0 Shares 708 Views

Un temple du NFT débarque à Paris

Emma Mercier 21 novembre 2022
708 Vues

© Pierre-Louis Bertrand

Samedi 22 octobre s’est tenu l’ouverture de la NFT Factory, un lieu consacré à la découverte des NFTs et des projets Web3. Pour cette occasion, nous sommes partis à la rencontre de Titou Granier, office manager, qui nous a accueilli dans les locaux de ce lieu tout à fait inédit, situé en plein cœur de Paris, en face du Centre Pompidou.

Peux-tu te présenter ? 

Je m’appelle Titou Granier, j’ai 22 ans. D’abord passionné par le cinéma, j’ai entamé des études d’art et de management culturel à l’ICART. Au fil de mes stages j’ai rapidement développé une appétence pour l’univers du Web3 qui m’a alors conduit à mener de nombreux projets jusqu’à celui de la NFT Factory.

Pourrais-tu brièvement définir ce que sont les NFTs ?

NFT est l’acronyme de “Non Fungible Token”, il est le titre de propriété d’un objet numérique, c’est à dire qu’il permet d’authentifier le détenteur original d’un fichier. Grâce aux NFTs, l’œuvre devient traçable et est stockée de façon immuable sur la blockchain : il est donc encore plus efficace qu’un certificat d’authenticité papier ! C’est grâce aux NFTs que le crypto-art s’est démocratisé. Pour en savoir plus vous pouvez vous inscrire à nos ateliers découverte du Web3 en 20 minutes.

Quel est ton parcours dans l’univers des NFTs ? 

Les NTFs sont vraiment venus à moi de façon progressive, sans que je m’y intéresse au départ. Il y a deux ans, j’étais animé par une envie de retravailler l’industrie du cinéma. Mon idée était assez simple : je voulais vendre des bouts de films et les accompagner d’un merchandising. Ainsi, un parent pourrait offrir à son enfant un passage de son Disney préféré, et qui de ce fait en serait l’unique détenteur. Les NFTs sont alors apparus comme la solution toute trouvée. Ne connaissant pas grand-chose à cet univers j’ai sollicité le directeur de mon établissement afin qu’il mette en place des cours de NFTs. Sa réponse a été : “D’accord pour des conférences, mais c’est toi qui les organises, voici une personne que tu peux contacter”. Muni de l’adresse mail de Jean-Michel Paihlon – Nicolas Laugero Lasserre et lui collectionnent ensemble des œuvres d’Obvious – et de ma motivation j’ai organisé ma toute première conférence NFT. Puis Jean-Michel Pailhon m’a proposé un stage, j’ai accepté sans hésiter. Dès le lendemain il me confie une clef Ledger, deux cents euros et ces quelques mots “Fais ce que tu veux avec”. Depuis ce jour-là, je n’ai jamais cessé de travailler dans les NFTs, et j’ai eu la chance de participer aux plus grands événements NFT mondiaux notamment à Lisbonne ou encore à New York lors de la soirée d’annoncement de la collection personnelle de Ledger que j’ai aidé à organiser.

Titou Granier devant la NFT Factory

Titou Granier devant la NFT Factory ©Emma Mercier

Peux-tu nous présenter le projet NTF Factory ?

La NFT Factory est le fruit d’un collectif de 128 membres fondateurs, que l’on appelle aussi nos “founders”. L’objectif est de démocratiser cette passion commune du Web3 et des NFTs ainsi que de fédérer une communauté. La NFT Factory est en entrée libre et s’adresse à tous les publics. Vous trouverez dans ce lieu inédit des expositions de NFTs, des ateliers et des formations pour débuter dans l’univers du Web3, collectionner les NFTs et même en créer. Une programmation de divers évènements est également à venir ainsi qu’une résidence d’artistes et un studio dédié à l’accompagnement des entreprises en création dans le domaine du Web3. Il y a également un espace exclusivement réservé aux membres – détenteurs de The Members Node, le NFT de la galerie – situé au premier étage. Il y sera organisé des évènements exclusifs.

De qui est composé la NFT Factory ?

Nous sommes sept collaborateurs : Lucie Eleonord Riveron, CEO ; Loris Maciera Coelho, project manager et bras droit de la CEO ; Fares Habida, Web3 project manager ; Benoit Couty, directeur artistique ; Samy Behrouni, communication manager et Raphaëla Leveque, founder manager.

Quel a été ton rôle dans ce projet ? 

Je suis assez polyvalent. Je suis office manager, je m’occupe principalement de la médiation culturelle du lieu, j’aide également à la scénographie ainsi qu’à la curation. J’assiste aussi sur les formations NFTs.

Des actus ?

Le collectif travail sur plusieurs projets tels que des évènements, des work space et d’autres choses encore confidentielles mais toujours relatives à la démocratisation des NFTs et du Web3.

Retrouvez toutes les actualités de la NFT Factory sur leur site Internet.

Propos recueillis par Emma Mercier

Articles liés

Le Festival du Cinéma Aborigène Australien à découvrir au cinéma L’Arlequin
Agenda
23 vues

Le Festival du Cinéma Aborigène Australien à découvrir au cinéma L’Arlequin

Du 5 au 6 décembre au Cinéma L’Arlequin à Paris, le Festival du Cinéma Aborigène Australien présente un cycle de quatre films en avant-première intitulé Radical Reimaginings dans le Cinéma Autochtone. À travers des approches cinématographiques singulières, ce cycle...

Reporters sans frontières #71 : 100 photos de Brassaï pour la liberté de la presse
Agenda
55 vues

Reporters sans frontières #71 : 100 photos de Brassaï pour la liberté de la presse

Il y 30 ans, RSF publiait le premier numéro de sa collection 100 photos pour la liberté de la presse. Cartier-Bresson, Lartigue, Doisneau, Ronis, Capa et beaucoup d’autres icônes de la photographie du XXe siècle se sont succédées à...

Wangari Fait son Cirque, le spectacle inédit au Centre Wangari
Agenda
64 vues

Wangari Fait son Cirque, le spectacle inédit au Centre Wangari

Le vendredi 16 décembre 2022, le Centre Wangari ouvre ses portes aux publics et aux artistes pour une grande fête autour des arts du cirque à travers son événement hivernal circassien Wangari Fait son Cirque ! Des artistes circassiens...