0 Shares 479 Views

“Entropic World” – Askew One – Galerie 42b

28 septembre 2018
479 Vues

Pour sa première exposition en France et en Europe, Askew one nous dévoile un tout nouveau vocable visuel et nous entraîne dans un voyage sensoriel au cœur d’un luxuriant désordre.

Au cours d’une résidence artistique menée en collaboration avec la galerie 42b, l’artiste néo-zélandais s’est tourné vers de nouveaux champs d’expérimentations en vue de son exposition « Entropic World. » Fasciné par les innovations technologiques et la nature profonde des choses, il a photographié en 3D à l’aide d’une tablette des objets aléatoires, des plantes, des visages familiers, la texture des murs faite de lambeaux d’affiches déchirées. Des images embouties les unes contre les autres, compressées entre elles jusqu’à devenir des compositions abstraites et altérées. Comme si l’on observait  des organismes vivants passés au microscope.

Ces masses mouvantes, craquelées de glitch, ces conglomérats convulsifs, fissurés de part en part, constituent la matrice de ses tableaux et le point de départ de son traitement pictural. Patiemment, au pinceau, il rehausse les ombres et les lumières, amplifient les volumes, creusent les vides et interstices afin d’apporter de la densité à ces magmas chaotiques.

Mais n’allez pas croire qu’Askew one tente de se confronter à la technologie. Au contraire, il cherche à entrer en symbiose avec elle, l’humaniser en quelque sorte. Lui qui juge inévitable la fusion entre l’homme et la machine, voit dans ces procédés une autre manière de réaliser des portraits par des moyens alternatifs. A travers l’exposition « Entropic World », il ne s’agit plus de camper un individu mais synthétiser la manière dont les masses bougent, se déplacent, interagissent avec l’environnement urbain.  En somme, rendre tangibles, palpables et sublimes toutes ces données abstraites, partielles et immatérielles.


[Source texte : Elodie Cabrera]
[Crédit photo : Jay Gonza]

Articles liés

« The way she dies » : pour l’amour d’Anna Karénine
Spectacle
46 vues
Spectacle
46 vues

« The way she dies » : pour l’amour d’Anna Karénine

Au croisement des langues et des cultures, le collectif TgSTan et le metteur en scène Tiago Rodrigues donnent naissance à un spectacle poétique et irradiant, qui célèbre la passion en même temps que la littérature. Un moment théâtral de...

YES! TRIO : le premier album studio de trois maîtres du jazz
Agenda
35 vues
Agenda
35 vues

YES! TRIO : le premier album studio de trois maîtres du jazz

Soudés par une amitié de vingt-cinq ans, trois maîtres contemporains du jazz, Ali Jackson (batterie), Aaron Goldberg (piano) et Omer Avital (contrebasse), réactivent avec bonheur la tradition du genre, au sein d’un trio moderne qui magnifie l’esprit du swing...

Tempête en Juin au Théâtre La Bruyère
Agenda
37 vues
Agenda
37 vues

Tempête en Juin au Théâtre La Bruyère

En 1942, dans la France occupée, Irène Némirovsky écrit son roman le plus déchirant, « Suite française ». Il restera inachevé. Le premier tome de ce roman, « Tempête en juin », suit une quarantaine de personnages sur les...