0 Shares 2454 Views

« Enfers et fantômes d’Asie » au musée du quai Branly

Fantômes-Démons-d-Asie-musée-Quai-Branly

© Gautier Deblonde / Musée du Quai Branly - Jacques Chirac

L’exposition « Enfers et fantômes d’Asie » nous plonge dans la mythologie d’épouvante de l’Asie Orientale et du Sud-Est. Âmes sensibles s’abstenir !

Visions des enfers

Les esprits ne meurent jamais. Vibrante et audacieuse, l’exposition Enfers et Fantômes d’Asie retrace comment la culture asiatique, sous toutes ses formes, s’est saisie, en Asie Orientale et du Sud-Est, des fantômes, vampires et autres créatures horrifiques liées à l’au-delà.

Fantômes-Démons-d-Asie-musée-Quai-Branly

© Victoria et Albert Museum, Londres

Pensée par Julien Rousseau, jeune conservateur érudit et créatif, et avec l’aide, pour le volet cinéma, de l’éminent spécialiste en cinématographies asiatiques Stéphane de Mesnildot, l’exposition produit un parcours aux frontières du réel, où le cinéma, les arts religieux et le théâtre croisent les univers du manga, du jeu vidéo et de la création contemporaine.

Fantômes superstars

L’imaginaire asiatique est en effet le terrain de jeu des revenants. En Chine, en Thaïlande et au Japon (pays auxquels l’exposition s’intéresse), les fantômes ont rapidement traversé la limite entre l’art religieux bouddhique et le profane pour investir toutes les strates de la culture.

Fantômes-Démons-d-Asie-musée-Quai-Branly

© Gautier Deblonde / Musée du quai Branly – Jacques Chirac

Des très populaires estampes japonaises de l’ère Edo au cinéma d’horreur japonais, des marionnettes de théâtres d’ombres à la création contemporaine thaïlandaise, les fantômes se jouent des frontières chronologiques et artistiques et continuent de susciter le rire, la crainte, et surtout la fascination.

Au-delà aux mille couleurs

Le parcours de l’exposition, conçu de manière thématique et géographique, mêle ainsi les époques pour mettre en relief la continuité des représentations fantastiques et leur vivacité.

Didactique et ludique, l’exposition propose des installations saisissantes et des décors scénographiques spectaculaires. Aux mannequins et hologrammes fantomatiques répondent des œuvres d’artistes contemporains asiatiques, parfois spécialement conçues pour l’évènement.

Voilà l’occasion de belles découvertes ! Et sûrement d’avoir quelques frissons…

Maëva Chanoine

Articles liés

 La première exposition française de Dan Rawlings à la Galerie Openspace !
Agenda
11 vues
Agenda
11 vues

 La première exposition française de Dan Rawlings à la Galerie Openspace !

À l’instar d’un Vhils, Dan Rawlings fait partie de cette génération d’artistes virtuoses, capables de générer des oeuvres hautement poétiques en creusant la matière. Au-delà de la finesse de ses découpes de métal et de sa technicité, la puissance de Dan...

Biarritz : après le G7, la danse
Spectacle
57 vues
Spectacle
57 vues

Biarritz : après le G7, la danse

La valse des Trump, Johnson, Merkel etc. sera à peine terminée, que le festival Le Temps d’Aimer aidera les Biarrots à tourner la page. Ce festival de danse propose une autre vision des relations internationales, tournées vers l’humain. Du...

«La Vie scolaire» : Grand Corps Malade slamme sur le septième art
Cinéma
349 vues
Cinéma
349 vues

«La Vie scolaire» : Grand Corps Malade slamme sur le septième art

Deux ans après Patients, Grands Corps Malade et son compare Mehdi Idir sont de retour avec un film moins autobiographique mais tout aussi inspiré, qui plante son décor dans un collège de la Seine Saint-Denis. Lorsqu’on a appris que...