0 Shares 276 Views

Ronan Rivière met en scène Le Double de Dostoïevski au Théâtre du Ranelagh

12 septembre 2019
276 Vues

Monsieur Goliadkine, paisible fonctionnaire de Pétersbourg, voit sa vie bouleversée par l’apparition d’un double de lui-même…

Après Faust de Goethe et Le Roman de Monsieur Molière de Boulgakov, Ronan Rivière et sa troupe s’emparent de ce roman de Dostoïevski. Une adaptation théâtrale pour la première fois en France, avec six comédiens et un pianiste sur scène.

Note d’intention de Ronan Rivière – Metteur en scène

« Le Double est un conte drolatique et poétique sur la confusion. Celle de Monsieur Goliadkine, discret fonctionnaire de Pétersbourg, et celle de ceux qui l’entourent. L’intérêt de l’œuvre est de semer le trouble entre le rêve et la réalité, entre le fantastique et la folie. C’est cela qui me plaît. D’extraire de cette nouvelle une pièce où l’on ne sait jamais qui est fou entre les personnages, les interprètes ou le public. Car le surnaturel fait heureusement partie de la vie.
L’adaptation est libre, c’est mon écriture personnelle qui transpose le roman sur scène, oscillant entre des moments de confidence poétique et des dialogues secs et rapides, c’est mon style. Je m’appuie sur la trame de Dostoïevski, et m’inspire de l’univers de Gogol et des Nouvelles de Pétersbourg (notamment Le Nez, Le Manteau, et le Journal d’un fou). Il en ressort une comédie fantastique et poétique, avec six acteurs et un pianiste. Elle a pour ambition d’être drôle, active, troublante. »

Quelques critiques presse :

Le Figaro : « Cette première adaptation théâtrale en France du roman de Dostoïevski navigue avec brio dans un univers expressionniste et loufoque, où la folie se cache à l’ombre des grandes avenues de Saint-Pétersbourg. »

Le Point : « Un interprétation rondement bien menée. »

L’Humanité : « Ronan Rivière adapte et met en scène avec panache Le Double, une interprétation avec tact et finesse remarquable de Jacob Petrovitch Goliadkine. »

Télérama : « Le texte est formidable. Étrange fiction, qui échappe aux injonctions de la logique. Les comédiens, dans un décor qui se transforme sans cesse, sont précis dans leur jeu. »

[ Source : communiqué de presse ]

Articles liés

Ce week-end à Paris… du 22 au 24 novembre
Art
111 vues

Ce week-end à Paris… du 22 au 24 novembre

De l’art, du cinéma, du théâtre, de la musique… L’équipe Artistik Rezo vous a prévu un programme pour ces quatre univers que nous chérissons… Dépêchez-vous, ça commence ce soir ! Vendredi 22 novembre Venez vernir Ismaël Joffroy Chandoutis à...

Festival de l’imaginaire 2019 : Donghaean Byeolsingut
Agenda
38 vues

Festival de l’imaginaire 2019 : Donghaean Byeolsingut

Retrouvez cette 23e édition du Festival de l’imaginaire du 10 octobre au 31 décembre à Paris, en Seine-Saint-Denis, mais aussi à Lyon ou en Bretagne. Le Festival de l’Imaginaire offre une scène ouverte aux peuples et civilisations du monde contemporain,...

Au Musée d’Orsay, « Degas à l’Opéra »
Art
87 vues

Au Musée d’Orsay, « Degas à l’Opéra »

Edgar Degas était bien plus que « le peintre des danseuses ». Ses tableaux font vivre un univers entier, de la danse aux musiciens, chanteurs, abonnés… La passion du peintre pour ce monde se raconte au Musée d’Orsay en...