0 Shares 410 Views

Bong Joon-ho, roi de Cannes et prince du box-office

Depuis le début de sa carrière, le réalisateur de Parasite réussit l’exploit de s’attirer à la fois les faveurs de la critique et celle du public. Nul doute que sa première Palme d’Or devrait lui permettre de poursuivre sur cette route.

Si on connaît Bong Joon-ho depuis la sortie en salles de Memories of murder en 2004, il faut néanmoins rappeler qu’il ne s’agit pas de son premier film, puisque le cinéaste sud-coréen avait auparavant réalisé Barking dog, sorti chez nous en DVD mais difficilement trouvable sans se ruiner. Primé dans plusieurs festivals (de Cognac à San Sebastian), le film a créé la sensation en France, mais n’a réuni qu’environ 67 000 curieux et curieuses. Et puis la cote du film a monté, encore et encore, jusqu’à lui permettre de connaître une deuxième vie en DVD puis en VOD. Depuis, toute personne prétendant aimer le cinéma coréen a forcément vu ce thriller qui a forcément inspiré le Zodiac de David Fincher.

En 2006, Bong Joon-ho a connu un nouveau coup d’éclat avec The Host, qui a réuni 160 000 personnes dans les salles françaises. Pas mal du tout pour un film sud-coréen… À ce jour, The Host figure toujours sur le podium des plus gros succès sud-coréens en France. Mother n’a pas tout à fait fait aussi bien, mais ses 80 000 entrées sont loin d’être déshonorantes pour un film de cette nationalité.

Le plus gros succès de Bong Joon-ho reste Snowpiercer, film américain et cosmopolite qui a attiré 678 000 spectateurs et spectatrices. Il restera sans doute longtemps comme le film le plus vu en France réalisé par un cinéaste sud-coréen, devant Dernier train pour Busan, et The Host, donc. Sauf si Parasite vient tout changer.

Le dernier film de Bong Joon-ho à être sorti jusqu’à l’arrivée de la Palme Parasite se nomme Okja. Mais là, impossible de comptabiliser le nombres de tickets vendus, puisque le film a été diffusé par Netflix, qui reste assez opaque sur ses statistiques. Sélectionné à Cannes mais reparti bredouille (en raison de son étiquette netflixienne ?), le film a vraisemblablement été énormément vu de par le monde. Souhaitons à Parasite de bénéficier autant que possible d’une aura aussi positive. Il faudra cette fois que le public se déplace en salles, ce qui n’est pas une mince affaire.

Articles liés

Julie Bargeton dans Woman is coming – Grand point virgule
Agenda
382 vues
Agenda
382 vues

Julie Bargeton dans Woman is coming – Grand point virgule

Un seule en scène drôle (mais pas que) sur la virilité de la femme et la sensibilité de l’homme. Avec sincérité, malice et émotion Julie se racoNte et se questionne sur la féminité, l’éducation et la virilité. Et si depuis le début...

Un « Coup de Foudre » à la Fondation EDF
Agenda
56 vues
Agenda
56 vues

Un « Coup de Foudre » à la Fondation EDF

Exposition à quatre mains à vivre comme un cadavre exquis, COUP DE FOUDRE est une réaction en chaîne, un foisonnement de propositions artistiques : de la piste de danse aux cabines d’émotions, des pavillons de sensations aux chambres de...

Découvertes estivales à venir avec le lieu éphémère de Villes des Musiques du Monde !
Agenda
48 vues
Agenda
48 vues

Découvertes estivales à venir avec le lieu éphémère de Villes des Musiques du Monde !

L’ association Villes des Musiques du Monde crée un nouveau lieu éphémère au sein des 36 hectares du Fort d’Aubervilliers en juillet pour vivre un été festif et au vert. Au programme: free market, karaoké, bal du 14 juillet Afro Peps,...