0 Shares 832 Views

Ce week-end à Paris… du 22 au 24 octobre

22 octobre 2021
832 Vues

Bien engagés dans l’automne, on envisagerait presque le rangement des habits d’été, une soirée-plaid et les courses de croûtons pour mettre dans la soupe comme unique sortie du week-end. C’était sans compter le programme bien chargé que nous vous proposons : avec une immersion dans une nuit berlinoise, des cerisiers en fleurs, des concerts et des spectacles pour petits et grands, il y aura forcément une raison de vous faire mettre le nez dehors.

Vendredi 22 octobre

Dernier round pour l’exposition d’Anne Imhof au Palais de Tokyo

Elisa Douglas dans la performance d’Anne Imhof – 2021

Dernier week-end pour profiter de la carte blanche exceptionnelle de l’artiste Anne Imhof au Palais de Tokyo. Après avoir décroché un Lion d’Or à la biennale de Venise pour Faust (2017), une œuvre multidisciplinaire qui a placé l’artiste allemande parmi les meilleur.e.s artistes contemporain.e.s, Anne Imhof a investi l’ensemble du palais de Tokyo (jusqu’au troisième sous-sol) pour une exposition saisissante invoquant l’art urbain, le punk, la techno, la jeunesse et surtout, la noirceur de notre société. Pendant ce dernier week-end est organisée tous les soirs une performance réalisée par une vingtaine de danseurs, tous autour de la muse d’Anne Imhof, Elisa Douglas. Chant, théâtre, danse et œuvres plastiques s’entremêlent pour choquer, provoquer, attendrir, bouleverser les spectateurs dans des tableaux vivants, parfois amorphes, parfois épileptiques. Cette création époustouflante qui emprunte l’esthétique berlinoise des années 1990 en y ajoutant des outils audiovisuels futuristes est rapidement devenue notre coup de cœur de la semaine. 

Voyage musical avec Jane Doe sur le navire de la Dame de Canton

Avec ses trois voix chantant aussi bien en Espagnol qu’en Anglais et ses mélodies au Sud, le groupe Jane Doe (équivalent de “Madame tout le monde” en Français) est loin du qualificatif “lambda”. Le groupe profite de ce concert pour présenter son troisième EP Who’s the sinner qui, comme à son habitude, sait mêler l’harmonie de la folk et l’insolence du rock. Laissez-vous embarquer dans une épopée musicale à bord de la mythique jonque en bois de la Dame de Canton, à bouger aux sons des guitares mais garantie sans mal de mer. 

Au théâtre, rencontrez une “petite fille blonde” pas comme les autres…

Seul, vêtu d’un tutu, le comédien Antonio Interlandi incarne le texte de Pierre Notte en entrant dans la peau d’une fillette de moins de dix ans au caractère un peu rebelle. Digne d’une fifi-brindacier contemporaine, La mauvaise petite fille blonde saura vous narguer comme vous attendrir, vous faire rire comme réfléchir. Après Avignon, elle pose ses bagages ce week-end au théâtre La Flèche. 


Samedi 23 octobre

Première édition de la Moderne Art Fair

C’est la saison des foires. Difficile de faire un choix tant les propositions sont nombreuses ce week-end. Place alors à la nouveauté en découvrant la première édition de la Moderne Art Fair située sur les Champs-Élysées. La foire d’art contemporain propose un large choix d’artistes et d’événements, passant des dessins de Jean Dubuffet à une exposition Design, de Judith Wolfe à Vera Molnar. 

Des expos tout en délicatesse

Malgré ce pluvieux mois d’octobre, c’est le printemps à la Fondation Cartier pour l’art contemporain. Grâce à la magie du peintre Damien Hirst, les cerisiers fleurissent offrant un dégradé de couleurs rosées qui nous rappellerait presque les couchers de soleils du mois d’août. 

Beaucoup plus petit et indépendant cette fois, venez découvrir l’exposition de trois illustratrices à la Galerie Ali (Paris 19). Des corps aux couleurs bleutées et pastels qui abordent des thèmes comme la vague, le pyjama, “le nous du passé”, l’autoportrait et le rêve. L’exposition “Regardez dedans” est bien sûr en entrée libre mais permet de participer à une cagnotte pour La Casa, une association d’aide aux mineur.e.s non-accompagné.e.s et aux exilé.e.s.

Hommage au plus parisien des compositeurs américains pour le dernier week-end de Jazz sur Seine 2021

Le festival de jazz parisien finit en beauté avec une série de concerts rassemblant les talents du moment à ne pas manquer. Notre préférence se trouve du côté du Sunset Sunside, qui accueillera ce samedi la chanteuse franco-britannique Sarah Thorpe pour de magnifiques ballades soul en première partie de soirée, amorçant l’hommage de l’orchestre du Sunset “Midnight in Paris” à Georges Gershwin en interprétant les morceaux de sa célèbre comédie musicale Un Américain à Paris


Dimanche 24 octobre

Et pour les enfants ? 

La jeunesse a aussi le droit à son concert pour ce weekend, en écoutant le dernier spectacle de Nomi-nomi au Théâtre Lepic. Avec Dans ma ville, la chanteuse raconte ses aventures parisiennes avec musiques entêtantes, danses déjantées et costumes iconiques. À deux,  Nomi-nomi et Toni-toni plongent dans une ambiance de fête toute la famille, une bonne façon d’éviter le blues du dimanche soir. 

Ciné ou expo pas de choix à faire 

The Rocky Horror Picture Show

Que serait Superman sans son justaucorps ou Marylin sans sa robe ? La Cinémathèque répond à cette question avec l’exposition Cinémode retraçant l’histoire, les anecdotes et personnes derrière les plus beaux accoutrements du septième art, notamment ceux créés par Jean-Paul Gaultier. Le couturier a traversé les genres cinématographiques, de la femme fatale aux icônes LGBT en habillant B.B., Leeloo du Cinquième élément ou rendu culte le slip doré de Rocky Horror (Picture Show). Le “nanar” préféré des américains sera d’ailleurs ce dimanche projeté en présence du couturier (disponible en fin d’après-midi pour dédicacer le catalogue de l’exposition) et la troupe des “Burden of Quirk” pour rendre hommage au talent de Jim Sherman. 

L’album du week-end : Joy Crookes, Skin

Derrière Big Ben et des cabines téléphoniques se cache une scène musicale intemporelle, une machine à talents qui fait de Londres la nouvelle capitale soul et R&B. Parmi la multitude de chanteuses qui émergent dans cette usine plus productive que la tireuse à bière d’un pub britannique, Joy Crookes réussit à se faire sa place avec sa voix jazzy et les rythmes hip-hop de ses chansons. Abordant des thèmes très variés allant de la politique à la vie de famille, la révélation néo-soul anglaise sort enfin son premier album après trois EPs très appréciés. Pour des sonorités solides mais une sensibilité à fleur de peau, Skin est votre album du week-end. 

Stressed Downton Abbey GIF

En espérant vous avoir convaincu d’enfiler votre imper pour aller à la rencontre de notre amie la culture, Artistik Rezo vous souhaite un excellent week-end !

Articles liés

Mat Bastard : “C’est le disque le plus complet et le plus abouti. Il nous permettra d’aller encore plus loin sur scène”
Musique
162 vues

Mat Bastard : “C’est le disque le plus complet et le plus abouti. Il nous permettra d’aller encore plus loin sur scène”

Skip The Use revient avec un nouveau single Human Disorder ! Après deux ans d’absence due à la crise sanitaire, le groupe annonce un nouvel album. Le chanteur Mat Bastard nous parle de Skip post-confinement et leurs futurs projets....

“Nos paysages mineurs”, entre théâtre et cinéma au Théâtre 14
Agenda
68 vues

“Nos paysages mineurs”, entre théâtre et cinéma au Théâtre 14

Une vie d’amour résumée en une heure de trajet en train : voici le pari, poétique et romantique, de Nos paysages mineurs, dernière création de Marc Lainé. Dans cette pièce elliptique aux accents cinématographiques que l’on contemple à travers les...

Découvrez l’opéra “L’amor conjugale” à Levallois-Perret
Agenda
72 vues

Découvrez l’opéra “L’amor conjugale” à Levallois-Perret

Une épouse téméraire se travestit afin d’être engagée comme geôlier dans une prison et de secourir son mari, injustement détenu : l’histoire de Léonore, inspirée du roman français de Jean Nicolas Bouilly, nous est bien connue grâce à l’unique...