0 Shares 652 Views

Natacha Birds : “Ma palette de couleurs a toujours été une évidence”

Alice Lombardi 5 février 2021
652 Vues
Natacha Birds

© Natacha Birds

Au premier regard ses créations nous invitent à la rêverie, un imaginaire rempli de fleurs et de douceur. Son habileté à déceler la beauté qui l’entoure lui prodigue un sens esthétique unique. Rencontre avec Natacha Birds, une artiste peintre aux multiples talents, qui nous dévoile son univers poétique.

Graphiste, photographe, vidéaste, tes supports créatifs sont riches. La peinture est-elle une nouvelle manière de t’exprimer ?

En réalité, c’est ma première façon de m’exprimer ! En école d’art et au lycée, c’est comme ça que mon amour pour la communication visuelle a débuté. Puis, par manque d’espace et de temps, j’ai dû la mettre de côté. J’ai aussi dû m’investir davantage dans la photo et la vidéo liées, à ce moment-là, à mon métier de webdesigner. Mais les années sont passées et la frustration de ne plus dessiner s’est faite ressentir. Il m’a fallu des années pour reprendre confiance en moi et me lancer dans cette aventure du dessin et de la peinture.

Comment as-tu développé ton style ?

Ma palette de couleurs a toujours été une évidence. Je suis attirée depuis toujours par les couleurs que l’on retrouve dans la nature : de la forêt verte luxuriante au dégradé du coucher de soleil. J’ai toujours aimé les dessins animés japonais, les mangas, tout ce qui peut toucher de loin ou de près à l’onirisme. Souvent classées dans la catégorie “girly”, considérées comme “cliché”, la poésie et la douceur se sont malgré tout imposées à moi et j’assume aujourd’hui. J’ai trouvé mon univers et affirmé mon style.

Le corps féminin est au cœur de tes peintures. Les femmes-fleurs sont-elles les nouvelles muses de ta création ?

Les fleurs me plaisent. Les fleurs sont souvent la première chose qu’on apprend à dessiner. C’est le dessin un peu “bateau”, même si cela n’a rien d’évident et de facile. Les fleurs sont si diverses. Comme nous, d’ailleurs ! C’est pourquoi les associer à la femme m’a paru être le plus joli des messages.

Le violet domine ton travail. Adaptes-tu tes choix de couleurs pour respecter une ligne directrice ?

Avoir un pantonier en ligne éditoriale me permet de me sentir en harmonie, de ne pas me perdre. C’est mon fil conducteur. Si je ne devais garder que trois mots pour me permettre de créer sans me sentir complètement perdue, j’écrirais sur un grand tableau : lilas, fleurs, art. J’ai besoin que mes collaborations, mes publications rentrent dans au moins une de ces trois cases.

Tu utilises le body painting pour te fondre dans tes toiles. Comment est apparue l’idée de créer une peinture vivante ?

J’aime beaucoup les performances. Celles-ci me fascinent. Depuis toujours, je rêve de tout transformer en femmes-fleurs ! Des dessins animés, des danses, des objets… Alors devenir moi-même une femme-fleur était évidemment l’une de mes premières envies. Devenir une toile, ne devenir qu’une, voilà ce qui m’obsède.

Les mots occupent aussi une place importante dans ton travail. Quel message souhaites-tu faire passer lorsque tu commences un projet ?

J’aimerais que, dans mon monde, les femmes soient acceptées dans leurs différences de couleurs et de formes. Comme le sont les fleurs ! Qu’elles soient vues comme un bouquet auquel on ne reproche rien.

Quels sont les sujets et lieux qui t’inspirent ?

Les femmes, la diversité. Pour les lieux : l’Asie, la nature, les musées du monde entier.

Quelle est ton œuvre coup de cœur du moment ?

En ce moment, je pense régulièrement aux œuvres de Hilma af Klint.

Peux-tu nous parler de tes projets ?

Une exposition, je croise les doigts, si la vie redevient normale !

Propos recueillis par Alice Lombardi

Retrouvez le travail de Natacha Birds sur son site Internet, sa boutique et sa page Instagram.

Articles liés

“Rire sans gluten” : le dernier one man de Jeremy Charbonnel
Agenda
35 vues

“Rire sans gluten” : le dernier one man de Jeremy Charbonnel

Vous aimez la viande sans nitrate, le vin sans sulfite et les shampooings sans paraben ? Vous allez adorez le 1er spectacle sans gluten ! Avec ses textes sans additif, ses punchlines élevées en plein air et son humour éco-irresponsable, Jérémy...

Première édition du festival Jogging au Carreau du Temple du 11 au 17 juillet
Agenda
44 vues

Première édition du festival Jogging au Carreau du Temple du 11 au 17 juillet

Pour cette première édition, le festival Jogging explore de manière unique et innovante les croisements entre Sports & Arts. Du 11 au 17 juillet 2021 le Carreau du Temple se transforme en aires de jeux sportives et se lance à grandes foulées dans la créativité, le...

Buropolis : 250 artistes en résidence dans un ancien immeuble de bureaux à Marseille
Agenda
62 vues

Buropolis : 250 artistes en résidence dans un ancien immeuble de bureaux à Marseille

L’association Yes We Camp et plusieurs collectifs d’artistes marseillais se sont mobilisés depuis plusieurs mois pour construire un projet ambitieux : l’occupation temporaire d’un grand immeuble de bureaux dans le 9e arrondissement de Marseille, à l’initiative du futur propriétaire,...