0 Shares 826 Views

Zoer – Solara : une œuvre solidaire au service de l’environnement

Nicolas Gzeley 9 janvier 2020
826 Vues

Au cœur des Charentes, une percée colorée s’échappe du paysage. Vision surréaliste, uniquement visible du ciel, l’œuvre de Zoer révèle par son dégradé de couleurs un patrimoine collectif composé de centaines d’épaves automobiles. Une intervention monumentale qui s’inscrit dans un projet écologique visant à la dépollution des sols.

Cette immense casse automobile située à proximité d’Angoulême, Zoer en a fait durant plusieurs jours son terrain de jeu. Formé au design produit, l’artiste parisien concentre depuis de nombreuses années son travail autour de la possession matérielle et de l’obsolescence programmée. Il souligne alors un passé industriel évanescent par diverses interventions in situ sur des objets à l’abandon. Sur les toits et capots des carcasses rouillées promises à la destruction, Zoer a conçu un nuancier monumental destiné à s’oxyder lentement sous l’effet du soleil. Il questionne par son action la relation couleur-objet-lumière dans un environnement soumis aux aléas naturels et réalise une œuvre en forme d’hommage à l’histoire automobile française et au propriétaire des lieux. Ce dernier, qui a consacré toute sa vie au tri et à la conservation méticuleuse de milliers de pièces détachées, se voit aujourd’hui contraint d’abandonner son musée à ciel ouvert, jusqu’alors très prisé des collectionneurs et autres amoureux de véhicules anciens.

Au-delà de son intervention plastique, Zoer s’intéresse également au devenir du site dont la dépollution indispensable révèle des contradictions flagrantes. Les règles en vigueur imposent en effet une mise en jachère des sols, qui implique ici le transport et le remplacement des couches superficielles des sols sur plus de 300 kilomètres. Une opération extrêmement polluante, énergivore et coûteuse. L’alternative soutenue par l’artiste est la phytoremédiation des sols : une dépollution opérée par l’action naturelle de plantes hyperaccumulatrices. Afin de rendre ce projet viable, une campagne de crowdfunding est mise en place. Les bénéfices de cette collecte serviront à financer un partenariat avec une entreprise française développant des protocoles de recherche dans la dépollution par les plantes.

Nicolas Gzeley

Articles liés

Relance de la culture à Paris : cap sur la pratique
Art
81 vues

Relance de la culture à Paris : cap sur la pratique

Le deuxième tour des élections municipales se tiendra dans une ville frappée par deux mois de dur confinement. La culture, fleuron de la vie et de l’économie parisienne, déjà fragilisée, est désormais en grand péril. L’engagement pour une politique...

WHITE BOX – Le nouvel espace dédié aux œuvres vidéos et médiatiques du Centre Wallonie Bruxelles
Agenda
53 vues

WHITE BOX – Le nouvel espace dédié aux œuvres vidéos et médiatiques du Centre Wallonie Bruxelles

Loin de constituer un mausolée d’orientations consolidées autour de l’héritage patrimonial de la culture belge francophone, le Centre promeut la création contemporaine dans sa transversalité et sa porosité. Au travers d’une programmation résolument transdisciplinaire, le Centre développe un nouvel espace...

Brankica Zilovic : “Le textile s’est imposé comme un médium autonome”
Art
70 vues

Brankica Zilovic : “Le textile s’est imposé comme un médium autonome”

L’artiste Brankiça Zilovic s’empare du textile dans le champ de l’art contemporain pour inventer un langage au service d’une histoire personnelle ayant une portée quasi-universelle. Brankiça, peux-tu nous dire quelques mots sur toi et ton parcours ? Je suis...