0 Shares 352 Views

Paños Prison Break – Galerie Christian Berst

18 mars 2014
352 Vues
panos

panos::

Paños Prison Break

Jusqu’au samedi 19 avril 2014
Du mardi au samedi de 14h à 19h

Galerie Christian Berst
5, passage des Gravilliers
75003 Paris
M° Rambuteau

www.christianberst.com 

Jusqu’au samedi 19 avril 2014


La galerie Christian Berst explore les frontières de l’art brut en exposant, des oeuvres produites en milieu carcéral : une cinquantaine de paños mexicains, mouchoirs sur lesquels les détenus dessinent à l’encre, emblématiques de la subculture latino des prisons de Los Angeles. Le cabinet de curiosité accueille les dessins de Boris Santamaria, prisonnier cubain.

Pour les prisonniers latinos du sud-ouest des Etats-Unis, souvent illettrés et condamnés à de longues peines, ces messages aux allures d’enluminures adressés à leurs proches sur les paños – diminutif de panuelos (mouchoirs en espagnol) – représentent l’unique moyen de communication avec l’extérieur.

Les motifs, réalisés à l’encre de stylo bille, suivant une technique transmise d’une génération de détenus à l’autre, synchrétisent les icônes du peuple mexicain (héros de la révolution, légendes pré-colombiennes…) et celles de la culture des gangs latinos (pin up aux formes généreuses, grosses cylindrées…). Si ce registre est choisi pour les élues de leur coeur, les enfants reçoivent des personnages de cartoons et les mères des sujets religieux traditionnels : Vierge de la Guadalupe, Jésus en croix, mains jointes sur la Bible…

Cette correspondance sur étoffe, développée à la fin des années 40, est une première affirmation de l’identité chicano en Amérique du Nord.
Utilisant lui aussi comme seul matériau le stylo bille, Boris Santamaria, né à Cuba en 1971, exorcise son mal être d’homme aux prises avec les drogues et la maladie par ses dessins sur fond de lignes hachurées comme autant de barreaux de la prison qu’il a fréquentée. Son iconographie fustige l’autorité – les autorités (religieuses, politiques, économiques) – en utilisant les codes de la rue ou de la contreculture.
  

Articles liés

La Source des Saints – Théâtre de Gennevilliers
Agenda
25 vues
Agenda
25 vues

La Source des Saints – Théâtre de Gennevilliers

Avec un sens aigu de l’épure, Michel Cerda fait résonner toute la singularité de la langue de John Millington Synge dans cette fable à la cruauté savamment grinçante… Martin et Mary vivent dans la douceur, au croisement des routes. Ils sont pauvres, laids,...

Rétrospective Youssef Chahine à la Cinémathèque
Cinéma
249 vues
Cinéma
249 vues

Rétrospective Youssef Chahine à la Cinémathèque

La Cinémathèque Française rend hommage à ce grand réalisateur, à l’occasion du dixième anniversaire de sa disparition. Une exposition fort intéressante, à la croisée des cultures orientales et occidentales. Nous sommes au Musée du Cinéma, au premier étage de la Cinémathèque Française. Un...

Judy Hill : « Roberto nous a donné, à nous les Noirs, ce que nous n’avions jamais eu : une voix. »
Cinéma
400 vues
Cinéma
400 vues

Judy Hill : « Roberto nous a donné, à nous les Noirs, ce que nous n’avions jamais eu : une voix. »

À l’occasion de la sortie de son documentaire, « What you donna do when the world’s on fire ? », une plongée dans le quotidien brutal d’une communauté noire du Sud des États-Unis, le réalisateur Roberto Minervini et Judy Hill, la protagoniste principale, ont...