0 Shares 591 Views

Lettres à Nour au Théâtre Antoine, échange radical

Théâtre Antoine

Eric Cantona, l’ex-star du ballon, revient sur scène pour incarner un père désespéré. Sa fille a rejoint un djihadiste en Irak et épouse malgré elle les méthodes de Daesch. Dernier lien entre le père et sa fille, les lettres qu’ils s’envoient disent l’amour filial par-delà la tragédie sur laquelle la jeune femme finira par ouvrir les yeux.

Cet échange épistolaire est tiré du roman du marocain Rachid Benzine. L’action commence en 2014, lorsque la jeune fille arrive à Falloujah. Elle écrit à son père en étant convaincue de servir les valeurs que celui-ci, veuf, lui a inculqué à travers une éducation attentive et aimante, forgée autour de la religion de l’Islam en son interprétation de tolérance et de respect. Mais d’entrée de jeu, le père comprend l’erreur tragique de sa fille unique et patiemment il tente, de lettre en lettre, de l’éclairer, ce qui n’empêche pas que l’un et l’autre s’éloignent en dépit d’un attachement profond. L’une, sous l’influence terrifiante de son mari, est aveugle et s’enfonce dans la pire horreur sans en déceler les prémices. Le père assiste à cet enfoncement terrifiant en étant le plus possible explicatif, toujours protecteur et  rédigeant ses lettres de manière à ne pas perdre ce dernier et unique fil qui les relient, le courrier.

Éric Cantona et Nacima Bekhtaoui © Théâtre Antoine

Les spectateurs suivent ainsi l’évolution des deux personnages, l’un vers le désespoir lucide, l’autre vers la destruction aveugle. Le père, professeur en université, transmet une générosité qu’Eric Cantona endosse pleinement. Il chemine avec son personnage, en l’entourant de cette impuissance paternelle qui émeut. En face de lui, la jeune fille est interprétée par Nacima Betkhtaoui. Gracile et volontaire, elle fait passer l’avancée dans le fanatisme avec une effroyable sincérité qui se trompe dramatiquement de voie. Opposés en leurs physiques, ces deux personnages parviennent à établir un lien qui évolue sous les yeux du public, amené à suivre avec réalisme cet enchaînement que des faits divers ont malheureusement tant de fois relayé.

Dépourvu de théâtralité, le dispositif tient uniquement en une longue table rectangulaire où les deux protagonistes, assis, se font face. Ils lisent respectivement les lettres qui leur parviennent  et seules leurs expressions du visage et trémolos vocaux traduisent la tragédie qui se joue. Finalement c’est une intention nettement pédagogique qui se dégage, d’une utilité qu’on ne peut contester. Propice à être compris par des jeunes interpellés par ces dramatiques questions, cet échange, dépourvu de propos analytique, peut donner lieu à des débats dans des lycées ou autres lieux. Eric Cantona et la délicate interprète de sa fille sont empreints d’une sincère volonté d’apporter un garde-fou aux dérives extrémistes qui peuvent toucher, contre toute attente, des familles à priori peu concernées.

Emilie Darlier-Bournat

 

Articles liés

Afaina de Jong : virée entre art et architecture
Art
288 vues
Art
288 vues

Afaina de Jong : virée entre art et architecture

L’architecte néerlandaise Afaina de Jong et son studio AFARAI travaillent sur les connexions entre les gens et les mouvements culturels traditionnellement peu représentés par l’architecture dans un contexte de villes en mutation où chacun a un rôle à jouer....

The Twilight Zone, quand la quatrième dimension s’invite chez Castel
Agenda
188 vues
Agenda
188 vues

The Twilight Zone, quand la quatrième dimension s’invite chez Castel

Une soirée organisé par “la Galerie”. Sous l’impulsion de son directeur artistique Gwenaël Billaud, la Galerie a su depuis imposer un nouveau concept de soirées investies par l’art moderne et contemporain, dans le cadre desquelles participent performeurs, artistes, DJs,...

René Urtreger Trio au Sunset Sunside
Agenda
57 vues
Agenda
57 vues

René Urtreger Trio au Sunset Sunside

Dans le petit monde du jazz, on l’appelle parfois le « roi René ». Comme en écho lointain de ce comte de Provence du XIVe siècle qui préférait les arts florissants des lettres et la compagnie des gens d’esprit...