0 Shares 1764 Views

10 questions à Olivia de Bona

20 septembre 2022
1764 Vues

À l’occasion de sa première exposition au sein de la Galerie Artistik Rezo du 6 octobre au 2 novembre 2022, nous avons posé quelques questions à Olivia de Bona. Rencontre avec une street artiste du conte et de l’intime.

Qui es-tu ? D’où vient ton blaze ?

Olivia De Bona, je suis parisienne.
Mon nom d’artiste vient de mes parents ! Il s’agit simplement de mes prénom et nom, initiales ODB.

Peux-tu expliquer ta démarche artistique ?

J’aime aborder le geste, la tendresse, et ainsi rentrer dans l’intime. Je m’appuie solidement sur l’artisanat, en explorant plein de techniques et supports différents. Je travaille par exemple la marqueterie, la marqueterie de paille, et questionne de plus en plus le support en lui-même, avec des interventions sur des objets divers et variés.

Ton meilleur et ton pire souvenir dans la rue ?

Mon pire souvenir c’était une peinture sur une petite structure en bois en face de la station RER de Saint-Denis, qui s’est avérée être la pissotière improvisée des gars qui en sortaient…
Les meilleurs souvenirs ce sont toutes ces fois où l’on a improvisé des peintures avec des copains par un joli temps ensoleillé !

Ton dernier spot / projet ?

J’ai réalisé cet été une grande fresque dans la cour d’une nouvelle école maternelle à le Perreux. Je voulais proposer une invitation au voyage, avec plein d’animaux et de belles couleurs vives pour les enfants.

Ton spot idéal ?

Je dirais en fin de journée, le mur d’un hôtel sur une petite île paradisiaque avec un beau coucher de soleil…

Performance d’Olivia de Bona au MUR Oberkampf

Quelle musique tu écoutes quand tu travailles ?

J’adore les playlists “conduire la nuit” de la *Duuu Radio.

Une couleur, un thème que tu préfères travailler ?

Je concentre mon travail autour de la nature, des femmes et des animaux. Je me raconte des histoires, des contes… les possibilités sont infinies à travers ces grands thèmes.

Ton actualité, un gros projet à venir ?

Je vais partir en Inde au mois de novembre : j’ai été invitée par l’Institut français à peindre des murs dans plusieurs villes pour le Wall Art Festival

Une découverte artistique ? Un compte Insta à partager ?

Je trouve le compte de @thejealouscurator très inspirant !

Avec quel artiste aimerais-tu collaborer ?

J’aime beaucoup le travail de Kiki Béguin, effeuilleuse et costumière. Une collaboration est d’ailleurs en cours de réflexion…

Articles liés

“J’attends que mes larmes viennent”, le spectacle à ne pas manquer au Théâtre Monfort
Agenda
106 vues

“J’attends que mes larmes viennent”, le spectacle à ne pas manquer au Théâtre Monfort

“Je ne sais plus si c’est mon histoire que je vous raconte. Mais je vous assure que je suis sincère.” Qui est Kamel Abdessadok ? Homme français d’origine algérienne, entre deux âges… De multiples identités et autant de personnages,...

“Astrakan”, le film poignant de David Despesseville en salle dès aujourd’hui
Agenda
101 vues

“Astrakan”, le film poignant de David Despesseville en salle dès aujourd’hui

Samuel est un orphelin de douze ans à l’allure sauvage, placé depuis quelques semaines chez une nourrice, Marie. Cette dernière, qui se débat entre ses sentiments et son besoin d’argent, est mariée à Clément avec qui elle a deux...

Florian Nardone dans “Not All Men”, un spectacle hilarant à la Nouvelle Seine
Agenda
100 vues

Florian Nardone dans “Not All Men”, un spectacle hilarant à la Nouvelle Seine

Les adeptes d’Instagram le connaissent sous le pseudonyme de Violente Viande, sur le mode de la parodie, il y disait tout haut les pires horreurs sur le monde, le féminisme, le racisme ou l’écologie. Voici maintenant Florian Nardone de...