0 Shares 769 Views

Paris capitale mondiale de la photographie

Sarah Meneghello 5 novembre 2018
769 Vues
Martine-Franck-Fondation HCB

« Le pèlerinage de San Isidro », photo de Martine Franck, 1993, Musée du Prado, Madrid © Martine Franck / Magnum Photos

En novembre, à Paris, la photo est à la fête ! Les événements sont nombreux. Voici une sélection, dont une inauguration, un parcours, des foires et les expositions à ne pas rater.

La Fondation HCB rouvre avec une exposition de Martine Franck

Pour commencer la semaine, la Fondation Cartier-Bresson inaugure ses nouveaux locaux avec une rétrospective de Martine Franck (1938-2012) qui fait, pour la première fois l’objet d’une lecture complète. Traversée d’une vie de femme libre, de compagnonnages militants en paysage méditatifs, d’engagements politiques en portraits amicaux, ce regard ouvre à l’histoire des arts. Humaniste, comme son époux, Henri Cartier-Bresson, elle s’est associée aux collectifs de Viva, qu’elle participa à créer, puis de la coopérative Magnum Photos.

Fondation-HCB-Novo

« Le pèlerinage de San Isidro », photo de Martine Franck, 1993, Musée du Prado, Madrid © Martine Franck / Magnum Photos

Une nouvelle ère s’annonce donc avec cet espace aménagé par les architectes de l’agence Novo. Inscrit dans la densification culturelle du Marais, sans équivalent en Europe, la Fondation HCB pourra ainsi accroître la portée de ses missions pour un public plus nombreux. Après les quinze années de référence, depuis l’ouverture à Montparnasse en 2003, il constitue un nouveau lieu de découverte de la photographie.

Rétrospective de Martine Franck, à la Fondation Cartier-Bresson, du 6 novembre 2018 au 10 février 2019.


Paris Photo et fotofever, deux foires incontournables

Paris Photo, première foire internationale dédiée au medium photographique, se tient chaque année sous la verrière du Grand Palais. Depuis 1997, elle œuvre au développement et au soutien de la création photographique en promouvant le travail des galeristes, des éditeurs et des artistes. Cette année, on compte près de 200 galeries d’une trentaine de pays, ce qui permet d’offrir aux amateurs et collectionneurs un panorama complet, depuis les chefs-d’œuvre modernes aux jeunes talents.

Paris-Photo-Grand-Palais

Paris Photo au Grand Palais © DR

Parmi les focus proposés : le regard sur le corps, les galeries des pays de l’Est, ainsi qu’un parcours sur les femmes photographes dans l’histoire. En association avec ses partenaires institutionnels, une sélection d’expositions à travers la ville est proposée dans le cadre du programme « À Paris pendant Paris Photo ». Éditeurs spécialisés ainsi que marchands de livres d’art présentent des éditions rares et limitées, des lancements de livres ainsi que de nombreuses signatures. Plusieurs prix sont remis et chaque journée du programme présente une série de conversations dans le cadre de La Plateforme, un forum expérimental (accès libre dans la limite des places disponibles).

Paris Photo, 22édition, au Grand Palais, du 8 au 11 novembre 2018.

Autre événement majeur à ne pas manquer : Fotofever. Pour sa 7e édition, cette foire de découverte et de collection de la photographie rassemble 100 galeries exposant plus de 250 artistes émergents venus du monde entier. Cette année, le Japon sera mis à l’honneur via des parcours, visites guidées, talks et espaces d’exposition dédiés. Le programme est également dense.

Mathilde-Nardone courtesy-Luisa-Catucci-Gallery- fotofever

Mathilde Nardone © Courtesy Luisa Catucci Gallery

Nouveau cette année : la première édition du Young Talents Photo Prize by Fotofever, un tremplin offrant à trois jeunes talents leur première exposition dans une foire internationale, produite par le laboratoire Dahinden.

Enfin, avec le programme « Start to collect », Fotofever continue de développer des initiatives innovantes qui encouragent la collection, dont a Ruche, une nouvelle section de la foire composée de 40 starter walls : des murs à petit prix (moins de 3.000 €) permettant à de jeunes galeries d’accéder à leur première foire et aux plus établies de présenter leurs très jeunes talents.

Fotofever, au Carrousel du Louvre, du 8 au 11 novembre 2018.


PhotoSaintGermain, 7e édition

Hildegard-Rosenthal-Maison-de-l-Amérique-latine

« Près de Largo da Sé », photo de Hildegard Rosenthal, São Paulo, circa 1940 © Courtesy Instituto Moreira Salles à la Maison de l’Amérique latine (Exposition De l’autre côté)

Chaque année, au mois de novembre, PhotoSaintGermain réunit une sélection de lieux de la Rive Gauche autour d’un parcours photographique. Rencontres, projections, signatures et visites d’atelier rythment la programmation, en regard des expositions présentées.

Le parcours présente les travaux de 60 photographes dans le cadre de 36 expositions, au sein de 8 institutions, 5 centres culturels et 19 galeries, 2 librairies, 1 cabinet de curiosités et 1 hôtel. Autant de rendez-vous qui abordent les grandes tendances de la photographie contemporaine et questionnent ses dispositifs de valorisation ou de diffusion.

PhotoSaintGermain, du 7 au 24 novembre 2018.


Dorothea Lange au Jeu de Paume

Dorothea-Lange-Jeu-de-Paume

« Migrant Mother », photo de Dorothea Lange, 1936, Nipomo, California © The Dorothea Lange Collection, the Oakland Museum of California, City of Oakland. Gift of Paul S. Taylor

Le Jeu de Paume consacre une rétrospective à une grande figure de la photographie documentaire américaine : Dorothea Lange. Connue pour avoir immortalisé les populations pauvres de son pays pendant l’entre-deux guerres, elle ne se définissait d’ailleurs pas comme photographe mais archiviste.

Poignante, son œuvre livre un témoignage saisissant sur les conséquences sociales de la grande dépression des années 1930, avec plus d’une centaine de tirages vintage, réalisés de 1933 à 1957, dont certains n’ont jamais été exposés en France. Et ce grand témoin est bel et bien une immense photographe !

Politiques du visible, Dorothea Lange, au Jeu de Paume, jusqu’au 27 janvier 2019.


Mathieu Pernot et Raphaël Dallaporta invités au 104

Habitué à fréquenter prisons et hôpitaux désaffectés, Mathieu Pernot, lauréat du Prix Nadar (2013) et du Prix Niepce (2014), aime prélever fragments de lieux délaissés et bribes de vies blessées. Photos, film et installation sur la destruction de la maison d’arrêt de la Santé révèlent une démarche passionnante qui entame un dialogue, fait le récit à plusieurs voix de cette vie intérieure.

Raphaël Dallaporta, lauréat de l’ICP Infinity Award à New York (2010) et pensionnaire de l’Académie de France à Rome – Villa Médicis (2014-2015), nous plonge, quant à lui, dans la grotte Chauvet, grâce à une expérience sensorielle unique, à la fois sonore, olfactive et visuelle. Au-delà du témoignage archéologique, l’artiste instaure un nouveau rituel avec l’image.

Voilà donc deux photographes français qui visitent des lieux inaccessibles en souhaitant en restituer une trace. Décidément, la démarche anthropologique inspire !

La Santé de Mathieu Pernot et Chauvet-Pont d’Arc : l’inappropriable, de Raphaël Dallaporta, au CENTQUATRE-PARIS, jusqu’au 6 janvier 2019.

À découvrir sur Artistik Rezo :

Expositions photos au CENTQUATRE-PARIS, Mathieu Pernot, Raphaël Dallaporta, par Mona Dortindeguey


Photographie arme de classe au Centre Pompidou

Jacques-André-boiffard-Centre-Pompidou

« Chaussure et pied nu », photo de Jacques-André Boiffard, vers 1929 – Centre Pompidou © Centre Pompidou, MNAM-CCI / Philippe Migeat /Dist. RMN-GP © Denise Boiffard

Encore de la photographie sociale et documentaire, mais cette fois-ci celle qui émerge en France au début des années 1930. Le Centre Georges Pompidou s’est appuyé sur ses propres collections. Avec Willy Ronis, Eli Lotar, Henri Cartier-Bresson, Germaine Krull, Gisèle Freund, Marianne Breslauer, André Kertesz, l’exposition témoigne du passage d’une iconographie pittoresque de la pauvreté à une prise de conscience sociale. C’est magistral et troublant tout à la fois.

Photographie arme de classe, au Centre Georges Pompidou, du 7 novembre 2018 au 4 février 2019.

Sarah Meneghello

Articles liés

Sarah McKenzie – New Morning
Agenda
54 vues
Agenda
54 vues

Sarah McKenzie – New Morning

Dans le sillon de Diana Krall, l’australienne Sarah McKenzie s’impose parmi les grandes voix du jazz. Elle surprend par la pureté de son timbre de voix et un phrasé swing naturel. Que dire de mieux, une voix à part,...

La magie du « Mahabharata » à l’épure japonaise
Spectacle
154 vues
Spectacle
154 vues

La magie du « Mahabharata » à l’épure japonaise

La Villette accueille la grande épopée indienne du Mahabharata, épurée par la main d’un artiste japonais majeur : Satoshi Miyagi. Un voyage à travers l’imaginaire de l’humanité et de notre enfance : « Ce Mahabharata – Nalacharitam » est une...

Carnival, le rêve d’un ogre ridicule – Le Cirque Electrique
Agenda
73 vues
Agenda
73 vues

Carnival, le rêve d’un ogre ridicule – Le Cirque Electrique

CARNIVAL, un conte de cirque d’Eugène Durif avec des personnages grotesques faits de plastique, pantins de colle et de pétrole d’or… Un cirque automate où fildefériste, jongleur, contorsionniste, clown, trapéziste, roue Cyr… se jouent d’un manège d’animaux en toc....