0 Shares 2058 Views

Galeristes, un salon engagé

Galeristes 2018 au Carreau du Temple. © Matthieu Péronnet

Pour sa 3édition, Galeristes, rendez-vous devenu incontournable dans le calendrier culturel parisien, réitère sa vocation de se positionner comme le premier salon imaginé par des collectionneurs pour des collectionneurs. À visiter jusqu’au 2 décembre au Carreau du Temple.

Jean de Malherbe (Galerie La Forest Divonne) échange avec des collectionneurs. © Aurore Garcia

Le plaisir de collectionner

Voilà qui résume bien ce qu’a voulu créer Stéphane Corréard, en imaginant le salon Galeristes. Dès l’entrée, les slogans sur affiches jaunes donnent le ton : « On ne naît pas collectionneur, on le devient ». En face, la liste des galeries et, clairement affichées à côté, les facilités de paiement que chacune a décidé d’accorder dans le cadre du salon. Décomplexé, le visiteur (qu’il soit un collectionneur averti revenant pour la qualité des artistes présentés ou bien un collectionneur débutant qui cède, à cette occasion, au coup de cœur pour des œuvres abordables), chacun sait qu’il va trouver là une relation simple et conviviale, fondée sur l’échange et la proximité avec les galeristes.

Partant du principe que la qualité intrinsèque du galeriste est d’être un passeur, engagé dans la durée pour soutenir les artistes et la création ou pour accompagner les collectionneurs dans leurs acquisitions, le salon a sélectionné 30 galeries francophones et francophiles, répondant à ces critères, sur la cinquantaine de candidatures reçues (dont une minorité sont aussi présentes à la FIAC).

Comme lors des précédentes éditions, l’installation des stands, ouverte et modulaire, délimite un parcours d’exposition qui favorise la communication entre galeristes, connaisseurs et nouveaux venus. « Nous souhaitons inciter les gens à ne pas se priver du plaisir de collectionner », insiste Stéphane Corréard.

Stéphane Corréard, fondateur-directeur du Salon Galeristes. © Aurore Garcia

Quoi de neuf ?

Nouveauté cette année, le salon a décidé de s’ouvrir aux très jeunes galeries en proposant des modules d’exposition à l’unité. Galeries nouvellement installées ou galeries nomades sont ainsi invitées à déployer, elles aussi, leurs talents. Elles démontrent que ce n’est pas la notoriété qui fait la qualité du galeriste, mais bien ses choix et ses engagements.

Galeries parisiennes récentes ou établies, galeries de province, galeries de l’espace francophone (Archiraar, Bruxelles et Analix Forever, Genève) ou francophile (Common Room, Varsovie), galeries digitales (Hors-Cadre et galerie OSP), « jeunes pousses » (à l’instar de la galerie Pauline Pavec, ouverte à Paris en février dernier), la diversité demeure le maître mot.

Certaines sont restées fidèles au salon depuis sa première édition, à l’image de la galerie lilloise Provost-Hacker qui expose cependant de nouveaux talents tels Éléonore Deshayes, lauréate des Canson® Art School Awards 2017.

Et demain ?

L’année prochaine, le salon prendra une nouvelle dimension en changeant de date. Il se positionnera pendant la semaine de l’art contemporain à Paris, du 17 au 20 octobre 2019.

Avec toujours la même exigence d’exprimer toute la diversité de l’art contemporain, les galeries sélectionnées conserveront leur liberté de choisir les artistes et les œuvres qu’ils souhaitent, sans le filtre d’une présélection si souvent défavorable aux jeunes artistes français.

Galeristes confirmera ainsi sa vocation à être une alternative pour les amateurs d’art : pas un salon « off » ou « salon des refusés », comme aime à en sourire Stéphane Corréard, mais un salon où chacun est invité à tenter l’expérience de vivre dans l’intimité des œuvres.

Aurore Garcia et Matthieu Péronnet

 

À découvrir sur Artistik Rezo :

Stéphane Corréard : « Une collection est comme une bibliothèque : unique, à l’image de sa personnalité », par Inès Marionneau

Articles liés

Philippe Cognée : “Carne dei fiori, la beauté tragique et sensuelle des fleurs”
Art
34 vues

Philippe Cognée : “Carne dei fiori, la beauté tragique et sensuelle des fleurs”

Pour son retour à la Galerie Templon, le peintre Philippe Cognée, célèbre pour ses toiles floutées à la cire, opère une mue radicale. Après les supermarchés, les autoroutes, les tours ou les abattoirs, il s’empare du thème de la...

Sephora Camocotelo : “les échantillons textiles que je manipulais étaient la plupart du temps jetés”
Art
67 vues

Sephora Camocotelo : “les échantillons textiles que je manipulais étaient la plupart du temps jetés”

Défilés, galeries et confection de bijoux sont autant d’expériences qui ont permis à Sephora d’être une styliste designer polyvalente et créative dans un monde artistique en mouvement. Passionnée par le textile et le luxe, elle partage avec nous sa...

Relance de la culture à Paris : cap sur la pratique
Art
110 vues

Relance de la culture à Paris : cap sur la pratique

Le deuxième tour des élections municipales se tiendra dans une ville frappée par deux mois de dur confinement. La culture, fleuron de la vie et de l’économie parisienne, déjà fragilisée, est désormais en grand péril. L’engagement pour une politique...