0 Shares 8593 Views

Duchamp aurait-il volé sa Fontaine ?

18 novembre 2014
8593 Vues
ama

Duchamp aurait-il volé sa Fontaine ?

Le 18 novembre 2014

Bien que la controverse soit souvent étouffée par les historiens de l’art, il existerait de nombreuses preuves expliquant comment Marcel Duchamp (1887-1968) se serait approprié l’œuvre d’une baronne et poétesse allemande, faisant habilement passer une sculpture de porcelaine pour son plus célèbre ready-made, Fontaine (1817).

L’histoire bien connue, que l’on retrouve dans les livres d’histoire, est fondée sur le récit de Duchamp lui-même : l’artiste aurait acheté un urinoir à la manufacture new-yorkaise J.L. Mott Iron Works, avant de le signer du pseudonyme « R. Mutt » et de présenter son œuvre à la Société des Artistes Indépendants sous le titre de Fontaine. L’œuvre a été rejetée, créant ainsi le scandale qui signait la naissance de l’art conceptuel, pour lequel l’idée ayant guidé la main de l’artiste, son simple choix, est considéré plus important que l’apparence visuelle et esthétique de l’œuvre.

Des travaux menées par bon nombre de chercheurs, dont William Camfield, Kirk Varnedoe et Hector Obalk, ont peu à peu mis au jour des éléments prouvant que d’une part, l’œuvre n’avait pas été soumise par Duchamp en 1917, et d’autre part, qu’il s’agissait d’un envoi d’une artiste allemande, Elsa von Freytag-Loringhoven (1874-1927). La baronne, qui vivait à New York en 1917, était une artiste révoltée contre la société, qui travaillait avec des objets trouvés : de la ferronnerie, de vieux pneus, les transformant en œuvres d’art. Selon Irene Gammel, historienne de la littérature, la « poète des objets trouvés » aurait envoyé cet urinoir renversé aux Indépendants suite à l’entrée en guerre des États-Unis contre l’Allemagne, en 1917. Avec sa signature, « R. Mutt » — homophone de Armut, qui renvoie à la pauvreté matérielle, mais surtout intellectuelle —, Elsa faisait sa propre déclaration de guerre au monde des hommes, de leurs guerres, aux valeurs corrompues.

À la mort d’Elsa von Freytag-Loringhoven, en 1927, Duchamp a commencé à laisser associer son nom avec cette œuvre, avant d’en assumer pleinement la paternité autour de 1950. Autographe ou non, la fameuse Fontaine a admirablement servi la critique et la déconstruction de l’art que proposait Duchamp. De nombreuses répliques de l’original perdu ont été réalisées à partir de photographies dans les années 1960 et sont aujourd’hui exposées dans de grandes institutions à travers le monde : le Moderna Museet de Stockholm, le San Francisco Museum of Modern Art, la Tate Modern, la National Gallery of Canada, le National Museum of Modern Art de Kyoto, ou encore le Centre Pompidou à Paris…

Art Media Agency

Articles liés

Élénie Sarciat : “Comme en danse, le mouvement permet d’ouvrir des possibilités de choix”
Spectacle
148 vues

Élénie Sarciat : “Comme en danse, le mouvement permet d’ouvrir des possibilités de choix”

Rencontre post-événement avec la danseuse Élénie Sarciat, grande gagnante des Prix de l’ICART 2021 : tremplin artistique destiné aux jeunes artistes émergents sur le territoire girondin. Elle revient ici sur sa performance et nous confie son rapport au mouvement,...

Réouverture de Fluctuart : 500 m2 de terrasse et rooftop en plein air
Agenda
144 vues

Réouverture de Fluctuart : 500 m2 de terrasse et rooftop en plein air

Fluctuart à ciel ouvert ! Le centre d’art urbain situé au pied du Pont des Invalides inaugure sa terrasse, avec un espace de plus de 500 m2 au fil de l’eau, un nouveau terrain de jeu pour les artistes....

Jean-Luc Valembois : “Chaque année, je parcours plus de 200 000 km à travers l’Europe pour acheter des œuvres”
Art
184 vues

Jean-Luc Valembois : “Chaque année, je parcours plus de 200 000 km à travers l’Europe pour acheter des œuvres”

Chaque année, Jean-Luc Valembois parcours l’Europe à la recherche de pièces uniques sur le thème de l’art cynégétique du 19ème siècle. Rencontre avec un chercheur d’art qui a fait de sa passion, son métier.  Pouvez-vous vous présenter ? Jean-Luc...