0 Shares 241 Views

Hervé Samb dévoile la sortie prochaine d’un nouvel album intitulé “Jolof” et annonce une date au Trianon le 11 février

Avec Jolof, son 6e album, Hervé Samb met en valeur son exceptionnelle technique instrumentale et ses talents de compositeur, mais aussi une vision personnelle de son art et du message qu’il entend lui confier.

Le titre, Jolof, fait référence à l’ancien empire dont découle la constitution territoriale, ethnique et culturelle du Sénégal actuel. Né à Rufisque, non loin de Dakar, il y a une quarantaine d’années, Hervé se tourne ainsi vers ses racines africaines, sans négliger ce qui n’a cessé de nourrir sa musique au fil d’une carrière riche de multiples rencontres et expériences : le blues et le jazz. 

De cette bienheureuse collusion est né le jazz sabar, un concept dont il a fait un style à part -entière après une quête, tant formelle qu’identitaire, ébauchée sur ses disques précédents, Time To Feel et Teranga. Album aux multiples miroitements poétiques, aux tensions maîtrisées entre puissance d’expression et phrasé lyrique, Jolof assume pleinement la soumission à une tradition ancestrale tout en s’accordant la liberté de s’en éloigner grâce au “lâcher prise” du jazz.

Mais qu’est-ce au juste que le sabar ? Ce mot wolof désigne à la fois un ensemble de percussions et son tambour roi frappé à main nue ou à l’aide d’une baguette. C’est au sabar que le Sénégal doit son titre de “république des tambours”.  Indissociable de l’identité sénégalaise, son rythme a donné naissance au mbalax, aujourd’hui assimilé à la musique moderne du pays grâce à ses chanteurs vedettes, Youssou N’Dour en tête. Omniprésent dans toutes les célébrations et cérémonies, le sabar est devenu synonyme de « fête ». D’où la dimension festive d’un album qui reste marqué néanmoins par la volonté de porter un message positif, de confiance en soi (Gem sa Bop, Doole), de courage (Song Kho), de persévérance (Lamp Faal). Prompt aussi à dénoncer certaines tares sociales, (Barbatoor sur les abus sexuels) ou à célébrer les valeurs éternelles de son pays (Senegaal). Une démarche trahissant les priorités de l’homme parvenu à l’âge de sagesse, mais aussi du musicien arrivé à sa pleine maturité artistique.

[Source : communiqué de presse]

Articles liés

Marlene Dumas « open-end » : une subjectivité libérée
Art
118 vues

Marlene Dumas « open-end » : une subjectivité libérée

À Venise, au Palazzo Grassi, Caroline Bourgeois a assuré le commissariat d’une rétrospective-évènement mettant à l’honneur Marlene Dumas jusqu’au 8 janvier 2023. Ce sont les quatre dernières décennies de pratique et de vie de l’artiste qui se sont offertes...

L’Institut du Monde Arabe vous ouvres ses portes à l’occasion de son festival “IMA Comedy Club 2023”
Agenda
73 vues

L’Institut du Monde Arabe vous ouvres ses portes à l’occasion de son festival “IMA Comedy Club 2023”

À l’occasion du festival “IMA Comedy Club 2023”, l’institut du monde Arabe organise une journée portes ouvertes le mercredi 8 février de 10h à 18h. Les expositions : “Sur les routes de Samarcande. Merveilles de soie et d’or”, “Habibi, les...

Fiore Verde , le festival qui met en lumière les cultures italiennes au Parc de la Villette
Agenda
79 vues

Fiore Verde , le festival qui met en lumière les cultures italiennes au Parc de la Villette

“Fruit d’une maîtrise de l’italien aussi humble qu’approximative, Fiore Verde est né en mai 2022, en plein coeur du premier printemps post-pandémie et pré-toutlereste. On entend alors Thomas Mars (Phoenix) et Giorgio Poi magnifier de leurs voix le Haute...