0 Shares 278 Views

Sarah McKenzie – New Morning

16 novembre 2018
278 Vues

Dans le sillon de Diana Krall, l’australienne Sarah McKenzie s’impose parmi les grandes voix du jazz. Elle surprend par la pureté de son timbre de voix et un phrasé swing naturel.

Que dire de mieux, une voix à part, une présence incontestable, de superbes compositions et un réel talent pour mêler compositions originales, standards et trésors cachés de l’histoire du jazz, Sarah McKenzie a les moyens de ses ambitions. Elle concilie un profond respect pour la tradition jazz et un style indéniablement personnel.

Après avoir conquis les amoureux du jazz avec son album « We could be lovers », la chanteuse et pianiste australienne revient avec « Paris in the rain ». Alternant standards et compositions originales, ce nouvel album s’écoute comme un carnet de voyage inspiré par la Ville Lumière. Avec son timbre de voix chaleureux, Sarah McKenzie se distingue par sa grande musicalité et son swing ravageur. Un style singulier et subtil à découvrir.

[Source : communiqué de presse]

Articles liés

Afaina de Jong : virée entre art et architecture
Art
261 vues
Art
261 vues

Afaina de Jong : virée entre art et architecture

L’architecte néerlandaise Afaina de Jong et son studio AFARAI travaillent sur les connexions entre les gens et les mouvements culturels traditionnellement peu représentés par l’architecture dans un contexte de villes en mutation où chacun a un rôle à jouer....

The Twilight Zone, quand la quatrième dimension s’invite chez Castel
Agenda
181 vues
Agenda
181 vues

The Twilight Zone, quand la quatrième dimension s’invite chez Castel

Une soirée organisé par “la Galerie”. Sous l’impulsion de son directeur artistique Gwenaël Billaud, la Galerie a su depuis imposer un nouveau concept de soirées investies par l’art moderne et contemporain, dans le cadre desquelles participent performeurs, artistes, DJs,...

René Urtreger Trio au Sunset Sunside
Agenda
54 vues
Agenda
54 vues

René Urtreger Trio au Sunset Sunside

Dans le petit monde du jazz, on l’appelle parfois le « roi René ». Comme en écho lointain de ce comte de Provence du XIVe siècle qui préférait les arts florissants des lettres et la compagnie des gens d’esprit...