0 Shares 5422 Views

Shepard Fairey – Obey

2 juillet 2015
5422 Vues
Nico-Shepard_Fairey-Low_res

Shepard Fairey – Obey

obeygiant.com

Issu de la culture du skateboard, Frank Shepard Fairey (né le 15 février 1970 à Charleston, en Caroline du Sud / vit à Los Angeles) est un artiste, graphiste et illustrateur américain. Son poster Hope, réalisé lors de la campagne présidentielle de Barack Obama en 2008, l’a rendu célébre dans le monde entier.

Fils de médecin, Shepard commence, dès l’âge de 14 ans, à dessiner des t-shirts et des skateboards. En 1992, il obtient une maîtrise en art dans l’illustration à la Rhode Island School of Design. Parallèlement, il se fait connaître avec ses autocollants « André the Giant Has a Posse », dont résulte la campagne « Obey Giant », qu’il juge comme une « expérience en phénoménologie ».

Il est ensuite projeté sur la scène internationale lorsque son image Hope de Barack Obama devient une icône de la campagne présidentielle américaine de 2008. Il s’impose ainsi comme l’un des artistes du street art les plus célèbres et influents du moment. D’autant qu’il puise ses influences parmi les Grands : Andy Warhol, Alexander Rodtchenko, Barbara Kruger, Robbie Conal et Diego Rivera.

Shepard Fairey est l’un des fondateurs de groupe de conception graphique « BLK/MRKT » avec entre autres l’artiste Dave Kinsey. C’est au sein de cette entreprise de « guerilla marketing » que Fairey dessina le logo et la mascotte de la fondation Mozilla, un dinosaure rouge.

Il quitte ce groupe en 2003 et fonde avec son épouse le « Studio Number One ». En 2004, il réalise aux côtés d’autres artistes la campagne de street art « Be the Revolution » pour le collectif Post Gen. En est issue une série de posters « anti-war, anti-Bush ». En 2004, la graphiste crée Swindle Magazine avec Roger Gastman et collabore en 2005 avec DJ Shadow sur de nombreux projets. Il est d’ailleurs proche de cet univers, puisqu’il est lui même DJ, de temps à autre, sous les pseudonymes DJ Diabetic et Emcee Insulin (Shepard est diabétique).

En 2006, il publie le livre Supply and Demand : The Art of Shepard Fairey, puis deux ans après, Philosophy of Obey (Obey Giant) : The Formative Years.

Des œuvres de Shepard Fairey sont présentes dans les collections du Smithsonian, du Los Angeles County Museum of Art, du Musée d’Art Moderne de New York et du Victoria and Albert Museum de Londres. Sa première rétrospective muséale, « Supply & Demand » (du même nom que son livre) eut lieu à l’Institute of Contemporary Art de Boston en 2009. La même année, l’une de ces recompositions d’affiches a été exposée à la Fondation Cartier à Paris dans le cadre de l’exposition « Né dans la rue – Graffiti ».

Sa première exposition en France eut lieu à « La base », la galerie éphémère d’Invader. Il y présentait de petits portrait de guérilleros coagulés. Il a également participé au M.U.R. en mai 2007 avec WK interact.

Depuis dix ans, Shepard Fairey est régulièrement exposé dans des galeries américaines. En plus de ses multiples activités, il poursuit le graffiti ; ce qui lui a valu quelques arrestations… Il siège également au comité de Reaching to Embrace the Arts, une association qui dispense des fournitures artistiques aux écoles et aux étudiants démunis. 

[Visuel : Sans titre (Obey records), 2008. 43 x 43 cm (encadré). Pochoir sur pochette de vinyle 2/8]

 

Articles liés

The Twilight Zone, quand la quatrième dimension s’invite chez Castel
Agenda
119 vues
Agenda
119 vues

The Twilight Zone, quand la quatrième dimension s’invite chez Castel

Une soirée organisé par “la Galerie”. Sous l’impulsion de son directeur artistique Gwenaël Billaud, la Galerie a su depuis imposer un nouveau concept de soirées investies par l’art moderne et contemporain, dans le cadre desquelles participent performeurs, artistes, DJs,...

René Urtreger Trio au Sunset Sunside
Agenda
33 vues
Agenda
33 vues

René Urtreger Trio au Sunset Sunside

Dans le petit monde du jazz, on l’appelle parfois le « roi René ». Comme en écho lointain de ce comte de Provence du XIVe siècle qui préférait les arts florissants des lettres et la compagnie des gens d’esprit...

À Bordeaux, Borondo transfigure le Temple des Chartrons
Art
230 vues
Art
230 vues

À Bordeaux, Borondo transfigure le Temple des Chartrons

Avec Merci au Temple des Chartons à Bordeaux, Borondo prouve à nouveau sa capacité à embrasser un lieu pour y déployer son exceptionnelle profondeur poétique. A voir absolument ! Dans le petit monde de l’art urbain, Borondo est une figure...