0 Shares 191 Views

Animal Triste : leur premier album éponyme à écouter sans attendre !

20 janvier 2021
191 Vues

Voici donc un premier album misanthrope, empreinte carbone d’un monde presque oublié, futur fossile d’une époque où les glaciers rendaient l’âme, flambeau incandescent que nul beatmaker ne pourra jamais faire vaciller, voici des animaux qui tiennent encore debout, voici Animal Triste.

Si vous pénétrez dans la tanière d’Animal Triste, celle que ses 6 occupants gardent fermée à double tour depuis deux ans, vous y trouverez des guitares lascives, abandonnées sur un sol jonché des vinyles des Bad Seeds.

Après les singles Shake Shake Shake et leur reprise audacieuse de Bruce Springsteen sur Dancing In the Dark, la petite meute ressort les griffes et accouche d’un premier album férocement indomptable ! Huit titres enregistrés dans les brumes normandes à la sortie d’un hiver sans glace, à l’aube d’un printemps qui mit le monde en cage.

Huit titres incandescents gorgés de claviers analogiques, de basses mancuniennes et de tout autre instrument témoignant d’un monde presque oublié. Un monde sans logiciel ni ordinateur. Un retour aux sources donc, pour ses 6 compositeurs nostalgiques qui n’ont qu’une seule envie : renouer avec la musique du passé, retrouver la Vie Sauvage !

Et si l’idée c’était tout simplement de prendre la route ?

On entasse les instruments au fond du van, quelques packs (houblonnés) dans les sacs à dos, on allume la radio avant de mettre le contact. Livres et fioles empilés dans la boîte à gants pour convoquer les esprits quand les kilomètres se font trop lourds, on roule, on fuit, on quitte la ville.
Parce que le voyage est plus important que la destination, parce que l’idée de conduire à plusieurs vers nulle part est un acte de foi, et parce que le désert du rock à besoin qu’on y roule même s’il n’a pas foule. On parlera de femmes et de voitures, de demain et d’hier, sans oublier que c’était mieux maintenant.

Par nécessité de reprendre de l’air, et pour invoquer les idoles qui nous accompagnent sur le voyage, on fera un stop à la nuit tombée, on boira à ceux qui savaient et qui ont voulu transmettre, heureux de savoir qu’ils jetteront une oreille à la chanson de notre voyage, celle pour qui on a pris la route, celle qui se nomme “Vapoline”.

[Source : communiqué de presse]

Articles liés

Le Centre Pompidou met les femmes à l’honneur dans son nouveau MOOC
Agenda
77 vues

Le Centre Pompidou met les femmes à l’honneur dans son nouveau MOOC

Dans un souci d’affirmer son engagement pour l’égalité entre les genres et la création artistique féminine, le Centre Pompidou publie son nouveau MOOC dédiée aux femmes artistes “Elles font l’art”.  À découvrir ! Tout d’abord, pour ceux qui ne...

Andrea Ravo Mattoni présente une fresque en hommage aux soignants
Art
122 vues

Andrea Ravo Mattoni présente une fresque en hommage aux soignants

Andrea Ravo Mattoni dévoile une nouvelle fresque dans un endroit gardé secret, dans la province de Varèse en Italie : une reproduction de David et Goliath par Guido Reni (1607), entièrement réalisée à la bombe aérosol. “Un an s’est...

Davy Sicard, un artiste qui navigue entre les styles musicaux
Musique
85 vues

Davy Sicard, un artiste qui navigue entre les styles musicaux

Auteur, compositeur, interprète, Davy Sicard est un musicien accompli. Alors que c’était le foot qui l’intéressait enfant, c’est par son père, qui travaillait pour un orchestre, que lui vient finalement cette autre passion. Sa carrière débute en 1992, alors...