0 Shares 718 Views

Chasing Napoleon au Palais de Tokyo

5 septembre 2009
718 Vues
Salut à toi, Bernard ! - Palais de Tokyo

1969 : Le mathématicien Theodore J. Kaczynski entre dans la clandestinité. Prédisant l’effondrement imminent de la société industrielle et technologique, il fuit dans une cabane au fin fond du Montana et devient, sous le nom d’Unabomber, l’auteur d’une campagne radicale qui fera trois morts.

2009 : Quarante ans après les menaces du terroriste, le capitalisme déraille. Au Palais de Tokyo, une exposition revient sur la cavale de Kaczynski.

Into the wild

Le point de départ de « Chasing Napoleon » est la cabane d’Unabomber. Reproduite à l’identique par l’artiste Robert Kusmirowski, elle est inspirée de celle de Henry David Thoreau, l’auteur du Manuel de désobéissance civile. Autour de cette relique, Gardar Eide Einarsson et John Tremblay placardent des portraits-robots de l’homme en fuite, « wanted ». Comme un écho, Christoph Büchel reconstitue grandeur nature le terrier où Saddam Hussein s’était caché en vain après sa débâcle. Une bonde d’évier (Robert Gober) et un tuyau de ventilation (Charlotte Posenenske) proposent d’autres issues, into the wild.

Badlands

Placée sous le signe de l’anticipation, la deuxième partie de l’exposition révèle des paysages inquiétants et des phénomènes paranormaux. Les rues de Reykjavik photographiées par Dieter Roth défilent intégralement en 33 000 diapositives. On croise un bureau plongé dans l’hiver nucléaire par Micol Assaël. Des plantes se propagent derrière les murs (Ryan Gander), la même personne est foudroyée à plusieurs reprises (David Fincher), l’argent part en fumée (Tony Matelli), la bande-son de l’exposition n’est audible que par les chiens (Dave Allen).

Renovatio mundi

« Chasing Napoleon » est l’occasion de découvrir pour la première fois le travail de Paul Laffoley. Persuadé d’avoir abandonné le monde physique en 1961 le temps d’une séance d’électrochocs, cet artiste américain dit avoir traversé « la cinquième dimension » et élabore depuis lors des systèmes visionnaires qui dépassent largement notre condition humaine. Au milieu de la désolation, ses grandes toiles codées mêlant ufologie et mandalas prennent des allures de messages divinatoires.

Chasing Napoleon

Du 15 octobre 2009 au 17 janvier 2010
De midi à minuit tous les jours sauf le lundi
Fermeture annuelle les 1er janvier et le 25 décembre. Fermeture exceptionnelle à 18h, le 24 et 31 décembre

Renseignements : 01.47.23.54.01

Plein tarif : 6 euros // Tarif réduit : 4,50 euros

Palais de Tokyo
13, avenue du Président Wilson
75016 Paris
M° Iéna ou Pont de l’Alma

www.palaisdetokyo.com

Articles liés

Tareek en spectacle à l’Alhambra
Agenda
20 vues

Tareek en spectacle à l’Alhambra

Pour la première fois à Paris, Tareek présente son tout nouveau spectacle “Life” où il nous parle avec légèreté de sa vie de papa célibataire divorcé. “Roi de l’improvisation,” il est toujours en interaction avec son public, ce qui...

Beyond the walls, un group show par la Cohle Gallery à l’espace Au Roi
Agenda
21 vues

Beyond the walls, un group show par la Cohle Gallery à l’espace Au Roi

La Cohle Gallery, la galerie nouvelle génération dédiée à l’art urbain et contemporain, présente sa nouvelle exposition collective Beyond the walls. Celle-ci aura lieu du 24 au 27 septembre 2020 à l’espace Au roi, 75 rue de la Fontaine...

Lek : “J’aime me voir comme un égaliseur de l’espace urbain”
Art
335 vues

Lek : “J’aime me voir comme un égaliseur de l’espace urbain”

Issu des premières vagues de graffeurs parisiens des années 80-90, Lek a toujours cherché à se dégager des codes du graffiti classique pour trouver sa propre voie et son propre tracé. Rencontre avec un grand graffeur de l’espace urbain...