0 Shares 531 Views

Franco Salas Borquez : “Je m’intéresse à la mer d’une manière littéraire dans la peinture”

Maria Bitar 4 février 2021
531 Vues

La marche de flots, 2020. Huile sur toile. 300 x 200 cm © Franco Salas Borquez

Franco Salas Borquez, artiste franco-chilien, crée des scènes marines d’une beauté vertigineuse évoquant la fragilité de l’être humain face à la force implacable de la nature.

Pourriez-vous nous parler de votre parcours artistique ?

J’ai passé la plupart de mon temps à voyager pour des tournois d’échecs depuis l’âge de 11 ans et pendant mes séjours à l’hôtel, ma passion était le dessin. 

Les dessins symbolistes ont retenu mon attention. Je dessine et peins sans arrêt depuis l’enfance par nécessité naturelle, puis j’ai commencé à étudier les encyclopédies, l’histoire de l’art et à lire des biographies de peintres. Depuis, je n’ai pas arrêté de travailler, je dirais que j’ai passé beaucoup de temps à étudier et à expérimenter. 

Quel est, pour vous, le rapport entre la mer et la peinture ? 

Je dirais que les deux m’obsèdent et que la peinture est un besoin physiologique pour moi, je ne peux pas m’arrêter. Quand je peins, j’aime produire des gestes intuitifs et ressentir le vertige d’un moment irremplaçable. Malgré le fait que la figuration ait un ordre, les gestes qui la composent sont expressifs, mais la quantité de détails donne une certaine intensité.

Je m’intéresse à ce processus, au paradoxe, à la liberté du premier geste et ensuite en finir avec cette absence de peur. Là où tout ce combat que je porterai à jamais récite les peurs, les limites, l’intuition, les décisions… Je m’intéresse à la mer d’une manière littéraire dans la peinture, chaque tableau évoque quelque chose de différent. La peinture comme langage subtil et poétique, où la force de la nature se mêle à ma propre nature. La limite de sa réinterprétation attire mon attention comme un jeu d’échecs : toujours les mêmes éléments mais une infinité de possibilités. Cette idée est l’axe central de mon travail aujourd’hui, au-delà d’être né dans une famille de marins. Sans doute cet élément, la mer, est inconsciemment à la base de mon expression.

Les lames brises, 2021. Huile sur toile. 130 x 97 cm © Franco Salas Borquez

Que cherchez-vous à transmettre à travers votre œuvre ?

Je ne dirais pas que je cherche à trouver un message ou un discours, puisque j’y suis venu naturellement. L’œuvre me transmet sa complexité, elle me fait penser et ressentir son hostilité, enragée, chaotique et en même temps, belle. Quand je regarde la peinture, les détails picturaux de manque de contrôle produisent un sentiment introspectif. Cela me relie aux éléments fondamentaux et primitifs de la condition humaine, une unité d’une terrible universalité.

Quel est le processus derrière votre création artistique ? 

Il y a beaucoup d’étapes, différentes nuances, différentes vibrations, peinture sur peinture, un mélange de couches légères et texturées. Je m’intéresse à bien connaître les matériaux et j’aborde cet élément comme symbole, à la recherche de la force avec différentes techniques.

C’est un travail conçu comme une musique ou une écriture, je suis guidé par l’intuition lors de la création d’un nouveau tableau, c’est comme chercher un nouveau mot pour compléter une phrase. 

© Franco Salas Borquez

Quels sont les défis auxquels vous êtes confronté au moment de peindre ? 

Que chaque œuvre ait un sens et quelque chose d’intéressant, qu’elle soit picturale avec des coups de pinceau et des gestes forts, qu’elle trouve un ordre dans ce chaos, et vice versa…

Bien que vos œuvres soient monographiques, vous utilisez différentes techniques, telles que le crayon sur papier, la poudre de marbre, l’encre et l’huile sur toile. En préférez-vous une en particulier ?

C’est difficile de choisir, je les aime toutes car malgré ce que l’on peut penser, chacune a ce vertige de ne pas être créée avec une position de maîtrise technique, sinon comme un croisement sur une corde au milieu d’un abîme. Les dessins sont des lignes incontrôlées de près, mais tout est à sa place à distance. Qu’il soit avec la matière des bas-reliefs que je fais avec mes doigts ou avec de la peinture, un tout intense et étendu est crée. 

Les trois lames, 2020. Poudre de marbre. 130 x 91 cm © Franco Salas Borquez

Avez-vous des projets dont vous voudriez nous parler ?

Peindre comme un malade faisant des œuvres fortes mais subtilement silencieuses et profondes, cela est ma grande ambition en tant que peintre.

Souhaitez-vous ajouter quelque chose ?

Merci beaucoup pour cette interview qui pourra servir à expliquer mon travail.

Veritas, 2021. Huile sur toile. 100 x 100 cm © Franco Salas Borquez


Plus d’informations sur Franco Salas Borquez sur son site Internet et son Instagram.


Propos recueillis par Maria Bitar

Articles liés

Jordan Boury : “Un festival pluridisciplinaire qui offre une plateforme à ceux qui en ont besoin”
Spectacle
326 vues

Jordan Boury : “Un festival pluridisciplinaire qui offre une plateforme à ceux qui en ont besoin”

À seulement 20 ans, Jordan Boury a déjà pu se produire à travers le monde. Ce talentueux danseur s’attaque à un nouveau défi : la direction artistique d’un festival pluridisciplinaire, Efferv&Sens, qu’il a co-créé à Poitiers. D’où t’es venue l’idée...

Johanna Tordjman : “Sans quelqu’un pour me raconter son histoire, je ne vais nulle part”
Art
239 vues

Johanna Tordjman : “Sans quelqu’un pour me raconter son histoire, je ne vais nulle part”

Artiste pluridisciplinaire fascinée par la révolution d’internet des années 90 qui a caractérisée son enfance, Johanna Tordjman réinterprète la pratique du portrait en peinture en la combinant avec des techniques digitales. Rencontre avec une artiste autodidacte et engagée. Comment...

Découvrez Pess et son clip “Jeunesse”
Agenda
146 vues

Découvrez Pess et son clip “Jeunesse”


Pess est un 
rappeur originaire de 
Lyon
, aujourd’hui installé à 
Clermont 
Ferrand
. 
Il présente 
Jeunesse
, deuxième extrait 
de son projet 
Caméléon Acte 2
, dont la 
sortie est prévue le 
12 mars
. “Sortir par 
le toit”, le premier single a...