0 Shares 1009 Views

Yasmina Reza fait « Bella Figura » au Rond-Point

Hélène Kuttner 15 novembre 2017
1009 Vues
bella figura pascal victor theatre critique theztre du rond point artistik rezo paris

On n’est jamais mieux servi que par soi-même. Au Théâtre du Rond-Point, Yasmina Reza monte l’une de ses dernières pièces, « Bella Figura », que Thomas Ostermeier avait créée à la Schaubühne de Berlin. Parmi une belle brochette d’acteurs, Emmanuelle Devos explose dans un rôle de paumée aguicheuse qui propulse son monde dans un vertige abyssal.

Foudroyer les apparences

Rien de tel que la banalité du réel pour émoustiller Yasmina Reza, qui s’amuse de sa plume acerbe à traquer le drame et la solitude des êtres sous le vernis de la bonne convenance sociale. « Bella Figura » fait exploser le vernis d’un quintette de personnages échoués sur le parking d’un restaurant chic de province. C’est là que Boris, entrepreneur au bord de la faillite (Louis-Do de Lenquessaing) débarque en compagnie de sa maîtresse Andréa, une préparatrice en pharmacie, qu’Emmanuelle Devos incarne magnifiquement, en robe ultra courte et talons aiguille rouge sang. Elle fulmine, tire sur sa cigarette, quand elle apprend que le restaurant a été recommandé par la femme de Boris.

bella figura pascal victor theatre critique theztre du rond point artistik rezo paris

©Pascal Victor

Choc postérieur

Quand ils décident de repartir dans le bolide jaune vif de Boris, une marche arrière brutale vient renverser une vieille dame venue dans cet endroit avec son fils Eric et sa belle-fille Françoise pour fêter son anniversaire ! Cerise sur la gâteau pour Boris, décidément malchanceux, Françoise se trouve être la meilleur amie de sa femme Patricia. Dans un décor délibérément ordinaire, terres pleins de béton et fauteuils de jardin, la convention sociale laisse place au ressentiment individuel, les conversations s’enflamment, l’ironie fuse, la rancoeur fait des ravages. Josiane Stoléru est formidable en belle-maman égarée, fragile et piquante, qui ponctue ses trous de mémoires par des assertions caustiques ou tendres, naufragée d’un présent qui lui échappe.

bella figura pascal victor theatre critique theztre du rond point artistik rezo paris

©Pascal Victor

Mélancolie rieuse

Avec Micha Lescot incarnant Eric, un technocrate brillant et narcissique et Camille Japy, son épouse effrayante et pitoyable, les comédiens tiennent chacun leur personnage, pris comme un gros poisson dans sa bulle de solitude. Les dialogues ne sont finalement que des monologues qui se croisent sans jamais se répondre. Naturellement, c’est souvent très drôle car nous les observons dans cet aquarium qui manque d’oxygène, où chacun suffoque. Mais c’est Emmanuelle Devos, royale et perverse, qui imprime son tempo à la pièce. Sa manière d’habiter le personnage d’Andréa, au fil d’un déséquilibre constant où elle se déhanche, tombe, bascule sur les gens ou sur les voitures, dans une séduction constante et désespérée, est impressionnante.

Hélène Kuttner

 

Articles liés

Fireworks – film d’animation
Agenda
18 vues
Agenda
18 vues

Fireworks – film d’animation

En cette belle journée d’été, Nazuna, discrète collégienne, décide de défier ses deux amis Norimichi et Yusuke lors d’une course de natation. Le vainqueur assistera à ses cotés au feu d’artifice de la soirée. C’est Yusuke qui remporte la course mais entre temps, Norimichi découvre le secret de Nazuna. Obligée de déménager en raison du […]

Ami-Ami – comédie de Victor Saint Macary
Agenda
14 vues
Agenda
14 vues

Ami-Ami – comédie de Victor Saint Macary

Quoi de mieux pour ne plus jamais souffrir en amour que de tourner le dos à la vie de couple et de s’installer en coloc’ avec son meilleur ami ? C’est en tout cas ce qu’a décidé Vincent, ravagé par sa dernière rupture ! À un détail près : son meilleur ami est une meilleure […]

L’intime et le Monde – Centre Wallonie-Bruxelles à Paris
Agenda
16 vues
Agenda
16 vues

L’intime et le Monde – Centre Wallonie-Bruxelles à Paris

L’Intime & Le Monde met en lumière une sélection d’oeuvres de trois plasticiens contemporains bruxellois : une installatrice, Marianne Berenhaut, et deux peintres, Sarah Kaliski et Arié Mandelbaum. Par-delà leurs singularités, ils partagent des traits communs manifestes dans leur rapport au monde, leur imaginaire, leur biographie et leur quête respective. Ils jouent tous trois des […]