0 Shares 6018 Views

Exposition « Synapsis » – Kim KototamaLune & Satoki Nagata – galerie Da-End

static1.squarespace

Exposition « Synapsis » – Kim KototamaLune & Satoki Nagata – galerie Da-End

Œuvres de Kim KototamaLune & Satoki Nagata

Du 18 mai au 24 juin 2017

Du mardi au jeudi de 14h à 19h
Les vendredi et samedi de 11h à 19h

Vernissage le jeudi 18 mai

Entrée libre

Galerie Da-End 
17, rue Guénégaud
75006 Paris
M° Saint-Michel

www.da-end.com
FB-galerieDa-End

Du 18 mai au 24 juin 2017

En invitant pour la première fois le photographe japonais Satoki Nagata à exposer ses clichés poétiques aux côtés des impressionnantes sculptures de verre de la plasticienne Kim KototamaLune, la Galerie Da-End souhaite une fois de plus créer des liens, faire naître un dialogue visuel, entre deux univers a priori dissemblables.

En 1897, le physiologiste britannique Sir Charles Scott Sherrington (1852-1952) permet une avancée majeure dans le domaine des neurosciences en introduisant dans le vocabulaire médical le terme de « synapse ». Du grec σύναψις (syn = ensemble et haptein = toucher, saisir ; au sens de connexion), la synapse désigne le point de jonction entre deux cellules nerveuses, assurant la transmission des informations de l’une à l’autre. 

Ex-neuroscientifique arrivé par passion à la photographie, Satoki Nagata tente à travers ses clichés de révéler les relations d’interconnexion qui façonnent notre existence. Par de subtiles captations de lumière, il sublime les figures anonymes dont il saisit la silhouette sur le vif dans les rues de Chicago, où il réside depuis le début des années 1990. Sous l’effet des longs temps d’exposition et du travail au flash dont il a fait sa marque de fabrique, les corps photographiés perdent leur substance et semblent se fondre avec les éléments urbains ou naturels qui les entourent. 

static1.squarespace-1Ces images captivantes de Satoki Nagata dévoilent les infimes moments de grâce d’un quotidien soumis au rythme de la ville, et entraînent une mise en perspective nouvelle de l’homme au sein de son environnement. Cette démarche liée à la cosmologie bouddhiste trouve une résonance particulière dans sa mise en parallèle ici avec les œuvres de Kim KototamaLune, elles-mêmes imprégnées d’un message ontologique à la fois intime et universel. 

Née en 1976 à Hô-Chi-Minh-Ville, Kim KototamaLune vit et travaille en France où elle a longtemps multiplié les apprentissages de techniques dites « traditionnelles » (textile, modélisme, etc.) avant de s’intéresser au verre qu’elle file sans matrice « par le vide », soudure après soudure, réseau après réseau jusqu’à l’apparition d’une forme. « Le verre, un solide ayant oublié sa nature moléculaire liquide, s’avère être un médium approprié pour exprimer cette dimension à la fois forte et fragile de la vie, » explique l’artiste. « De la matière côtoyant l’immatériel de manière troublante, faisant alors apparaître l’invisible dans le visible. » 

Les sculptures de Kim KototamaLune laissent émerger des mondes imaginaires en rapport avec le réel, la biologie, la botanique. Leur beauté organique interroge la représentation de phénomènes imperceptibles liés à la génération des corps, leur métamorphose ; ces espaces d’entre-deux, révélateurs du passage d’un état à un autre.

A découvrir sur Artistik Rezo :
– Vernissages – Paris – Mai 2017

[Sources : © communiqué de presse / Photos: Courtesy de l’artiste]

Articles liés

Muriel Fagnoni et Julia Gai : « La fleur est une mise en abyme de l’éphémère et de la beauté de notre vie »
Art
83 vues

Muriel Fagnoni et Julia Gai : « La fleur est une mise en abyme de l’éphémère et de la beauté de notre vie »

Des œuvres connectées au floral et au végétal : voilà ce que nous propose le duo de curatrices Muriel Fagnoni et Julia Gai, fondatrices de la galerie d’art « quand les fleurs nous sauvent ». Leur intention est de...

Les saisons de Maia Flore by quand les fleurs nous sauvent
Art
107 vues

Les saisons de Maia Flore by quand les fleurs nous sauvent

Dès le 18 mars, le nouvel évènement « Les saisons de Maia Flore » de la galerie « quand les fleurs nous sauvent » invite à la rencontre intime entre l’artiste et la nature. Pour l’occasion, les curatrices Muriel Fagnoni et Julia Gai...

Les Césars 2021 – Critique d’un Divan à Tunis de Manele Labidi
Cinéma
112 vues

Les Césars 2021 – Critique d’un Divan à Tunis de Manele Labidi

La Cérémonie des Césars aura lieu le 12 mars 2021. À l’aube d’une édition particulière marquée par la crise sanitaire, nous avons décidé de vous offrir un tour d’horizon des films nommés ainsi que nos favoris. Installez-vous confortablement car,...