0 Shares 940 Views

Philippe Pasqua. Monomaniaque !

Stéphanie Pioda 27 octobre 2020
940 Vues

Vue de l'atelier de Philippe Pasqua à Lisbonne

Avec ce 5e solo show à la galerie RX, Philippe Pasqua marque une étape dans son travail puisqu’il présente pour la première fois des autoportraits, et célèbre un retour de la peinture. Il fait une démonstration magistrale de son obsession de toujours : l’art du portrait.

Philippe Pasqua est peintre. Définitivement. Viscéralement. Il en est obsédé et s’enferme des heures dans la solitude de son atelier à Lisbonne, presque en ermite. Là s’accumulent au sol les tubes de peinture vides, écrasés, tapissant le sol d’une croûte cabossée et masquant le parquet qui n’est plus qu’un vague souvenir. Et sur les murs, les quelques grands formats en cours de réalisation. L’énergie de chaos qui émerge de l’antre du peintre est à l’unisson de ce qui se dégage des dernières toiles créées lors du confinement et réunies pour la première fois à la galerie RX.

Gisèle, 2020, huile sur toile, 230 x 200 cm. Courtesy Galerie RX © Axel Fried

Brut, sans filtre

Avec cette nouvelle exposition, Philippe Pasqua signe son retour à la peinture tant ses projets monumentaux autour de la sculpture l’avaient mobilisé ces 4 dernières années. Peut-être est-ce pour cela que les œuvres vibrent particulièrement de cette jouissance de peindre qui anime Pasqua, véritable moteur car énergie vitale. Ce sont ses proches qui figurent sur les tableaux, en plan très serré sur le visage, en train de poser nu(e)s, sans concession, sans artifice, faisant mentir Baudelaire lorsqu’il affirme : “Le geste, la grimace, le vêtement, le décor même, tout doit servir à représenter un caractère.” Pasqua nous livre son interprétation sans filtre. Brut.

Vanessa, 2020 Huile sur toile 230 x 200 cm. Courtesy Galerie RX © Axel Fried

Pasqua explose les codes du portrait

S’il se rattache à une certaine tradition du portrait depuis la Renaissance, il s’en dégage immédiatement en faisant exploser les codes qui s’y rattachent, le jeu bourgeois de la représentation sociale étant pour lui un carcan étouffant. Une des raisons qui explique pourquoi il s’attache à peindre des jeunes filles ou jeunes garçons autistes, ou portant un autre handicap mental, parce qu’il y a cette franchise de la relation qui n’est pas biaisée par des faux-semblants sociaux.

Son pas de côté avec la grande tradition de l’histoire de l’art s’exprime également par son choix des formats monumentaux, qui le rapproche malgré lui d’un autre peintre majeur, Yan Pei-Ming. Leurs œuvres transpirent à la fois une force explosive, une puissance charnelle et une sensualité de la matière.

Orso, 2020 Huile sur toile 250 x 200 cm. Courtesy Galerie RX © Axel Fried

La tentation de l’autoportrait

Dans cette série inédite, Philippe Pasqua s’est essayé à l’autoportrait, traité de la même façon que les autres sujets. Il se glisse dans l’ensemble discrètement et qui ne connait pas son visage pourrait passer à côté. Michel Lejeune aurait pu écrire ces mots pour ces œuvres : “… comment se fait-il qu’il n’y ait pas de signe interne qui permette de distinguer un autoportrait d’un portrait ?” Pasqua ne cherche en effet pas à se mettre en scène d’une façon ou d’une autre. Il ne fixe pas le spectateur à la manière de Dürer, ne rit pas comme Rembrandt, n’est pas en délire façon Courbet, en détresse tel Van Gogh, hautain à la Picasso ou à la Warhol. Lui est serein, apaisé et, comme beaucoup des sujets de l’exposition, les yeux fermés. Déstabilisant, puisque l’exercice du portrait nous habitue à un face à face où l’interraction passe par le regard. Troublant, car on ne peut s’empêcher de faire le rapprochement avec les masques mortuaires en cire du XIXe siècle. Mais ces yeux clos nous amènent malgré nous à souffler et à porter, à notre tour, un regard vers l’intérieur, à être à l’écoute de nos sensations, de l’invisible.

Autoportrait, 2020 Huile sur toile 180 x 160 cm. Courtesy Galerie RX © Axel Fried

De l’autre côté du miroir

Pour Philippe Pasqua, il n’y a pas de frontière entre portrait et autoportrait : “Comme je le dis habituellement, à travers les portraits de gens que je peins, je multiplie des autoportraits, même si cela peut apparaître étonnant.” Il est déjà passé de l’autre côté du miroir, depuis le début, une posture qu’avait relevée déjà Pline dans l’antiquité à propos d’un portrait de Pankaspé (ou Campaspe), maîtresse d’Alexandre : “L’excellent peintre Appelle s’est peint lui-même dans ce portrait.” L’artiste et le portrait ne font qu’un.

Chaque nouveau tableau est un prétexte chez Pasqua pour interroger sans fin la peinture et son mystère à travers sa matérialité de façon pulsionnelle. Une définition de la Monomania.

Orso, 2020 Huile sur toile 180 x 160 cm. Courtesy Galerie RX © Axel Fried


Stéphanie Pioda

Articles liés

Les Swinging Poules au Théâtre de l’Archipel
Agenda
174 vues

Les Swinging Poules au Théâtre de l’Archipel

Les Swinging Poules revisitent les chansons populaires avec humour et un grain de folie ! Accompagnées de leur pianiste aux doigts d’or, elles font swinguer des chansons des années 50 et 60, mais aussi quelques tubes plus récents, et...

La chanteuse belge Heeka nous dévoile son premier EP : “Black Dust”
Agenda
132 vues

La chanteuse belge Heeka nous dévoile son premier EP : “Black Dust”

Ce vendredi 27 novembre, l’ancienne voltigeuse Heeka nous dévoile son premier EP Black Dust en version numérique, sur le label Koala Records, ainsi qu’en version physique, en distribution indépendante. L’univers d’Heeka oscille entre une folk très intimiste et un...

“Tous à table”, le nouveau titre de Leys
Agenda
149 vues

“Tous à table”, le nouveau titre de Leys

Après avoir obtenu le prix du jury des Inouïs du Printemps de Bourges 2020, la rappeuse aux 1001 freestyles dévoile son nouveau son “Tous à table” en attendant de livrer son premier EP. Maîtrisant flow et textes avec un...