0 Shares 874 Views

Les Fantômes de la Rue Papillon – Théâtre La Bruyère

Agathe Louis 9 novembre 2017
874 Vues
fantomes rue papillon theatre bruyere artistik rezo paris

Une comédie humaniste mettant en scène un jeune « rebeu » qui doit raconter la Shoah à un juif. De l’émotion, du rire, un plaidoyer contre l’antisémitisme et le racisme. Un hommage à la fraternité.

Le rideau s’ouvre sur un banc et son réverbère.
Sur le banc, Joseph, un vieux juif solitaire. Soudain, des halos de gyrophare…. le contrôle d’identité d’Haïssa, un jeune rebeu : «Tu descends de ta voiture et tu sors tes papiers !!!!!! », « Mais j’ai rien fait, M’sieur »… Ça dégénère, un malentendu, une bousculade, un coup de feu… Haïssa meurt sur le coup. On entend une porte s’ouvrir lourdement, Haïssa entre en scène et tombe sur Joseph. La porte se referme magistralement. Ce sont deux fantômes !

Joseph va expliquer à Haïssa que « l’on devient fantôme juste devant l’endroit où l’on meurt ». Ainsi, tous deux se retrouvent isolés dans un espace virtuel, devant la rue Papillon à Paris. Joseph y a été tué le matin du 16 juillet 1942, jour maudit de la rafle du Vel d’Hiv. Haïssa vient d’y mourir ce 12 janvier 2017.

Tantôt riant, tantôt pleurant, nos deux fantômes font connaissance. Sur leur banc, ils voient la vie de la rue Papillon se dérouler devant eux. C’est de cet endroit qu’il y a soixante-quinze ans, Joseph a vu partir sa femme, ses enfants et tous les juifs du quartier dans des bus dont il ignore toujours la destination. Il n’aura de cesse d’interroger Haïssa sur la destinée de sa famille. Haïssa connaît l’holocauste, mais se tait pudiquement.

Chacun raconte ses difficultés : pour l’un, l’occupation ; pour l’autre, les brimades d’aujourd’hui. Ils en arrivent à la triste conclusion qu’ils ont été tués pour les mêmes raisons fondamentales. Raisons fondamentales qui se nourrissent de « la haine de l’autre».

Un matin, Joseph découvre la Shoah.

A travers l’abomination de ce crime de masse à caractère industriel, bureaucratique et systématique, l’un et l’autre prennent conscience des conséquences paroxystiques que peuvent entraîner l’antisémitisme, le racisme et toutes autres formes de stigmatisation ethnique ou religieuse.

Joseph et Haïssa éveillent nos consciences sur le monde d’hier, d’aujourd’hui et celui de demain…

[Source texte : communiqué de presse]

Articles liés

Portrait de l’artiste Don Mateo par Stéphanie Lemoine
Art
77 vues
Art
77 vues

Portrait de l’artiste Don Mateo par Stéphanie Lemoine

« Tu ne viens pas ici par hasard », prévient d’emblée Don Mateo. La presqu’île de Thau, quartier populaire de Sète, est ce qu’on appelle pudiquement un quartier sensible. Cela sied bien, justement, à la sensibilité de l’artiste, qui joue sa pratique dans la rencontre et le dialogue avec les passants. Au printemps dernier, il était venu […]

« Le triomphe de l’amour aux Bouffes du Nord »
Spectacle
172 vues
Spectacle
172 vues

« Le triomphe de l’amour aux Bouffes du Nord »

Sur un plateau bucolique, Le triomphe de l’amour révèle en réalité les échecs cuisants de l’amour dès lors qu’il se pare de masques et de tricheries. Cette comédie entre soupir désabusé et rire franc plonge le public dans un marivaudage classique. En ouverture de la pièce, le contexte et l’intrigue sont exposés longuement par le […]

Festival Jazz à Vienne 2018 – 38e édition
Agenda
48 vues
Agenda
48 vues

Festival Jazz à Vienne 2018 – 38e édition

Depuis sa création en 1981, sous l’impulsion de Jean-Paul Boutellier, le Festival Jazz à Vienne célèbre l’univers du jazz, cette année pour la 38e fois et pour 16 jours de fête… Devenu une véritable institution, le festival propose aux amateurs ou aux avertis de venir découvrir et partager dans toute la ville des moments festifs […]