0 Shares 850 Views

“Nulle part” : l’artiste Sabek présente sa nouvelle exposition chez Adda & Sarto

1 octobre 2021
850 Vues

La galerie Adda & Sarto présente la toute nouvelle exposition de l’artiste espagnol Sabek qui s’inaugure le jeudi 7 octobre 2021. L’artiste présente dix œuvres sur bois mettant en scène des animaux dans des atmosphères surréelles, sans trace de présence humaine. Son travail témoigne d’une incertitude, une dualité dans un espace temps indéfini, qui nous fait basculer entre le positif et le négatif, la force et la tendresse, la couleur et la non couleur. Il propose des œuvres qui, plutôt que de refléter une réalité, en créent une nouvelle.

Sabek (Madrid, 1985) débute dans le graffiti dans les années 2000, en intervenant dans les rues et lieux abandonnés de Madrid où il développe son style. Plus tard, il commence à produire des œuvres plus figuratives en expérimentant différentes techniques et médiums en extérieur et en intérieur.

Son style unique est aisément reconnaissable.
Largement inspiré par la nature, la faune et la flore, il représente des animaux qui incarnent la puissance et la force. Son travail propose une réflexion sur l’être humain et son rapport aux instincts primaires.

Il peint d’immenses peintures murales à travers le monde : États-Unis, Malaisie, Russie, Nouvelle-Zélande… Un parfait équilibre entre subtilité et puissance dans lequel les formes et les aplats de couleurs, utilisés comme des symboles, cohabitent parfaitement. Des animaux représentés de manière minimaliste qui se mêlent aux formes végétales dans une allégorie de l’équilibre naturel et des énergies qu’il canalise.

Le travail de Sabek est exposé depuis des années dans des galeries en Espagne, en Chine, aux États-Unis… Pour cette nouvelle exposition à Paris, l’artiste présente une dizaine d’œuvres sur bois mettant en scène des animaux dans des atmosphères surréelles sans trace de présence humaine. Le travail de Sabek témoigne d’une incertitude, une dualité dans un espace temps indéfini, qui nous fait basculer entre le positif et le négatif, la force et la tendresse, la couleur et la non couleur. Jouant ainsi ses compositions, l’artiste propose des œuvres qui, plutôt que de refléter une réalité, en créent une nouvelle.

Vernissage le jeudi 7 octobre  de 18h à 21h

Articles liés

« George Balanchine » : entre Tchaïkovski et Gershwin, une fête de la danse
Spectacle
46 vues

« George Balanchine » : entre Tchaïkovski et Gershwin, une fête de la danse

Entre la Russie et l’Amérique, entre Tchaïkovski et Gershwin, il y a Georges Balanchine, le chorégraphe russe qui a adopté New-York et qui a sublimé les chorégraphies classiques de Marius Petipa en inventant un nouveau langage, plus pur, plus...

“J’attends que mes larmes viennent”, le spectacle à ne pas manquer au Théâtre Monfort
Agenda
112 vues

“J’attends que mes larmes viennent”, le spectacle à ne pas manquer au Théâtre Monfort

“Je ne sais plus si c’est mon histoire que je vous raconte. Mais je vous assure que je suis sincère.” Qui est Kamel Abdessadok ? Homme français d’origine algérienne, entre deux âges… De multiples identités et autant de personnages,...

“Astrakan”, le film poignant de David Despesseville en salle dès aujourd’hui
Agenda
104 vues

“Astrakan”, le film poignant de David Despesseville en salle dès aujourd’hui

Samuel est un orphelin de douze ans à l’allure sauvage, placé depuis quelques semaines chez une nourrice, Marie. Cette dernière, qui se débat entre ses sentiments et son besoin d’argent, est mariée à Clément avec qui elle a deux...