0 Shares 107 Views

« Je vois un oiseau » La D Galerie rend hommage à Soly Cissé du 14 au 30 juin 2019

Soly Cissé © D Galerie

Cette année marque le cinquantième anniversaire de l’artiste Sénégalais Soly Cissé. La D Galerie lui rend hommage en présentant une vingtaine d’œuvres récentes de l’artiste, du 14 au 30 juin 2019.

L’exposition « Je vois un oiseau » réunit un ensemble d’œuvres réalisées par Soly Cissé entre 2017 et 2019. Connu à travers le monde pour des expositions iconiques au Sénégal, en France, Italie, Allemagne, Espagne, il est avant tout un maître de la couleur. Peintre et plus récemment sculpteur, Soly Cissé s’amuse à éloigner du réel pour mieux le révéler. Sa peinture expressive et énergique, directe voire brutale, évoque des formes anthropomorphes réunies en un théâtre aux dimensions monumentales.

Soly Cissé © D Galerie

Souvent à l’échelle du visiteur, à taille humaine, les figures totémiques de ses peintures dansent en procession dans un espace où la couleur est perspective. Le regard de l’observateur est sans cesse renouvelé. Les formes semblent s’arrêter au halo qui les entoure. Les vibrations de couleurs et la touche franche produisent pourtant un glissement permanent de celles-ci, confondant le spectateur dans plusieurs réalités scénaristiques.
C’est l’évocation de celui qui regarde, celui qui voit et donne l’existence d’une œuvre par sa lecture. Ce que décrit l’artiste quand il parle de cet infini que chaque tableau semble susurrer. “Pour moi, le tableau n’est jamais le même. Le tableau change, je cherche, je vois un oiseau..” Soly Cissé évoque ainsi les formes qui jaillissent de ses tableaux, sans cesse renouvelées.

Soly Cissé © D Galerie

L’exposition de la D Galerie met l’accent sur la nouvelle abstraction qui naît des dernières peintures de l’artiste. Une recherche de synthèse des motifs autant que des éléments empruntés à la nature d’une part et à la civilisation d’autre part. En un manifeste plus engagé peut-être, Soly Cissé crée ce qui vient avant que l’hypocentre ne provoque la rupture. Il réunit l’homme et le règne animal dans un espace commun, moins figuratif qu’auparavant, fait de mélanges et de fondus colorés. La composition de ses nouvelles toiles s’en ressent d’autant plus vi-vante, frétillante parfois, aérienne, flottante. « Je vois un oiseau » est donc une exposition dont le titre rappelle aux thèmes de l’artiste autant qu’à ses positions, celles d’un artiste qui passe par l’intensité des bleus, roses, ocres, et la douceur des verts, violets, jaunes pour construire un espace, celui du vivant.

[Source : communiqué de presse]

Articles liés

Julie Bargeton dans Woman is coming – Grand point virgule
Agenda
381 vues
Agenda
381 vues

Julie Bargeton dans Woman is coming – Grand point virgule

Un seule en scène drôle (mais pas que) sur la virilité de la femme et la sensibilité de l’homme. Avec sincérité, malice et émotion Julie se racoNte et se questionne sur la féminité, l’éducation et la virilité. Et si depuis le début...

Un « Coup de Foudre » à la Fondation EDF
Agenda
56 vues
Agenda
56 vues

Un « Coup de Foudre » à la Fondation EDF

Exposition à quatre mains à vivre comme un cadavre exquis, COUP DE FOUDRE est une réaction en chaîne, un foisonnement de propositions artistiques : de la piste de danse aux cabines d’émotions, des pavillons de sensations aux chambres de...

Découvertes estivales à venir avec le lieu éphémère de Villes des Musiques du Monde !
Agenda
48 vues
Agenda
48 vues

Découvertes estivales à venir avec le lieu éphémère de Villes des Musiques du Monde !

L’ association Villes des Musiques du Monde crée un nouveau lieu éphémère au sein des 36 hectares du Fort d’Aubervilliers en juillet pour vivre un été festif et au vert. Au programme: free market, karaoké, bal du 14 juillet Afro Peps,...