0 Shares 1496 Views

Jean-Henri Riesener – stand de la Maison Kraemer – Biennale des Antiquaires 2012

12 juin 2012
1496 Vues
Jean-Henri Riesener - stand de la Maison Kraemer - Biennale des Antiquaires 2012

Au Grand Palais, pour chaque Biennale des Antiquaires, les Kraemer ont démontré la faculté d’adaptation des créations du Siècle des Lumières à des intérieurs contemporains, en surprenant les visiteurs en 2008 avec deux cubes de verre géants qui leur ont servi d’écrins pour leur mobilier ; et en 2010 avec la reconstitution du Bureau Ovale de la Maison Blanche.

Cette année, les Kraemer présentent la première exposition monographique consacrée à l’ébéniste français Jean-Henri Riesener (1734 – 1806). Nombreux sont les collectionneurs qui s’intéressent en particulier à l’oeuvre de cet ébéniste qui compte parmi ceux les plus représentés dans les musées du monde entier. Cette exposition conçue sur le mode muséal marque un nouveau coup d’éclat de la Maison Kraemer.

Initié à l’art de l’ébénisterie par Jean-François Oeben, Riesener est reçu maître en 1768, et nommé « ébéniste ordinaire du roi » en 1774. Egalement fournisseur attitré de la reine Marie-Antoinette, il réalise pour la Cour et la Famille Royale des meubles d’une très grande beauté, caractérisés par l’utilisation de bronzes dorés d’une finesse remarquable et de précieux décors de marqueterie.

Sur le Stand de la Maison Kraemer, sera notamment présenté un bureau exceptionnel et son cartonnier en acajou et placage d’acajou, orné de bronzes ciselés et dorés. Et également, une exceptionnelle commode en marqueterie ornée de bronzes ciselés et dorés qui offre un panneau central unique de vase et fleurs polychromes, trônera en majesté sur le stand n°32.

« Comme André-Charles Boulle, comme Charles Cressent, Jean-Henri Riesener (1734-1806) est un artiste au talent exceptionnel qui sut créer un style qui lui était propre. Compositions tripartites, mosaïques de tournesols, vases de fleurs, losanges de satiné gris, acajou moucheté, bas-reliefs ou fleurs en bronze doré : les oeuvres de Riesener, qui remplissaient les demeures royales sous Louis XVI, sont immédiatement identifiables. Les expositions consacrées à un grand ébéniste sont rares. Il n’est pas étonnant que l’initiative de cet hommage à Riesener provienne de membres de la famille Kraemer, depuis toujours défenseurs de grandes causes, comme celle de l’art du XVIIIème siècle, et amis des musées, notamment du Louvre où ils complétèrent le mobilier de Madame Elisabeth. » — Daniel Alcouffe, conservateur général honoraire au musée du Louvre

Jean-Henri Riesener (1734-1806)

  • 1734 : Naissance à Gladbeck, près d’Essen (Westphalie).
  • 1754 : S’installe à Paris, puis commence son apprentissage auprès de Jean-François Oeben à l’Arsenal (lieu royal protégé des règlements contraignants des corporations, où il pouvait lui-même faire fondre et ciseler les bronzes qu’il avait conçus pour ses meubles, tout comme André-Charles Boulle aux galeries du Louvre, sous Louis XIV).
  • 1763 : Décès de J.F. Oeben. Riesener assure la direction de l’atelier.
  • 1767 : Epouse Madame Oeben, devient ainsi le beau-frère de Roger Van Der Cruse (R.V.L.C.) dit Lacroix, et aussi parent de Martin Carlin.
  • 1768 : Obtient la maîtrise d’ébéniste et commence à utiliser sa propre estampille.
  • 1769 : Termine, signe et livre au roi Louis XV le fameux bureau à cylindre conçu par Oeben, commandé neuf ans plus tôt.
  • 1771 : Première livraison au garde-meuble de la couronne.
  • 1774 : Est nommé « Ebéniste ordinaire du mobilier de la couronne » à la suite de Gilles Joubert.
  • 1774-1785 : Fournisseur du garde-meuble royal. Participe à l’ameublement de la plupart des résidences royales et de celles de la haute noblesse, faisant parfois soustraiter par Adam Weisweiler.
  • 1774-1789 : Ebéniste personnel de Marie-Antoinette.
  • 1793-1795 : Pendant la convention, rachète lors des ventes révolutionnaires, certains des meubles qu’il avait créés pour Louis XVI et Marie-Antoinette.
  • 1797-1798 : Cesse son activité.

Biennale des Antiquaires (stand n°32)

Du 14 au 23 septembre 2012, de 11h à 20h 
Les mardi 18, jeudi 20 et samedi 22 septembre 2012 (jusqu’à 23h) 
Le dimanche 23 septembre 2012 (fermeture à 16h) 

Vernissage le jeudi 13 septembre 2012


Maison Kraemer 
43, rue de Monceau
75008 Paris

www.kraemer.fr

[Visuel : Commode en marqueterie. Estampille de Jean-Henri Riesener. Circa 1770. Époque de la transition Louis XV – Louis XVI]

Articles liés

Les musiques de Picasso – La nouvelle exposition du Musée de la musique
Agenda
48 vues

Les musiques de Picasso – La nouvelle exposition du Musée de la musique

Des premières scènes de vie gitane aux joueurs de flûte des années 1970, en passant par les saltimbanques musiciens, les guitares cubistes, les collaborations avec les Ballets russes ou les bacchanales, cette exposition explore la dimension musicale de l’œuvre...

Les “Tête-à-Tête” des Filles de la Photo : des entretiens pratiques et stratégiques pour les femmes photographes
Agenda
73 vues

Les “Tête-à-Tête” des Filles de la Photo : des entretiens pratiques et stratégiques pour les femmes photographes

Témoin des disparités entre femmes et hommes photographes dans leurs parcours de reconnaissance, l’Observatoire de la Mixité nous a permis de constater que les femmes photographes candidatent moins dans les domaines où les processus de sélection sont informels, dans des...

Rag’n Boogie : Sébastien Troendlé au cœur d’un spectacle musical Boogie-Woogie aux Trois Baudets
Agenda
72 vues

Rag’n Boogie : Sébastien Troendlé au cœur d’un spectacle musical Boogie-Woogie aux Trois Baudets

Sébastien Troendlé, pianiste virtuose, se joue de partitions diaboliques tout en donnant vie, par la voix et le jeu théâtral, à une foule de personnages attachants : c’est rare et tellement réjouissant ! Il y a de l’intelligence et...