0 Shares 52 Views

Tia-Calli Borlase – Aponia

11 janvier 2010
52 Vues
Tia_Etreinte_technique_mixte_2009

 

Les sculptures membranes sont construites à partir d’éléments utilisés en couture et marquent une prédilection pour les baleines de corset, les bonnets rembourrés de soutiens-gorge, les tissus soyeux, les boutons nacrés… Tous ces éléments sont alors assemblés de façon à former des sculptures légères et fragiles dont les formes évoquent volontiers les fesses humaines, les méduses et les chevaux (deux espèces associées à la sexualité). Certaines de ces sculptures peuvent être portées par un corps, mais seulement à l’occasion de nouvelles étapes artistiques, pour des prises de vues, par exemple. Elles se voient également mises en scène et photographiées dans des espaces architecturaux des quatre coins du monde où leur délicate volatilité contraste avec les vestiges archéologiques des anciens temples du site d’Angkor, pour ne citer que cet exemple.

Le poids de la légèreté

Tout le travail de Tia-Calli Borlase se joue des paradoxes et se développe sur plusieurs niveaux de création : la sculpture qui emprunte la technique rarement sollicitée en arts plastiques de la couture, cette première production indépendante peut alors participer à une nouvelle création photographique, elle-même indépendante. L’artiste s’amuse ainsi à troubler les frontières de sa création à multiples facettes formelles et conceptuelles. La légèreté des sculptures et leur structure contraste avec les sujets qu’elles traitent : le corps charnel, animal, pulsionnel, le désir nourri d’un univers discrètement, mais sûrement, imprégné d’une imagerie sado-masochiste et interpellant volontiers la pratique du Bondage si chère à Araki. A ceci près que l’artiste est une femme et, comme c’est souvent le cas, traite le thème de la sexualité avec une finesse rarement observée chez les artistes masculins plus explicites et frontaux dans leur démarche. Ici, la sensualité est mise en avant et nous évitons toute création érotique ou pornographique tout en traitant clairement et sans détour de la sexualité et du désir. Il s’agit d’un tour de force démontrant la maturité artistique de l’artiste et la subtilité de son approche toujours expérimentale et ouverte à ses propres évolutions.

Tia_sein_versus_fesses_technique_mixte_2009

 

© Tia-Calli Borlase, Sein versus fesses, technique mixte, 2009.

 

 

Ouvrir un monde

Tia-Calli Borlase est un nom d’artiste, une création en soi : Borlase était un scientifique, naturaliste espagnol du XIXe siècle, dont la spécialité consistait à découvrir de nouvelles espèces de méduses ; Calli est d’ailleurs le diminutif d’un nom de méduse, alors que Tia, d’une langue à l’autre, peut désigner la femme ou l’amour.
Son travail a ceci de percutant qu’il joue du retrait et du vide. Installées dans l’espace, les sculptures ont autant d’importance que leurs ombres projetées sur les murs, ce qui leur confère un aspect fantomatique tout en doublant leur valeur plastique. Les sculptures installées aux quatre coins du monde sont toujours exemptes de toute présence humaine. Et, même La Chevale, les petites photos sensuelles montrant des fesses de femme revêtues des sculptures membranes leur greffant une queue-de-cheval, même elles donc, malgré la présence charnelle de ce corps, se soustraient, par l’absence de visage, à toute incarnation pour construire un cabinet de curiosité, un espace de fantasme onirique et hybride.

Il reste beaucoup à dire du travail de Tia-Calli Borlase, mais apprécions ici, en guise de résumé à la fois léger et efficace, la liste des mots clés qu’elle a dressée pour définir les points essentiels de sa pratique : Condensation – Réversibilité – Polymorphie – Hybridation – Equivoque – Dissimulation – Ambiguïté – Fragilité – Légèreté – Séduction – Ironie – Humour – Osciller – Suspension – Suspendre – Ruser – Combiner – Corseter – Structurer – Coudre – Articuler – Lier – Rituel – Anatomie – Membrane.

Lorraine Alexandre

 

Pour une géographie du désir – Tia-Calli Borlase

Vient de paraître : le premier catalogue de Tia-Calli Borlase préfacé par Paul Ardenne, disponible à Aponia, 20 euros

 

Du 9 janvier au 21 février 2010

Samedi et dimanche : 14h à 19h
Les autres jours sur rendez-vous

Contact : aponia@wanadoo.fr
Tél: 01 49 30 57 29/06 20 49 36 90

Entrée libre

 

Aponia, Centre d’art contemporain
6, avenue Montrichard

94350 Villiers-sur-Marne

www.aponia.fr

 

Articles liés

L’emmerdante – Théâtre Essaïon
Agenda
6 vues
Agenda
6 vues

L’emmerdante – Théâtre Essaïon

« Ceux qui ne pensent pas comme nous sont des cons » écrivait Brassens. Telle est la devise de Mathilde. Mathilde est l’emmerdante. Elle se retrouve pour la 6ème fois à la PJ pour avoir manifesté et assumé un peu trop fort ses convictions. Louis est l’inspecteur qui va la mettre pour la 6ème fois […]

The Ride – Documentaire de Stéphanie Gillard
Agenda
11 vues
Agenda
11 vues

The Ride – Documentaire de Stéphanie Gillard

Chaque hiver, une troupe de cavaliers Sioux traverse les grandes plaines du Dakota pour commémorer le massacre de leurs ancêtres à Wounded Knee. Sur ces terres qui ne leurs appartiennent plus, les aînés tentent de transmettre aux plus jeunes leur culture, ou ce qu’il en reste. Un voyage dans le temps pour reconstruire une identité […]

Ni juge, ni soumise – Documentaire de Jean Libon et Yves Hinant
Agenda
10 vues
Agenda
10 vues

Ni juge, ni soumise – Documentaire de Jean Libon et Yves Hinant

Ni Juge ni soumise est le premier long-métrage StripTease, émission culte de la télévision belge. Pendant 3 ans les réalisateurs ont suivi à Bruxelles la juge Anne Gruwez au cours d’enquêtes criminelles, d’auditions, de visites de scènes de crime. Ce n’est pas du cinéma, c’est pire. Retrouvez aussi notre dossier avec toutes les sorties ciné […]