0 Shares 1984 Views

L’Art Cinétique à Art Paris Art Fair – Interview avec Liliane Zafrani

31 mars 2014
1984 Vues
L_Art Cinetique a Art Paris Art Fair – Interview avec Liliane Zafrani

L_Art Cinetique a Art Paris Art Fair – Interview avec Liliane Zafrani::

L’Art Cinétique à Art Paris Art Fair – Interview avec Liliane Zafrani

Le 30 mars 2014

Le 30 mars 2014 

À Art Paris, il est difficile de manquer le stand de l’Espace Meyer Zafra. Une volumineuse installation habillée de rayures rouges et blanches, où un mécanisme faisant tourner les roues de la structure nous renvoie aux machines de l’usine de Willy Wonka y côtoie une autre Oeuvre qui renferme une mystérieuse poudre verte, en perpétuelle évolution grâce à un mécanisme rotatif.

AMA a rencontré Liliane Zafrani, qui a fondé la galerie en 2000, afin d’en savoir plus sur cet espace qui attire le regard.

Est-ce que vous pouvez nous présenter votre galerie ?

L’espace Meyer Zafra est une galerie qui présente de l’art cinétique et de l’abstraction géométrique, à travers des œuvres des années soixante jusqu’à aujourd’hui. Nous avons un groupe d’artistes très actif.

Quel genre de collectionneur ciblez-vous avec les œuvres que vous présentez ?

Nos collectionneurs sont des gens très jeunes. Ils ont de 28 à grand maximum 50 ans. Ce sont des gens qui ont bien réussi, qui veulent investir dans l’art, et qui aiment ce que nous faisons. Ils sont très pointus.

L’installation de Manuel Merida qui est exposée sur votre stand semble être destinée à être présentée dans un musée.

Oui, mais étonnamment cette installation a attiré beaucoup d’architectes d’intérieur, qui travaillent pour des collectionneurs qui ont de grands espaces et qui pensent pouvoir vivre avec une œuvre de cette sorte. Ce qui nous ravit, parce que si l’œuvre rentre dans un musée, c’est très bien, mais nous aimons que l’œuvre soit vivante, qu’elle sorte plutôt du musée.

Est-ce que vous avez réalisé de nombreuses ventes pendant la foire, ou est-ce que votre stand est plutôt destiné à attirer le public ?

Nous avons plusieurs personnes intéressées par cette installation, et nous avons des commandes.

Quel est l’objectif des œuvres cinétiques de ce type ? Est-ce uniquement pour susciter la curiosité et l’attention des visiteurs ou existe-t-il un message plus profond ?

L’artiste qui a créé ces installations, Manuel Merida, a pour l’objectif que l’œuvre soit vivante, qu’elle vous présente une forme différente à chaque instant, qu’elle évolue, qu’elle ne soit pas ennuyeuse. Si vous arrêtez l’œuvre le soir, le lendemain elle est totalement différente — car il s’agit de pigments.

Son objectif, son concept depuis toujours, a été que l’œuvre bouge, qu’elle ne soit jamais statique. Nous avons fait une exposition avec Hermès il y a deux ans qui a parcouru le monde et qui a connu un grand succès. Ce qui étonne les gens est que l’artiste a 75 ans – tout le monde pense qu’il a 35 ans dans sa tête.

Art Media Agency
 

Articles liés

Auren en duo avec Jeanne Cherhal sur le titre “Vivante”
Agenda
54 vues

Auren en duo avec Jeanne Cherhal sur le titre “Vivante”

Auren nous dévoile un nouvel extrait de son troisième album Il s’est passé quelque chose, attendu pour le 20 janvier 2023. Après “Au Bord de la Nuit”, la chanteuse nous présente “Vivante”, en duo avec Jeanne Cherhal.  “Vivante” célèbre...

Julien Primard présente sa première exposition parisienne, “Les instants modernes”
Agenda
136 vues

Julien Primard présente sa première exposition parisienne, “Les instants modernes”

Jeune peintre émergent, Julien Primard expose pour la première fois à Paris en décembre. Entre codes urbains, architecture moderne et coup de pinceau léché, à la découverte du monde introspectif d’un artiste à suivre… Avec un ensemble de 14...

“Je veux juste être comme tout le monde : hors du commun” : le premier one woman show de Marie Nègre à la Nouvelle Seine
Agenda
63 vues

“Je veux juste être comme tout le monde : hors du commun” : le premier one woman show de Marie Nègre à la Nouvelle Seine

Ça va. Ça va très bien. Trop bien même. Elle a vraiment pas de quoi s’plaindre, seulement voilà ça prend une place folle, ça l’obsède… Marie et sa “gueule” passe partout et nulle part à la fois, décortique avec...