0 Shares 962 Views

Collab’ for love : Des enchères caritatives via Instagram mobilisent les jeunes artistes

En ces temps de crise sanitaire, les français redoublent d’efforts et de créativité pour venir en aide aux soignants, aux hôpitaux et aux personnes les plus vulnérables. 

Un concept de ventes aux enchères flash réunit plusieurs marques, artistes et lieux culturels.

C’est dans ce contexte qu’Eole et Julia, deux jeunes amies, créent “Collab’ for love”, une page Instagram dont l’objectif est de récolter des fonds destinés à l’Assistance publique des Hôpitaux de Paris. Le concept : des ventes aux enchères flash réalisées grâce à des dons de marques et d’artistes. Les jeunes femmes proposent plusieurs produits par jour : des articles de modes, des expériences exclusives comme une nuit à l’hôtel cinq étoiles Lily and The Valley à Saint-Tropez designé par Philippe Starck, mais aussi des œuvres iconiques comme une lithographie de l’artiste JR sur son travail au Brésil. Les enchères sont accessibles pendant une courte durée sur la page Instagram. Pour enchérir il suffit de commenter les publications présentant les lots. À la fin de la vente le gagnant n’a plus qu’à régler le montant promis directement sur la page internet de l’AP-HP, Eole et Julia se charge ensuite d’assurer l’envoi des articles.

Les jeunes artistes se joignent à l’effort national

Tiffany Bouelle, jeune artiste et designer franco-japonaise, s’allie au projet. Elle crée pour l’occasion trois aquarelles gansaï originales intitulées VIVE LA FRANCE. Les œuvres sont disponibles à la vente depuis lundi 4 mai jusqu’au jeudi 7 mai à 20h pour un prix de départ de 300 €, vendues initialement 750 €. Réalisées sur papier texturé de 220mg, numérotées, datées et signées les aquarelles rappellent la série Portraits de l’artiste. Dans cette série Tiffany présente un travail graphique et rythmique propre à son univers abstrait et coloré qui s’inspire de portraits d’inconnus. Ce sont des visages, intemporels et universels de statues croisées à Rome. Ni masculins, ni féminins, les traits de ces aquarelles représentent des formes et des éléments anatomiques. L’artiste, à travers son travail, se questionne sur le beau et revisite les canons de beautés antiques et contemporains. Elle s’inspire également de l’actualité et s’intéresse aux images éclectiques et subjectives que les femmes ont d’elles-mêmes.

Rendez-vous sur la page Instagram de Collab’ for love, il ne vous reste que quelques jours pour enchérir et réaliser une bonne action pour venir en aide aux hôpitaux de Paris !

Anouchka Derouault

https://www.instagram.com/p/B_xzwOtgTSr/

https://www.instagram.com/tiffanybouelle/

À lire également sur Artistik Rezo : Tiffany Bouelle : “Sortir de la toile me permet de m’exprimer différemment” par Eleftheria Kasoura

Articles liés

Ce week-end à Paris… du 30 au 1er novembre
Art
218 vues

Ce week-end à Paris… du 30 au 1er novembre

Les nouvelles annonces gouvernementales nous amènent une fois encore au confinement national. Notre dossier week-end est en berne mais Artistik Rezo reviendra très vite dans vos chaumières pour vous proposer un programme culturel sans bouger de votre canapé/plaid/chocolat chaud…...

Festival La Gacilly : appel à candidatures Résidence Ruralité(s) avant le 30 novembre minuit
Agenda
218 vues

Festival La Gacilly : appel à candidatures Résidence Ruralité(s) avant le 30 novembre minuit

Le Festival Photo La Gacilly, en collaboration avec Les Champs Libres de Rennes, lance un appel à candidatures pour la résidence Ruralité(s). Un temps de création idéal pour questionner les nouvelles façons d’habiter l’espace rural. Photographes, vous avez jusqu’au...

Fritzi, un film d’animation Ralf Kukula et Matthias Bruhn au cinéma le 4 novembre
Agenda
217 vues

Fritzi, un film d’animation Ralf Kukula et Matthias Bruhn au cinéma le 4 novembre

Leipzig, Allemagne de l’Est, 1989. Pendant l’été, Sophie, la meilleure amie de Fritzi part en vacances en lui confiant son chien adoré, Sputnik. À la rentrée des classes, Sophie est absente et sa famille a disparu… Avec Sputnik, Fritzi...