0 Shares 937 Views

Bong Joon-ho, roi de Cannes et prince du box-office

Depuis le début de sa carrière, le réalisateur de Parasite réussit l’exploit de s’attirer à la fois les faveurs de la critique et celle du public. Nul doute que sa première Palme d’Or devrait lui permettre de poursuivre sur cette route.

Si on connaît Bong Joon-ho depuis la sortie en salles de Memories of murder en 2004, il faut néanmoins rappeler qu’il ne s’agit pas de son premier film, puisque le cinéaste sud-coréen avait auparavant réalisé Barking dog, sorti chez nous en DVD mais difficilement trouvable sans se ruiner. Primé dans plusieurs festivals (de Cognac à San Sebastian), le film a créé la sensation en France, mais n’a réuni qu’environ 67 000 curieux et curieuses. Et puis la cote du film a monté, encore et encore, jusqu’à lui permettre de connaître une deuxième vie en DVD puis en VOD. Depuis, toute personne prétendant aimer le cinéma coréen a forcément vu ce thriller qui a forcément inspiré le Zodiac de David Fincher.

En 2006, Bong Joon-ho a connu un nouveau coup d’éclat avec The Host, qui a réuni 160 000 personnes dans les salles françaises. Pas mal du tout pour un film sud-coréen… À ce jour, The Host figure toujours sur le podium des plus gros succès sud-coréens en France. Mother n’a pas tout à fait fait aussi bien, mais ses 80 000 entrées sont loin d’être déshonorantes pour un film de cette nationalité.

Le plus gros succès de Bong Joon-ho reste Snowpiercer, film américain et cosmopolite qui a attiré 678 000 spectateurs et spectatrices. Il restera sans doute longtemps comme le film le plus vu en France réalisé par un cinéaste sud-coréen, devant Dernier train pour Busan, et The Host, donc. Sauf si Parasite vient tout changer.

Le dernier film de Bong Joon-ho à être sorti jusqu’à l’arrivée de la Palme Parasite se nomme Okja. Mais là, impossible de comptabiliser le nombres de tickets vendus, puisque le film a été diffusé par Netflix, qui reste assez opaque sur ses statistiques. Sélectionné à Cannes mais reparti bredouille (en raison de son étiquette netflixienne ?), le film a vraisemblablement été énormément vu de par le monde. Souhaitons à Parasite de bénéficier autant que possible d’une aura aussi positive. Il faudra cette fois que le public se déplace en salles, ce qui n’est pas une mince affaire.

Articles liés

Coco : “J’aime laisser le public dans la recherche et dans l’interrogation”
Agenda
193 vues

Coco : “J’aime laisser le public dans la recherche et dans l’interrogation”

Auparavant cadre dans un milieu éloigné de l’art, Karima Guemar, alias Coco, s’est tournée vers l’art abstrait suite à une remise en question professionnelle. Pouvez-vous vous présenter et exposer votre parcours ? Je suis Karima Guemar, alias Coco, et...

Alice Leloup : “La danse classique est une lutte contre la gravité.”
Spectacle
114 vues

Alice Leloup : “La danse classique est une lutte contre la gravité.”

Entretien avec une danseuse de l’Opéra de Bordeaux. Elle nous partage sa découverte de la danse contemporaine, sa vision de danseuse classique, ainsi que le quotidien confiné d’un danseur. Comment as-tu découvert la danse ? Ça a commencé très tôt,...

Le MaMA Festival & Convention 2020 : l’annonce des premiers artistes !
Agenda
118 vues

Le MaMA Festival & Convention 2020 : l’annonce des premiers artistes !

Comment imaginer, projeter, programmer, construire un festival dans un monde à l’arrêt ? Sacré challenge en ces temps bouleversés… Et pourtant, il n’a jamais été autant question du besoin de se retrouver, de partager, d’échanger sur nos métiers, leurs...