0 Shares 373 Views

 La première exposition française de Dan Rawlings à la Galerie Openspace !

25 août 2019
373 Vues

À l’instar d’un Vhils, Dan Rawlings fait partie de cette génération d’artistes virtuoses, capables de générer des oeuvres hautement poétiques en creusant la matière.

Au-delà de la finesse de ses découpes de métal et de sa technicité, la puissance de Dan Rawlings réside dans sa réflexion sur notre rapport au monde et sur la société industrialisée et globalisée dans laquelle nous vivons. La prise de conscience du déséquilibre entre les hommes et la nature est grandissante aujourd’hui et c’est ce qu’il interroge avec son travail.

Dan Rawlings choisit ses supports avec soin : une plaque publicitaire (marques d’essence, de voiture, de gaz, etc.), un extincteur, un bidon d’essence ou encore à plus grande échelle, une camionnette ou un  silo à grain… Il réalise ensuite à la main une découpe d’une très grande finesse à l’aide d’un chalumeau et d’un découpeur plasma, dessinant des motifs floraux et végétaux dans la matière.

Il va même parfois encore plus loin cherchant à provoquer une nouvelle perception chez le visiteur, en projetant des lumières à travers l’objet et ses zones évidées, générant ainsi un véritable théâtre d’ombres sur les murs et le sol qui environnent l’oeuvre. Cela permet de donner vie  et corps à cette nature ainsi régénérée de façon poétique et à interroger le spectateur dans sa relation à l’oeuvre et au sens qu’elle véhicule. Sentiment encore plus prégnant dans ses installations monumentales, on ressent la marque du temps qui passe, et l’on est perdu entre passé, présent et futur.

« The Earth Exhales » ; 

Du 7 septembre au 8 octobre 2019, la Galerie Openspace présentera la toute première exposition de Dan Rawlings en France, montrant une trentaine d’oeuvres découpées. L’artiste a choisi pour titre « The Earth Exhales », référence à un poème de John Betjeman, journaliste et poète connu pour son engagement écologique et sa position privilégiée auprès de la reine d’Angleterre pendant les années 70 et 80.

L’auteur a écrit ce texte à propos de la ville de Slough en 1937, alors en proie à un boom industriel aux conséquences désastreuses sur le logement et la nature. Il y invite les bombes à raser la ville et à redémarrer à zéro. La phrase « The Earth exhales » est la toute dernière ligne de ce texte faisant de John Betjeman un précurseur de la collapsologie et donnant à l’exposition parisienne de Dan Rawlings une note dystopique. À la manière d’un Daniel Arsham qui projette le spectateur dans un monde déserté dont ne subsistent que les vestiges de notre industrie et de notre technologie, Dan Rawlings met en lumière ce qui est essentiel et nous montre de manière symbolique la nature reprendre ses droits sur les objets.

[Source : communiqué de presse]

Articles liés

« The way she dies » : pour l’amour d’Anna Karénine
Spectacle
47 vues
Spectacle
47 vues

« The way she dies » : pour l’amour d’Anna Karénine

Au croisement des langues et des cultures, le collectif TgSTan et le metteur en scène Tiago Rodrigues donnent naissance à un spectacle poétique et irradiant, qui célèbre la passion en même temps que la littérature. Un moment théâtral de...

YES! TRIO : le premier album studio de trois maîtres du jazz
Agenda
35 vues
Agenda
35 vues

YES! TRIO : le premier album studio de trois maîtres du jazz

Soudés par une amitié de vingt-cinq ans, trois maîtres contemporains du jazz, Ali Jackson (batterie), Aaron Goldberg (piano) et Omer Avital (contrebasse), réactivent avec bonheur la tradition du genre, au sein d’un trio moderne qui magnifie l’esprit du swing...

Tempête en Juin au Théâtre La Bruyère
Agenda
37 vues
Agenda
37 vues

Tempête en Juin au Théâtre La Bruyère

En 1942, dans la France occupée, Irène Némirovsky écrit son roman le plus déchirant, « Suite française ». Il restera inachevé. Le premier tome de ce roman, « Tempête en juin », suit une quarantaine de personnages sur les...