0 Shares 5837 Views

Hall 82 – Une exposition monumentale à Montauban

Nicolas Gzeley 19 décembre 2019
5837 Vues

C’est dans la région de Toulouse, à une cinquantaine de kilomètres de la ville rose, qu’a lieu l’événement street art de cette fin d’année. Alors que les grandes villes sont impactées par les grèves, annulant ou reportant leurs expositions, Montauban accueille actuellement une trentaine d’artistes urbains, pour la plupart issus de la scène locale.

Organisée par l’équipe du festival Mister Freeze – incontournable rendez-vous annuel de l’art urbain –, ce nouvel événement prend ses quartiers dans la zone d’activités du parc Aussonne et investit deux hangars de près de 700 m2 chacun. Fidèle à l’esprit Mister Freeze, street artists et graffeurs, confirmés ou émergents, s’y déploient en toute liberté, offrant aux visiteurs une immersion inédite dans l’univers de chacun d’entre eux.

Le premier hall, à l’ambiance feutrée, est divisé en une quinzaine de boxes. Chacun des artistes invités y a peint un mur de 6 mètres de haut entouré de deux cloisons où sont présentés leurs travaux d’atelier. L’occasion d’apprécier le lien entre des productions in situ et leurs déclinaisons sur toile ou en volume. Dans un souci d’exigence et d’ouverture d’esprit, les organisateurs ont pris soin de sélectionner des artistes aux profils variés, illustrant ainsi les différentes facettes de l’art urbain. Des céramiques de Soone aux dioramas d’Okyel en passant par l’anamorphose de Scaf ou les natures mortes hyperréalistes de Julien Primard, on va de surprise en surprise et l’on s’amuse à retrouver l’univers familier de l’un, puis découvrir le travail d’un autre.

Le second hall, tout en tôles métalliques, structures d’acier et béton brut, reprend l’une des devises du festival Mister Freeze : amener le spectateur à redécouvrir cet art dans l’un de ses contextes d’origine, les friches industrielles et autres terrains vagues. Ici, les artistes ont envahi l’espace à grands coups de rouleaux et de bombes aérosols, comme ils le font habituellement dans les interstices de nos villes. Le spectateur déambule librement entre les fresques et les modules dédiés au skateboard et au BMX, appréciant selon le jour et l’heure une initiation à ces sports urbains ou une démonstration de danse hip-hop.

Visible jusqu’au 12 janvier prochain, Hall 82 n’est pas seulement une exposition temporaire, c’est également un nouveau lieu pérenne dédié aux cultures urbaines à Montauban. Quatre fois par an, s’y dérouleront de nouvelles expositions et autant de surprises à découvrir, le tout sous la houlette du festival Mister Freeze dont on attend avec impatience la nouvelle édition.

Texte et photographies de Nicolas Gzeley

À lire également sur Artistik Rezo : 10 courts métrages d’art urbain qu’il faut avoir vus par Nicolas Gzeley

Articles liés

Léa David, directrice de salle de cinéma : “La phase de colère est passée, je suis juste déçue”
Cinéma
56 vues

Léa David, directrice de salle de cinéma : “La phase de colère est passée, je suis juste déçue”

Gérante d’une salle de cinéma à Clermont dans l’Oise, Léa DAVID a 24 ans et nous explique aujourd’hui les tenants et aboutissants d’un métier qui a du mal à survivre au COVID19.  Bonjour Léa, peux-tu nous expliquer ton parcours...

Marine Laclotte : « L’animation prend tout son sens lorsqu’elle sert le réel »
Cinéma
56 vues

Marine Laclotte : « L’animation prend tout son sens lorsqu’elle sert le réel »

Rencontre avec la lauréate du Prix du Jury de la compétition internationale « Les Regards de l’ICART ». Marine Laclotte, jeune réalisatrice, revient sur son film « Folie Douce, Folie Dure », un documentaire animé qui nous plonge dans le quotidien d’un hôpital...

Rencontre avec Paul et Mus, le duo du groupe Fantomes pour leur nouvel album IT’S OK
Musique
67 vues

Rencontre avec Paul et Mus, le duo du groupe Fantomes pour leur nouvel album IT’S OK

Fantomes, c’est un duo qui naît autour de l’amour des vieux amplis et des riffs de guitare bien gras, un duo qui se fiche des tendances musicales, qui joue surtout pour se sentir vivant. Après un premier EP éponyme...