0 Shares 9477 Views

Shepard Fairey – Obey

2 juillet 2015
9477 Vues
Nico-Shepard_Fairey-Low_res

Shepard Fairey – Obey

obeygiant.com

Issu de la culture du skateboard, Frank Shepard Fairey (né le 15 février 1970 à Charleston, en Caroline du Sud / vit à Los Angeles) est un artiste, graphiste et illustrateur américain. Son poster Hope, réalisé lors de la campagne présidentielle de Barack Obama en 2008, l’a rendu célébre dans le monde entier.

Fils de médecin, Shepard commence, dès l’âge de 14 ans, à dessiner des t-shirts et des skateboards. En 1992, il obtient une maîtrise en art dans l’illustration à la Rhode Island School of Design. Parallèlement, il se fait connaître avec ses autocollants « André the Giant Has a Posse », dont résulte la campagne « Obey Giant », qu’il juge comme une « expérience en phénoménologie ».

Il est ensuite projeté sur la scène internationale lorsque son image Hope de Barack Obama devient une icône de la campagne présidentielle américaine de 2008. Il s’impose ainsi comme l’un des artistes du street art les plus célèbres et influents du moment. D’autant qu’il puise ses influences parmi les Grands : Andy Warhol, Alexander Rodtchenko, Barbara Kruger, Robbie Conal et Diego Rivera.

Shepard Fairey est l’un des fondateurs de groupe de conception graphique « BLK/MRKT » avec entre autres l’artiste Dave Kinsey. C’est au sein de cette entreprise de « guerilla marketing » que Fairey dessina le logo et la mascotte de la fondation Mozilla, un dinosaure rouge.

Il quitte ce groupe en 2003 et fonde avec son épouse le « Studio Number One ». En 2004, il réalise aux côtés d’autres artistes la campagne de street art « Be the Revolution » pour le collectif Post Gen. En est issue une série de posters « anti-war, anti-Bush ». En 2004, la graphiste crée Swindle Magazine avec Roger Gastman et collabore en 2005 avec DJ Shadow sur de nombreux projets. Il est d’ailleurs proche de cet univers, puisqu’il est lui même DJ, de temps à autre, sous les pseudonymes DJ Diabetic et Emcee Insulin (Shepard est diabétique).

En 2006, il publie le livre Supply and Demand : The Art of Shepard Fairey, puis deux ans après, Philosophy of Obey (Obey Giant) : The Formative Years.

Des œuvres de Shepard Fairey sont présentes dans les collections du Smithsonian, du Los Angeles County Museum of Art, du Musée d’Art Moderne de New York et du Victoria and Albert Museum de Londres. Sa première rétrospective muséale, « Supply & Demand » (du même nom que son livre) eut lieu à l’Institute of Contemporary Art de Boston en 2009. La même année, l’une de ces recompositions d’affiches a été exposée à la Fondation Cartier à Paris dans le cadre de l’exposition « Né dans la rue – Graffiti ».

Sa première exposition en France eut lieu à « La base », la galerie éphémère d’Invader. Il y présentait de petits portrait de guérilleros coagulés. Il a également participé au M.U.R. en mai 2007 avec WK interact.

Depuis dix ans, Shepard Fairey est régulièrement exposé dans des galeries américaines. En plus de ses multiples activités, il poursuit le graffiti ; ce qui lui a valu quelques arrestations… Il siège également au comité de Reaching to Embrace the Arts, une association qui dispense des fournitures artistiques aux écoles et aux étudiants démunis. 

[Visuel : Sans titre (Obey records), 2008. 43 x 43 cm (encadré). Pochoir sur pochette de vinyle 2/8]

 

Articles liés

Muriel Fagnoni et Julia Gai : « La fleur est une mise en abyme de l’éphémère et de la beauté de notre vie »
Art
86 vues

Muriel Fagnoni et Julia Gai : « La fleur est une mise en abyme de l’éphémère et de la beauté de notre vie »

Des œuvres connectées au floral et au végétal : voilà ce que nous propose le duo de curatrices Muriel Fagnoni et Julia Gai, fondatrices de la galerie d’art « quand les fleurs nous sauvent ». Leur intention est de...

Les saisons de Maia Flore by quand les fleurs nous sauvent
Art
111 vues

Les saisons de Maia Flore by quand les fleurs nous sauvent

Dès le 18 mars, le nouvel évènement « Les saisons de Maia Flore » de la galerie « quand les fleurs nous sauvent » invite à la rencontre intime entre l’artiste et la nature. Pour l’occasion, les curatrices Muriel Fagnoni et Julia Gai...

Les Césars 2021 – Critique d’un Divan à Tunis de Manele Labidi
Cinéma
113 vues

Les Césars 2021 – Critique d’un Divan à Tunis de Manele Labidi

La Cérémonie des Césars aura lieu le 12 mars 2021. À l’aube d’une édition particulière marquée par la crise sanitaire, nous avons décidé de vous offrir un tour d’horizon des films nommés ainsi que nos favoris. Installez-vous confortablement car,...