0 Shares 566 Views

Bong Joon-ho, roi de Cannes et prince du box-office

Depuis le début de sa carrière, le réalisateur de Parasite réussit l’exploit de s’attirer à la fois les faveurs de la critique et celle du public. Nul doute que sa première Palme d’Or devrait lui permettre de poursuivre sur cette route.

Si on connaît Bong Joon-ho depuis la sortie en salles de Memories of murder en 2004, il faut néanmoins rappeler qu’il ne s’agit pas de son premier film, puisque le cinéaste sud-coréen avait auparavant réalisé Barking dog, sorti chez nous en DVD mais difficilement trouvable sans se ruiner. Primé dans plusieurs festivals (de Cognac à San Sebastian), le film a créé la sensation en France, mais n’a réuni qu’environ 67 000 curieux et curieuses. Et puis la cote du film a monté, encore et encore, jusqu’à lui permettre de connaître une deuxième vie en DVD puis en VOD. Depuis, toute personne prétendant aimer le cinéma coréen a forcément vu ce thriller qui a forcément inspiré le Zodiac de David Fincher.

En 2006, Bong Joon-ho a connu un nouveau coup d’éclat avec The Host, qui a réuni 160 000 personnes dans les salles françaises. Pas mal du tout pour un film sud-coréen… À ce jour, The Host figure toujours sur le podium des plus gros succès sud-coréens en France. Mother n’a pas tout à fait fait aussi bien, mais ses 80 000 entrées sont loin d’être déshonorantes pour un film de cette nationalité.

Le plus gros succès de Bong Joon-ho reste Snowpiercer, film américain et cosmopolite qui a attiré 678 000 spectateurs et spectatrices. Il restera sans doute longtemps comme le film le plus vu en France réalisé par un cinéaste sud-coréen, devant Dernier train pour Busan, et The Host, donc. Sauf si Parasite vient tout changer.

Le dernier film de Bong Joon-ho à être sorti jusqu’à l’arrivée de la Palme Parasite se nomme Okja. Mais là, impossible de comptabiliser le nombres de tickets vendus, puisque le film a été diffusé par Netflix, qui reste assez opaque sur ses statistiques. Sélectionné à Cannes mais reparti bredouille (en raison de son étiquette netflixienne ?), le film a vraisemblablement été énormément vu de par le monde. Souhaitons à Parasite de bénéficier autant que possible d’une aura aussi positive. Il faudra cette fois que le public se déplace en salles, ce qui n’est pas une mince affaire.

Articles liés

Prolongez votre été avec le festival Jazz à la Villette à la rentrée
Agenda
51 vues
Agenda
51 vues

Prolongez votre été avec le festival Jazz à la Villette à la rentrée

Depuis 2002 et sa résurrection sous un nouveau nom, Jazz à la Villette prolonge votre été avec un large éventail musical au sein duquel le pointu côtoie l’inopiné. Été indien ou non, le festival coproduit par La Villette et...

“Tréteaux Nomades”, le festival fête ses 20 ans !
Agenda
61 vues
Agenda
61 vues

“Tréteaux Nomades”, le festival fête ses 20 ans !

Sous le ciel étoilé de fin d’été, venez partager un moment privilégié de théâtre… Depuis 20 ans déjà, le festival itinérant des Arènes de Montmartre Tréteaux Nomades enchante la rentrée parisienne avec deux semaines de spectacles programmés dans des lieux insolites...

Dérives Festival #3 : un voyage au Sénégal
Agenda
60 vues
Agenda
60 vues

Dérives Festival #3 : un voyage au Sénégal

Rythmes percussifs et électroniques, sonorités familières et novatrices, bienvenue en terre #Galsen ! Nouveau continent, nouveau lieu, nouveau format : deux jours complets de festival face aux puces de Saint-Ouen, cinq espaces intérieurs/extérieurs et les artistes les plus talentueux...