0 Shares 850 Views

Exposition « La vie est nue » – Ma Desheng – Galerie Wallworks

Solène Chaillat 8 février 2018
850 Vues
Exposition la vie est nue ma desheng galerie wallworks artistikrezo paris

Peintre, graveur, calligraphe, performer, poète… Ma Desheng est avant tout un homme libre et un artiste dont l’œuvre reflète une furieuse volonté de vivre. Né à Pékin en 1952, il est l’un des membres fondateurs du groupe Xingxing (“Les Etoiles”), premier mouvement artistique dissident post-maoïste en Chine, qu’il quitte définitivement en 1985 avant de s’installer un an plus tard à Paris.

Le corps féminin a toujours été un thème récurrent dans l’œuvre de Ma Desheng, de ses débuts au travers de techniques traditionnelles comme la calligraphie, puis au feutre sur papier lors de sa convalescence, jusqu’aux grands formats à l’acrylique. Symboles de paix et de beauté pour Ma Desheng, ses silhouettes féminines illustrent un besoin charnel de représenter la vie que l’artiste fait danser sur la toile en totale liberté.

Né à Pékin en 1952, Ma Desheng fait partie des tout premiers artistes contemporains chinois qui anticipent le mouvement de réformes et d’ouverture initié par Deng Xiaoping à la fin des années 1970. Souffrant très jeune d’une grave maladie, il est contraint de se déplacer en béquilles, ce qui n’a cependant pas restreint sa productivité et sa créativité. Autodidacte, commençant comme dessinateur industriel puis comme graveur, il entre très rapidement en contact avec d’autres artistes chinois aujourd’hui internationalement reconnus tels Ai Weiwei ou Wang Keping. En 1979, Ma Desheng fonde avec ces derniers, et d’autres comme Huang Rui ou Li Shuang, le groupe Les Etoiles (Xingxing), premier mouvement artistique d’avant-garde en Chine. Après des temps difficiles, au sortir de la Révolution culturelle et de la période maoïste imposant le réalisme socialiste, le travail du groupe des Etoiles et de Ma Desheng apparait comme une véritable renaissance.

Ma Desheng participe du renouveau de la peinture chinoise en donnant une place centrale au corps humain, là où dominait de manière ancestrale le paysage. Paradoxalement, c’est lorsqu’il quitte la Chine en 1985 pour s’installer en France un an plus tard, qu’il donnera un véritable élan à sa peinture. Entre abstraction et figuration, ses silhouettes féminines deviennent le véritable sujet du tableau, souvenirs lointains de nos “Vénus” callipyges préhistoriques. Elles envahissent la toile, décomposées dans l’esprit d’un Henry Moore, prises pour certaines de la frénésie des danses matissiennes.

[ Source : communiqué de presse ]


Retrouvez ici notre dossier sur tous les vernissages du mois de Février.

Articles liés

Entretiens avec le Professeur Y – Théâtre de Nesle
Agenda
21 vues
Agenda
21 vues

Entretiens avec le Professeur Y – Théâtre de Nesle

« Les lecteurs français sont snobs, gogos et bluffés…Ils sont contents d’être bluffés ! » – Céline Céline a écrit le roman « Entretiens avec le Professeur Y », qui parût dans la revue de la N.R.F en plusieurs...

Java : Art Energy – Institut des Cultures d’Islam
Agenda
36 vues
Agenda
36 vues

Java : Art Energy – Institut des Cultures d’Islam

L’Institut des Cultures d’Islam à Paris, présente du 27 septembre 2018 au 24 février 2019, l’exposition JAVA – Art Energy, parcours d’œuvres inédit qui explore la vitalité artistique de cette île, noyau créatif de la majorité des artistes indonésiens. Cette...

Les Sourds-Doués dans “Sur un malentendu…” – Théâtre Trévise
Agenda
25 vues
Agenda
25 vues

Les Sourds-Doués dans “Sur un malentendu…” – Théâtre Trévise

Ces quatre cravates pleines d’avenir reviennent avec un deuxième opus, encore plus musical et délirant. Bois et cuivres arriveront-ils à s’entendre ? En 2011, quatre garçons pleins d’avenir accompagnés de leurs célèbres cravates, créaient un spectacle musical humoristique efficace...