0 Shares 1329 Views

Sam Szafran – 50 ans de peinture – Fondation Pierre Gianadda

7 mars 2013
1329 Vues
Fondation Pierre Gianadda

En 1999, avant la Fondation Maeght de Saint-Paul de Vence, la Fondation Pierre Gianadda présentait une grande rétrospective de cet œuvre inclassable et méconnu, révélant la série des « Ateliers », celle des « Rocking Chairs », ou encore les « Escaliers ».

Jean Clair, commissaire de l’exposition, ancien directeur du Musée Picasso à Paris et vieil admirateur de Szafran, jetait un regard perspicace sur les dessins de son ami, «prétextes à un jeu abstrait, d’une parfaite maîtrise, qui anime l’inanimé et qui donne… la puissance de la vie à l’inerte». Il s’agissait de la première rétrospective de cette œuvre très collectionnée, mais peu montrée. Elle faisait suite à une belle monographie, parue sous la plume de Jean Clair à Genève chez Skira en 1998.

En 2004, la Fondation Pierre Gianadda inaugurait le Pavillon Szafran, deux étonnantes céramiques monumentales. Ces œuvres d’extérieur, visibles dans le parc de la Fondation, reprennent les thèmes des « Escaliers » et des « Philodendrons ». Leur réalisation chez Joan Gardy-Artigas, le céramiste de Miró et de tant d’autres, a été patiemment documentée à travers film et catalogue.

Aujourd’hui, Daniel Marchesseau, autre fidèle de la Fondation et vieil ami de Sam Szafran, signe une nouvelle exposition du maître français, un événement pour les amateurs de cette peinture et pour tous ceux qu’intéressent « l’une des œuvres les plus secrètes et les plus poétiques de ce temps. »

Biographie de Sam Szafran

Sam Szafran est né le 19 novembre 1934 à Paris. Ses parents, émigrés juifs polonais, sont installés au 158, rue Saint-Martin, dans les Halles. Son père est tué au début de la guerre, le jeune garçon est confié à un oncle, puis placé à la campagne chez des paysans qui le maltraitent. Il trouve refuge chez des Républicains espagnols, dans le Lot. A la fin de la guerre, la Croix Rouge l’envoie en Suisse. Il est accueilli par une famille près de Winterthur. 

En 1947, il embarque avec sa mère et sa sœur sur un navire à destination de l’Australie. Il a treize ans et demi et supporte mal le déracinement. Son exil se passe dans de mauvaises conditions. Il rentre en France en 1951, s’inscrit aux cours du soir de dessin de la ville de Paris, gagne misérablement et s’installe dans le quartier de Montparnasse. 

En 1953, il s’inscrit à l’atelier de la Grande Chaumière et rencontre d’autres artistes (Ipoustéguy, Pélayo, Clavé). Une rencontre importante est celle avec Django Rheinardt, en 1955, qui lui donne la passion du jazz. A la fin des années 50, il se lie avec des sculpteurs, Jacques Delahaye, Alberto et Diego Giacometti en 1961, Raymond Mason, Joseph Erhardy. D’autres influences se font sentir après ses rencontres avec Nicolas de Staël et Jean-Paul Riopelle, des peintres qui lui ouvrent les portes de l’abstraction. 

En 1958, retour à la figuration. Sam Szafran reçoit une première boîte de pastels. Il abandonne la peinture à l’huile. Il expose pour la première fois dans la galerie de Max Kaganovitch, grâce à Riopelle, en 1963. César et Ipoustéguy le signalent ensuite au galeriste Claude Bernard qui l’expose dès l’année suivante. La série des « Choux » date de cette époque. Il épouse Lilette Keller, originaire de Moutier en Suisse.

En 1964 naît leur fils, Sébastien. Jacques Kerchache lui offre en 1965 sa première exposition personnelle. Bernard Anthonioz, directeur du Fonds National d’art contemporain, lui achète une vingtaine de dessins, ce qui le tire momentanément de la misère. 

Entre 1967 et 1983, il collabore avec la revue La Délirante de son ami le poète libanais Fouad El-Etr. En 1970, la Galerie Claude Bernard présente une exposition personnelle avec la série des « Ateliers ». En 1972, il fait partie de l’exposition collective « Douze ans d’art contemporain » aux Galeries nationales du Grand Palais. A la même époque, il se rapproche d’Arrabal, Roland Topor et Jodorowsky, se lie d’amitié avec Henri Cartier Bresson auquel il donne des cours de dessin. Il développe une nouvelle série, les « Imprimeries ». Il s’installe à Malakoff en 1974, dans une ancienne fonderie, et amorce la série des « Escaliers ». 

De 1986 date l’apparition des grandes aquarelles des Ateliers, des Serres et des Escaliers: « Mon obsession des plantes a trouvé là le meilleur terrain pour s’exprimer. » Dans les années 90, il découvre un nouveau support pour ses aquarelles, la soie, et explore des compositions en mosaïque à partir de polaroïds. Dans la série des « Escaliers », les images se déploient en lames d’éventail. 

Entré dans la collection Jacques et Natasha Gelman, Sam Szafran fait partie de l’exposition organisée par le Metropolitan Museum of Art à New York en 1989, puis de celle présentée en 1994 à la Fondation Pierre Gianadda à Martigny ; il rencontre Léonard Gianadda à cette occasion. Entretemps, en 1993, le Grand Prix des arts de la ville de Paris lui est décerné.

En 1997, le Centre Pompidou le présente dans « Made in France, 1947-1997 ». En 1999, la Fondation Pierre Gianadda organise la première rétrospective de l’artiste. En 2000, Daniel Marchesseau présente une exposition « Sam Szafran, L’Atelier dans l’atelier, 1960-2000 » au Musée de la Vie Romantique à Paris. 

En 2005, la Fondation Pierre Gianadda inaugure deux œuvres de Sam Szafran sur la façade de la Salle Belvédère, dans le parc de la Fondation. La céramique a été réalisée dans l’atelier de Joanet Artigas, dans son atelier de Gallifa près de Barcelone. La Fondation expose les dessins préparatoires de ces œuvres monumentales.

Le peintre français figure à nouveau dans l’exposition «De Renoir à Sam Szafran. Parcours d’un collectionneur » à la Fondation Pierre Gianadda en 2010. En novembre de la même année, Werner Spies organise une nouvelle grande exposition de l’artiste au Max Ernst Museum de Brühl. En 2013, la Fondation Pierre Gianadda présentera à son tour une importante rétrospective de cette oeuvre en constant développement, ou pour conclure avec Jean Clair « l’une des œuvres les plus secrètes et les plus poétiques de ce temps. »

Sam Szafran – 50 ans de peinture

Commissaire d’exposition : Daniel Marchesseau

Du 8 mars au 16 juin 2013
Tous les jours : 10h à 18h

Tarifs : adultes CHF 18 (15 €) // séniors CHF 16 (13,50 €) // étudiants CHF 10 (8,50 €)

Fondation Pierre Gianadda
Rue du Forum 59
1920 Martigny, Suisse

www.gianadda.ch

Articles liés

“Avalanches”, le nouveau clip de Thelma
Agenda
139 vues

“Avalanches”, le nouveau clip de Thelma

Thelma, deux voix en fusion, brutes et sensuelles, scandent comme un chant de guerre et les humeurs capricieuses des jours. Les rythmes ont le pas lourd, les basses tonnent dans la poitrine et la posture est ambitieuse. Tout commence sur les bancs de l’école...

Les musiques de Picasso – La nouvelle exposition du Musée de la musique
Agenda
161 vues

Les musiques de Picasso – La nouvelle exposition du Musée de la musique

Des premières scènes de vie gitane aux joueurs de flûte des années 1970, en passant par les saltimbanques musiciens, les guitares cubistes, les collaborations avec les Ballets russes ou les bacchanales, cette exposition explore la dimension musicale de l’œuvre...

Les “Tête-à-Tête” des Filles de la Photo : des entretiens pratiques et stratégiques pour les femmes photographes
Agenda
147 vues

Les “Tête-à-Tête” des Filles de la Photo : des entretiens pratiques et stratégiques pour les femmes photographes

Témoin des disparités entre femmes et hommes photographes dans leurs parcours de reconnaissance, l’Observatoire de la Mixité nous a permis de constater que les femmes photographes candidatent moins dans les domaines où les processus de sélection sont informels, dans des...