique et de la Guadeloupe. Avec leur regard attentionné, les 36 photographes invités nous plongent d’emblée dans diverses époques et milieux. Issus […]

Sulki et Sulku nouveaux héros de Jean Michel Ribes
Spectacle
32 vues
Spectacle
32 vues

Sulki et Sulku nouveaux héros de Jean Michel Ribes

Echappés de « Musée Haut, Musée Bas » où ils figuraient en tant qu’oeuvres d’art, Sulki et Sulku sont les nouveaux héros de Jean-Michel Ribes incarnés par de jeunes comédiens épatants, Roman Cottard et Damien Zanoly. Des Bouvard et Pécuchet coincés dans une installation muséale contemporaine high tech qui n’arrêtent pas de jaqueter comme des coqs mondains. […]

Jeanne – Théâtre du petit Saint-Martin
Agenda
37 vues
Agenda
37 vues

Jeanne – Théâtre du petit Saint-Martin

C’est pas parce qu’elle est vieille et seule qu’on doit lui sourire bêtement. Entre comédie et drame, la pièce décrit le fossé parfois profond entre les solitudes et les politiques sociales plus électoralistes que sincères. Jeanne est une fonctionnaire à la retraite. Demoiselle, elle vit seule dans son appartement parisien en haut d’une tour. Son […]