0 Shares 700 Views

Omar Victor Diop, un photographe engagé

© Omar Victor Diop

Omar Victor Diop est un photographe et portraitiste. Avec un ton qu’il qualifie lui-même de positif et optimiste, le photographe s’engage pour la reconnaissance et l’avenir de l’Afrique, de son savoir, et de ses personnages.

Omar est issu d’une famille plutôt conventionnelle : son père est expert comptable, sa mère, juriste de formation. Lui, de manière assez classique, débute une carrière dans la finance puis dans les relations publiques. Mais le jeune homme est depuis toujours fasciné par la photographie, admirant la discipline de loin. À l’époque, il pense que ce monde est fermé, réservé à une certaine élite.

C’est en 2011, après l’achat de son premier appareil semi-professionnel que Omar débute en autodidacte, avec des images de paysages urbains, il partage celles-ci sur les réseaux sociaux. C’est ainsi qu’il se fait remarquer, il soumet alors son premier projet aux Rencontres de Bamako. Il est sélectionné, depuis, tout s’enchaîne. Cette première série Futur du Beau questionne les standards de beauté ainsi que la société de consommation. La seconde série Studio des vanités expose de manière contemporaine les portraits de toutes ces générations de professionnels de l’esthétique en Afrique, de Mama Casset à Seydou Keita en passant par Jean-Paul Goude.

© Omar Victor Diop, Studio des Vanités

En 2014, sa série d’autoportraits Diaspora met en scène le photographe incarnant dix-huit personnages oubliés de la diaspora africaine du XVe au XIXe siècle. Divers mathématiciens, artistes, poètes, ou conseillers à l’époque très respectés. Et pourtant, mis de côté par l’histoire que l’on connaît ; le photographe confie par exemple, n’avoir jamais entendu parler de Jean-Baptiste Belley – un esclave sénégalais ayant acheté sa liberté avec ses économies pour rejoindre les rangs de la Révolution française – et ce, malgré le fait qu’il ai effectué ses études au Sénégal. Dans cette série, Omar Victor Diop s’intéresse aussi au phénomène d’idoles du football issues de la diaspora africaine, des hommes “toujours relégués à leur statut d’étrangers” alors qu’ils travaillent pour la France.

© Omar Victor Diop, Diaspora

Omar Victor Diop a la chance d’être exposé en 2016 à Paris Photo, et en 2017 à la Fondation Louis VuittonLa dernière série du photographe s’intitule Liberty. Il s’agit d’un travail inspiré par des évènements, des moments de résistance, ayant eu un impact sur l’Afrique et le monde “pour me rappeler que je suis eux”.

© Omar Victor Diop, Liberty

Soraya Assae Evezo’o

Articles liés

Léo Dorfner : “J’envisage mes aquarelles comme des films ou des poèmes”
Art
145 vues

Léo Dorfner : “J’envisage mes aquarelles comme des films ou des poèmes”

Les aquarelles de Léo Dorfner captivent, fascinent, tant par leur réalisme que par leur beauté. Des gros plans de la peau, des yeux, des mains et de la bouche, interviennent comme capteurs émotionnels et sensoriels que l’artiste met au...

Jacques Weber fait sa Crise de Nerfs
Spectacle
319 vues

Jacques Weber fait sa Crise de Nerfs

A 71 ans, celui qui incarnait Cyrano de Bergerac dans le film de Jean-Paul Rappeneau remonte sur les planches sous la direction du metteur en scène allemand Peter Stein au Théâtre de l’Atelier. Trois courtes pièces de Tchekhov, dont...

“Avalanches”, le nouveau clip de Thelma
Agenda
212 vues

“Avalanches”, le nouveau clip de Thelma

Thelma, deux voix en fusion, brutes et sensuelles, scandent comme un chant de guerre et les humeurs capricieuses des jours. Les rythmes ont le pas lourd, les basses tonnent dans la poitrine et la posture est ambitieuse. Tout commence sur les bancs de l’école...