0 Shares 335 Views

Mary Beale : première femme artiste professionnelle d’Angleterre

Agathe Pinet 11 janvier 2020
335 Vues

Une certitude : Mary Beale (1633-1699) était en avance sur son temps. À la fois peintre de renom et écrivaine, elle a procuré à sa famille l’unique source de revenus grâce à son activité professionnelle. 

À cette époque, les rares femmes peintres étaient filles de peintre, cela leur permettait de recevoir une première éducation artistique. Son père, peintre amateur, faisait partie de la Guilde des peintres-coloristes, créée en 1268 et qui comptait parmi ses rangs des peintres reconnus. Cette proximité avec le milieu artistique local lui permit de côtoyer très jeune des artistes éminents, à l’instar de Robert Walker et Sir Peter Lely. Ce dernier, peintre de la cour du roi d’Angleterre, Charles II, et portraitiste, influencera fortement son style en lui prodiguant nombre de conseils et d’encouragements.

Portrait Der Königlichen Maitresse Nell Gwyn, 1697

Ironie de son absence de reconnaissance par le grand public d’aujourd’hui, Mary Beale était mentionnée dès 1658 parmi les artistes dignes d’intérêt dans le livre The excellent art of painting de Sir William Sanderson.

En 1665, son époux Charles Beale perd son emploi. Cet épisode invite Mary à se consacrer entièrement à la peinture afin de subvenir aux besoins de sa famille. C’est ainsi un modèle extrêmement progressiste dans lequel les rôles sont inversés qui se met en place : Charles devient l’assistant de Mary. Assisté de leurs deux fils, il mélange ses couleurs, gère les comptes de la maison et note minutieusement les expérimentations de son épouse. Grâce à ses carnets de notes, Charles nous donne un aperçu de la vie qui régnait au sein de ce foyer atypique du XVIIe siècle.

Son talent se fait connaitre progressivement et sa réputation lui permet de recevoir des commandes, principalement issues de la bourgeoisie londonienne. C’est en 1677 que sa carrière atteint son apogée, elle reçut 83 commandes cette même année et enseigna, principalement à des femmes.

Portrait of a Young Girl c.1681

Néanmoins, dans les années 1680 la popularité du style de son ami Sir Peter Lely s’affaiblit, ce qui se répercute sur le travail de Beale. Son désir de peinture diminue et à partir de cette période, le nombre de commandes qu’elle reçoit annuellement chute à 39.

Parce que les talents de Mary Beale s’étendaient également à l’écriture, elle publia un ouvrage intitulé Discourse on Friendship en 1666. Rédigé à l’attention d’Elizabeth Tillotson, elle y prône l’égalité entre hommes et femmes sans laquelle l’amitié entre les deux sexes ne serait pas possible. À l’encontre des mœurs de l’époque, elle y conçoit l’amitié entre non-égaux à la seule condition qu’une ressemblance d’esprit existe afin de permettre un dialogue libre.

Enfin, elle écrivit Observations by MB, premier livre rédigé de la main d’une femme dont le sujet portait sur l’acte de peindre. À une époque où la société voulait que les femmes mariées soient modestes et silencieuses, cet ouvrage est le manifeste de Mary Beale grâce auquel elle prouve sa place en tant que femme peintre, et non pas seulement en tant qu’épouse. Elle se place implicitement dans une tradition picturale et construit son héritage artistique pour le futur.

Articles liés

Musique, ça tourne au cinéma Chaplin Saint Lambert
Agenda
39 vues

Musique, ça tourne au cinéma Chaplin Saint Lambert

Dans une bulle. C’est la sensation que l’équipe Musique, ça tourne ! vous fera retrouver lors de leur prochain événement. Aux antipodes d’un parcours déambulatoire de son et lumières, cette expérience immersive parisienne se déroule dans un cinéma parisien,...

9ème édition du Festival Le Temps presse
Agenda
30 vues

9ème édition du Festival Le Temps presse

Avec plus 5000 spectateurs l’an dernier le Festival Le Temps Presse revient en 2020 pour une 9ème édition. Depuis 2011, cet événement entend faire réfléchir le plus grand nombre, petits et grands, au futur de la planète. Au programme,...

Roi du silence – Théâtre Les Déchargeurs
Agenda
30 vues

Roi du silence – Théâtre Les Déchargeurs

De retour des funérailles de sa mère, un jeune homme pose l’urne sur la table de la salle à manger pour lui adresser une dernière fois la parole. Aujourd’hui, il va rompre le pacte qu’il a signé avec lui-même...