0 Shares 399 Views

Gilles Caron – Le conflit intérieur – Château de Tours

gilles-caron
Le conflit intérieur

Photographies de Gilles Caron

Du 21 juin 2014 au 2 novembre 2014
Du mardi au vendredi de 14h à 18h
Le samedi et dimanche de 14h15 à 18h

Entrée gratuite

Château de Tours
25, avenue André Malraux
37000 Tours

www.jeudepaume.org

Du 21 juin 2014 au 2 novembre 2014

Mémoire visuelle d’une époque, Gilles Caron (1939-1970) a relaté par l’image la chronique des grands conflits contemporains (guerres des Six Jours, du Viêtnam, au Biafra et en Irlande du Nord, Mai 68, répression du Printemps de Prague…) Il finira par payer cet engagement de sa vie, lors d’un reportage au Cambodge.

Mobilisé comme parachutiste lors de la guerre d’Algérie, témoin des brutalités infligées aux civils, il a cherché, en se lançant dans le photojournalisme, à passer de l’autre côté de la barrière pour faire comprendre la situation de populations prises dans l’engrenage de la guerre. Une expérience dont il ne ressortira pas apaisé moralement. Parti avec une vision héroïque de la photographie de guerre, Gilles Caron finira par s’interroger sur la finalité de son métier : peut-on se contenter d’un rôle de témoin, de spectateur? Il est l’un des premiers dans la profession à présenter les symptômes d’un conflit intérieur, d’une crise morale. L’un des premiers à pratiquer une forme d’introspection désillusionnée qui mène le reporter à retourner progressivement la caméra vers lui-même, devenir l’objet du récit photographique.

Gilles Caron - Le conflit intérieur - Château de ToursPendant la guerre des Six Jours et au Viêtnam, au début de sa carrière, son intérêt se porte sur des figures inactives — militaires ou prisonniers — absorbées dans leurs pensées, en train de lire, d’écrire ou de méditer. Pendant la guerre du Biafra, Caron se révèle très sensible à la condition des enfants et autres victimes. Lors de Mai 68 et en Irlande du Nord, il accorde beaucoup d’attention à ces acteurs emblématiques que sont les lanceurs de pavés ou de cocktails Molotov, incarnations de la guérilla urbaine. Son inventivité n’apparaît jamais mieux qu’à l’occasion des reportages réalisés dans les combats de rue, où son objectif transforme les manifestations en véritables chorégraphies.

Gilles Caron - Le conflit intérieur - Château de ToursReporter de guerre, régulièrement confronté à des situations extrêmes, Caron n’est pas pour autant indifférent au spectacle des sixties, à la Nouvelle Vague et à la jeune scène musicale. Il lui arrive de travailler comme photographe sur les plateaux de Godard ou de Truffaut et même comme photographe de mode. Ce détour par le cinéma et la mode peut sembler très différent du reste de son travail. Il n’est cependant pas sans laisser de traces dans son langage formel, comme en témoignent ses reportages des manifestations au Quartier latin ou en Ulster. L’exposition s’achève sur un portrait anti-héroïque du photoreporter. Cette conclusion, capitale pour l’histoire du photojournalisme, démontre que la conscience de Caron et d’autres photoreporters devient à la fin des années 1960 une conscience malheureuse. Culpabilité, narcissisme, parodie ou ironie… on ne sait plus vraiment quelle image ils se font finalement d’eux-mêmes.

Gilles CaronParcours de l’exposition

Regroupant 150 images et documents d’archives provenant de la Fondation Gilles Caron, de la collection du Musée de l’élysée et de collections privées, l’exposition propose un parcours en six temps permettant de redécouvrir l’un des plus importants photoreporters du XXe siècle :

Héroïsme – La conscience de l’événement

Surnommé le « Capa français » par Henri Cartier-Bresson, Caron offre sur les différents théâtres d’opération militaire des preuves de son audace et de ses qualités de reporter.

Regard intérieur – L’Homme aux prises avec l’Histoire

Cette partie illustre les choix récurrents de Caron pour des figures absorbées, fragilisées par l’événement : prisonniers militaires, victimes civiles, soldats représentés en train de réfléchir et de lire, en train de contempler et de guetter, soit pour une iconographie de l’inaction inédite.

Douleurs des Autres – Figures et icônes compassionnelles

Il s’agit ici de montrer la profonde sensibilité du photographe face à la douleur des autres. Le cas des enfants faméliques, la figure de l’enfance sacrifiée par les conflits marque le début d’une iconographie compassionnelle moderne.

Révolte – Manifs et guérill as : l’icône du lanceur

Dans ses portaits de révoltés (ouvriers, paysans, étudiants), Caron accorde une importance particulière à la figure du lanceur : David contre Goliath. Cette représentation des corps au combat s’offre comme une chorégraphie qu’il décline de Paris, en Mai 68 à Londonderry et à Prague.

Nouvelle Vague – Passion de la jeunesse sixties

Caron donne une représentation de la jeunesse qui passe aussi bien par les égéries sixties (les actrices, les chanteuses) que par la rue et les universités. De plus, il connaît l’expérience des reportages sur les tournages de Truffaut et Godard.

La dernière image – Le reporter comme objet du reportage

Après le Biafra et le Tchad, le doute s’installe. L’objectif de l’appareil se retourne vers le reporter et ses confrères. Les images de reportage documentent l’acte même du photoreporter. C’est un portrait en demi-teinte, anti-héroïque, que Caron nous livre du métier de photojournaliste.

[ Visuels : Gilles Caron, Manifestations, Paris, mai 1968. Tirage d’époque, épreuve argentique. Collection Succession Gilles Caron ; Gilles Caron, Guerre du Viêtnam, combats sur la colline 875, Dak To, novembre-décembre 1967, Tirage d’époque, épreuve argentique, Collection Succession Gilles Caron ; Gilles Caron, Guerre du Biafra, villageois ramenant un proche défunt, juillet 1968, Tirage moderne d’après film positif couleur, Collection Fondation Gilles Caron; Gilles Caron, Manifestations, Londonderry, Irlande du Nord, août 1969, Tirage moderne d’après film positif couleur, Collection Fondation Gilles Caron ]

Articles liés

Un Tramway à Jérusalem – Le nouveau film d’Amos Gitaï sort en salles le 24 avril
Agenda
34 vues
Agenda
34 vues

Un Tramway à Jérusalem – Le nouveau film d’Amos Gitaï sort en salles le 24 avril

À Jérusalem, le tramway relie plusieurs quartiers, d’est en ouest, en enregistrant leur variété et leurs différences… Cette comédie regarde avec humour des moments de la vie quotidienne de quelques passagers, de brèves rencontres qui se produisent au fil...

L’Adieu à la nuit – Un film d’André Téchiné avec Catherine Deneuve en salles le 24 avril
Agenda
43 vues
Agenda
43 vues

L’Adieu à la nuit – Un film d’André Téchiné avec Catherine Deneuve en salles le 24 avril

Muriel est folle de joie de voir Alex, son petit-fils, qui vient passer quelques jours chez elle avant de partir vivre au Canada. Intriguée par son comportement, elle découvre bientôt qu’il lui a menti. Alex se prépare à une...

Mais vous êtes fous – Un film avec Pio Marmaï au cinéma le 24 avril
Agenda
38 vues
Agenda
38 vues

Mais vous êtes fous – Un film avec Pio Marmaï au cinéma le 24 avril

Roman aime Camille, autant qu’il aime ses deux filles. Mais il cache à tous un grave problème d’addiction, qui pourrait mettre en péril ce qu’il a de plus cher. L’amour a-t-il une chance quand la confiance est rompue ?...