0 Shares 700 Views

Cold Blood – La Scala

6 décembre 2018
700 Vues

Les lumières s’éteignent. La caméra tourne. Action !

Les doigts cabriolent dans un merveilleux décor miniature, les caméras voltigent et dansent, une voix raconte. Le cinéaste Jaco Van Dormael et la chorégraphe Michèle Anne De Mey font un film, en direct, sous vos yeux. Un voyage en avion, une forêt dans le brouillard, sept morts inattendues… Une danse de vie !

Un hommage à la vie

Les lumières dans la salle s’éteignent. La caméra tourne. Action ! Les doigts cabriolent dans un merveilleux décor miniature, les caméras voltigent et dansent, une voix raconte. Le cinéaste Jaco Van Dormael et la chorégraphe Michèle Anne De Mey font un film, en direct, sous vos yeux. Un voyage en avion, une forêt dans le brouillard, sept morts inattendues… Parmi les soubresauts d’un rêve éveillé, Cold Bloodégrène les vies dans un récit sous hypnose à l’humour décalé. Avec légèreté, la vie célèbre ses derniers instants de bonheur et les souvenirs défilent, doucement alanguis ou vivaces. L’existence reste en suspens le temps d’une danse. Lorsque la mort s’invite, elle est absurde souvent, triviale, parfois drôle. « Il y a des morts mécaniques, des morts organiques, des morts qui sentent bon, des morts en pleine nuit, des morts en direct, des morts en silence. Et puis, il y a des morts érotiques », dit le texte de Thomas Gunzig. Dans ce monde des morts, la danse n’a rien de macabre. Au contraire, elle est un hommage à la vie, aux sens, à l’amour, aux derniers instants de lumière et aux souvenirs qui ont précédé. « Y-a-t-il une vie avant la mort ? » semble nous demander Cold Blood. La réponse tient dans ces mains que l’on voit virevolter, dans ces doigts virtuoses qui s’accrochent à la vie et à la lueur des projecteurs. Le spectacle explore le minuscule, arpente des petits mondes où la vie s’observe à travers un kaléidoscope. Dans des décors lilliputiens, les mains s’enlacent et se délassent, se touchent et s’en vont, reviennent avant de s’évanouir pour de bon. Emmené par Michèle-Anne de Mey et Jaco Van Dormael, le collectif Kiss & Cryrevient pour cette nouvelle création : un plateau de tournage cinématographique sur scène, filmant en direct des petits mondes animés par des techniciens à vue.

[Source : communiqué de presse]

Articles liés

Boule et son nouvel album à l’Auguste Théâtre !
Agenda
206 vues
Agenda
206 vues

Boule et son nouvel album à l’Auguste Théâtre !

Boule nous revient le 24 mai avec son second album Appareil Volant Imitant l’Oiseau Naturel et une vaste tournée. Aux manettes, on retrouve le duo Robin Leduc – Cyrus Hordé (Gauvain Sers, Revolver). À travers des anecdotes autobiographiques, Boulepropose...

Une nature morte dans un fossé revient au Théâtre du Gymnase !
Agenda
24 vues
Agenda
24 vues

Une nature morte dans un fossé revient au Théâtre du Gymnase !

Cette pièce est l’histoire du meurtre d’Elisa Orlando. C’est l’histoire de la violence faite aux femmes immergées dans un monde d’hommes. Un patelin paumé entre Gènes et Milan. La nuit. Boy rentre de boite. Emboutit la voiture dans un arbre. Descend, fait quelques pas,...

La Nuit de l’ICART 9e édition : la fête de la musique
Agenda
248 vues
Agenda
248 vues

La Nuit de l’ICART 9e édition : la fête de la musique

Depuis 11 ans, les étudiants en management culturel et marché de l’art de l’ICART animent leur campus parisien avec un événement de taille. Cette année, la Nuit de l’ICART fournit l’occasion de célébrer la fête de la musique avec...