0 Shares 992 Views

Paños Prison Break – Galerie Christian Berst

18 mars 2014
992 Vues
panos

panos::

Paños Prison Break

Jusqu’au samedi 19 avril 2014
Du mardi au samedi de 14h à 19h

Galerie Christian Berst
5, passage des Gravilliers
75003 Paris
M° Rambuteau

www.christianberst.com 

Jusqu’au samedi 19 avril 2014


La galerie Christian Berst explore les frontières de l’art brut en exposant, des oeuvres produites en milieu carcéral : une cinquantaine de paños mexicains, mouchoirs sur lesquels les détenus dessinent à l’encre, emblématiques de la subculture latino des prisons de Los Angeles. Le cabinet de curiosité accueille les dessins de Boris Santamaria, prisonnier cubain.

Pour les prisonniers latinos du sud-ouest des Etats-Unis, souvent illettrés et condamnés à de longues peines, ces messages aux allures d’enluminures adressés à leurs proches sur les paños – diminutif de panuelos (mouchoirs en espagnol) – représentent l’unique moyen de communication avec l’extérieur.

Les motifs, réalisés à l’encre de stylo bille, suivant une technique transmise d’une génération de détenus à l’autre, synchrétisent les icônes du peuple mexicain (héros de la révolution, légendes pré-colombiennes…) et celles de la culture des gangs latinos (pin up aux formes généreuses, grosses cylindrées…). Si ce registre est choisi pour les élues de leur coeur, les enfants reçoivent des personnages de cartoons et les mères des sujets religieux traditionnels : Vierge de la Guadalupe, Jésus en croix, mains jointes sur la Bible…

Cette correspondance sur étoffe, développée à la fin des années 40, est une première affirmation de l’identité chicano en Amérique du Nord.
Utilisant lui aussi comme seul matériau le stylo bille, Boris Santamaria, né à Cuba en 1971, exorcise son mal être d’homme aux prises avec les drogues et la maladie par ses dessins sur fond de lignes hachurées comme autant de barreaux de la prison qu’il a fréquentée. Son iconographie fustige l’autorité – les autorités (religieuses, politiques, économiques) – en utilisant les codes de la rue ou de la contreculture.
  

Articles liés

Léo Dorfner : “J’envisage mes aquarelles comme des films ou des poèmes”
Art
136 vues

Léo Dorfner : “J’envisage mes aquarelles comme des films ou des poèmes”

Les aquarelles de Léo Dorfner captivent, fascinent, tant par leur réalisme que par leur beauté. Des gros plans de la peau, des yeux, des mains et de la bouche, interviennent comme capteurs émotionnels et sensoriels que l’artiste met au...

Jacques Weber fait sa Crise de Nerfs
Spectacle
303 vues

Jacques Weber fait sa Crise de Nerfs

A 71 ans, celui qui incarnait Cyrano de Bergerac dans le film de Jean-Paul Rappeneau remonte sur les planches sous la direction du metteur en scène allemand Peter Stein au Théâtre de l’Atelier. Trois courtes pièces de Tchekhov, dont...

“Avalanches”, le nouveau clip de Thelma
Agenda
205 vues

“Avalanches”, le nouveau clip de Thelma

Thelma, deux voix en fusion, brutes et sensuelles, scandent comme un chant de guerre et les humeurs capricieuses des jours. Les rythmes ont le pas lourd, les basses tonnent dans la poitrine et la posture est ambitieuse. Tout commence sur les bancs de l’école...