Invader-bandeau2


Un Petit garçon

Écrit et interprété par Élie Pressmann

Mise en scène de Catherine Hubeau

Jusqu’au 24 avril 2016
Du jeudi au samedi à 19h45

Le dimanche à 18h

Réservations en ligne
ou au 01 42 78 46 42

Durée : 1h20

Théâtre Essaïon
6, rue Pierre au Lard
75004 Paris

M° Rambuteau ou Hôtel de Ville (lignes 1 et 11)

www.essaion.com

un petitgarconJusqu'au 24 avril 2016

Élie Pressmann, auteur et interprète, parle du petit garçon qu’il fut, enfant juif emporté dans le drame de la guerre. À 83 ans, il soulève une émotion sans âge, juvénile, grave, profonde, sincère, qui touche le public de toutes générations.

Comment ne pas frémir devant cet homme dont la grâce malgré les décennies est intacte ? La silhouette demeure svelte et souple et le visage est semblable à celui de l’enfant qui est sur l’affiche, semblable oui, aussi doux et souriant, hormis quelques rides tendres qui viennent encadrer les joues sous les beaux cheveux blancs. Comment ne pas ressembler à soi-même malgré le passage du temps, cela semble évident ? Pourtant, dans le cas d’Élie Pressmann, cette ressemblance est plus nette, elle paraît avoir défié le temps et pris une délicate revanche sur la cruauté du destin. Cet homme aurait pu être brisé et assombri et on le retrouve irrésistiblement enfantin, malicieux et charmant. Tel qu’il fut, petit garçon prénommé Élie, vivant à Paris au sein d’une famille aimante et joyeuse dont les trois sœurs aînées l’entourent autant que ses parents d’une affection propice à un avenir heureux.

Elie097Seulement voilà, la déclaration de guerre et les lois de 1942 sur le statut des Juifs viennent tragiquement modifier le cours de la vie familiale. L’exode, la cachette chez une prostituée du sixième étage durant la rafle, puis la fuite en ordre séparé, le passage de la ligne de démarcation, l’accueil par Antoine Besson, un homme merveilleusement bon, dans un village de Savoie, tout cela Élie Pressmann le raconte et le met en scène en optant pour le pronom personnel "il", alors qu’il parle de lui il y a presque soixante-dix ans. Il se souvient de ces années de guerre et les narre avec ses yeux d’alors, transformant des anecdotes autant que la grande trame de l’histoire en faits parfois cocasses ou en séquences puériles. On le voit à l’abri à la campagne, rejoint par une partie de la famille mais tenaillé par l’angoisse de l’attente de celle qui fut son premier amour : sa mère. Il la peint avec ses mots, empli des sensations de petit enfant cajolé. Il se souvient de certaines paroles, certaines caresses, des regards, des impressions qui entourent la figure maternelle d'une perfection d’ange. C’est cette mère qu’il n’a cessé de garder blottie en lui mais qu’il n’a jamais revue, morte en déportation.

Un petit 2Élie Pressmann a travaillé en tant que comédien avec Jean Vilar, Roger Planchon… puis il est venu à l’écriture par la chanson avant d’écrire une vingtaine de pièces, tout en ayant ensuite une activité de conseiller juridique. À nouveau sur scène avec Un Petit garçon, il est ici dirigé par Catherine Hubeau avec toute la simplicité et la pudeur qu’il fallait. Sans accessoires, juste avec un bureau, une carafe d'eau et un verre, Élie Pressmann témoigne avec son texte d’un pan tragique de l’histoire mais aussi de la force et de l’humour qui peuvent malgré tout perdurer quand des parents et des rencontres avec des êtres beaux, généreux, insufflent l’amour.


Émilie Darlier


[Photos © David Ma]

Agenda

Sorties ciné - Août 2017

Sorties ciné - Août 2017

Août 2017

Quels sont les films qui sortent en Août dans les salles obscures ? De nombreuses bonnes surprises sont à l'affiche ! Des films pour se faire plaisir, se...