0 Shares 649 Views

Entretien avec Étienne Pottier, un artiste à l’univers fantasque

Agathe Pinet 19 novembre 2018
649 Vues

©Etienne Pottier

Étienne Pottier, lauréat de la 10e édition du Prix Icart Artistik Rezo, présente Prosternez-vous ! du 23 au 25 novembre. Son Solo Show aura lieu à Éléphant Paname, centre d’art et de danse atypique. La céramique, très en vogue, comme on a pu le remarquer lors de la dernière édition de la FIAC, sera au cœur de l’exposition.

 

Comment a évolué ta pratique artistique depuis que tu as commencé ?

Mon besoin de créer a toujours été présent. Déjà en primaire je dessinais beaucoup au fond de la classe, notamment des robots et des monstres. Je me suis essayé à de nombreux médiums pour assouvir ce besoin artistique, tels que la BD, le dessin, la photo. Concernant mon univers, il a toujours été assez sombre, d’une part à cause de l’utilisation massive de noir, d’autre part dans les sujets traités. Et surtout à cause de l’influence des milieux dans lesquels je traînais étant plus jeune. Je tente de me diriger vers un imaginaire plus doux ce qui est difficile, mais la couleur est apparue avec la céramique, grâce à l’émail. C’est un premier pas décisif.

©Etienne Pottier

En parlant de la céramique, comment l’as-tu découverte ?

Grâce aux hasards de la vie, à des bonnes rencontres, j’ai pu avoir accès à un atelier à Saint-Denis et m’essayer à cet art. Ce qui me plaît dans la céramique, c’est la possibilité de créer du volume, d’occuper l’espace. Le dessin m’a toujours plu, mais j’étais limité au cadre, dont je souhaitais m’émanciper. J’avais besoin de me renouveler, changer ma pratique. J’ai de plus en plus envie de faire de la vidéo en mettant en scène des armures en céramiques, des flingues, un truc baroque, mais ça on verra plus tard…

©Etienne Pottier

Qu’est-ce qui a inspiré ton exposition Prosternez-vous ! ?

C’est un mélange entre la singularité du lieu d’Éléphant Paname, pour lequel j’ai conçu le solo show, récompense du Prix Icart Artistik Rezo, et le fait que j’étais, à ce moment-là, en train de travailler mes totems. J’ai un espace de 180 m² à occuper, dont ce dôme atypique. Cet espace m’a donc donné envie de faire une installation impressionnante ! Comme Éléphant Paname comprend trois étages, j’ai voulu reprendre le Paradis, l’Enfer et le Purgatoire de la Divine Comédie de Dante. Au fil du temps je suis parti dans d’autres directions. Ainsi, le dôme sera investi par un totem central entouré de 200 têtes. J’ai effectivement voulu travailler autour de l’image de l’idole qui m’a toujours fasciné.

Tu traites de sujets forts : violence, armes, sexe, monstres… Comment l’expliques-tu ?

Je suis dans une continuité, car ce sont des thèmes qui régissent le monde et qui ont toujours été représentés. Ces thèmes font parties de nos vies, de notre quotidien, ce serait inconcevable de ne pas les aborder. Je ne me considère pas comme un miroir de la société, car je ne l’analyse pas. D’ailleurs, je suis dans l’inspiration plus que dans la réflexion. J’aime simplement créer autour de thématiques qui m’interpellent, me fascinent. C’est par exemple le totem pour mon Solo Show, l’idole, cette figure à laquelle on prête un caractère sacré, que l’on retrouve chez les acteurs et les artistes, les gourous… En revanche, je ne veux pas tomber dans la provocation. Si je joue avec les codes et traite de sujets extrêmes, mon but n’est pas de choquer.

©Etienne Pottier

N’as-tu pas peur que les gens résument ton œuvre à un univers sombre ?

Absolument ! J’ai peur d’avoir une imagerie réduite à la violence de mes œuvres. Je suis conscient que mes fascinations, ont tendance à être clivantes. Néanmoins, je fais confiance à mon intuition, à mon instinct et je ne réfléchis pas à ce que les gens pensent, préférant me concentrer sur ce que je peux évoquer au travers de mon œuvre. Toutefois, en vieillissant j’essaye de sortir de cet automatisme de la noirceur, d’être plus subtil. Je dis bien j’essaye…

Quels sont tes projets ?

Grâce au Prix Icart Artistik Rezo, j’ai rencontré Adeline Jeudy. Nous allons organiser ma première exposition personnelle en galerie dans la sienne, du 4 décembre au 12 janvier 2019. Le vernissage aura lieu le samedi 1er décembre avec de nouvelles céramiques (http://www.galerielj.com/). Et puis des foires en 2019, des trucs comme ça…Depuis un an, les choses bougent bien.

À suivre donc !

Propos recueillis par Agathe Pinet

A découvrir sur Artistik Rezo :
– Prosternez-vous ! : succès du vernissage d’Étienne Pottier, par Agathe Pinet

 

Articles liés

l’adieu à la nuit – Un film de André Téchiné avec Catherine Deneuve en salle le 24 avril
Agenda
Agenda

l’adieu à la nuit – Un film de André Téchiné avec Catherine Deneuve en salle le 24 avril

Muriel est folle de joie de voir Alex, son petit-fils, qui vient passer quelques jours chez elle avant de partir vivre au Canada.  Intriguée par son comportement, elle découvre bientôt qu’il lui a menti. Alex se prépare à une...

Mais vous êtes fous – Un film avec Pio Marmaï au cinéma le 24 avril
Agenda
8 vues
Agenda
8 vues

Mais vous êtes fous – Un film avec Pio Marmaï au cinéma le 24 avril

Roman aime Camille, autant qu’il aime ses deux filles. Mais il cache à tous un grave problème d’addiction, qui pourrait mettre en péril ce qu’il a de plus cher. L’amour a-t-il une chance quand la confiance est rompue? [Source...

Judith Davis et L’avantage du doute, unité certaine
Spectacle
200 vues
Spectacle
200 vues

Judith Davis et L’avantage du doute, unité certaine

L’avantage du doute est un collectif d’acteurs qui écrivent et jouent ensemble, centrés sur l’engagement politique. Leur dernier spectacle La légende de Bornéo au Théâtre de l’Atelier parle avec acuité et humour du monde du travail. Au cinéma, on...