0 Shares 828 Views

Césars 2021 – Nos pronostics

Victor Ribeiro 12 mars 2021
828 Vues

Le 12 mars aura lieu la 46e cérémonie annuelle des Césars. À l’aube de cette nouvelle édition nous vous proposons un rapide tour des nommés ainsi que nos favoris, à vos billets car c’est l’heure des paris ! 

Meilleure Actrice : 

  • Laure Calamy pour le rôle d’Antoinette dans Antoinette dans les Cévennes
  • Martine Chevallier pour le rôle de Madeleine dans Deux
  • Virginie Efira pour le rôle de Suze Trappet dans Adieu les cons
  • Camélia Jordana pour le rôle de Daphné dans Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait
  • Barbara Sukowa pour le rôle de Nina Dorn dans Deux

Premier choix compliqué pour la catégorie de la meilleure actrice : Laure Calamy porte néanmoins le film sur ses épaules et semble être la favorite. Attention tout de même à Virginie Efira qui grimpe les échelons année après année ; tourner avec Dupontel pourrait lui conférer un sérieux avantage pour le titre.

Meilleur Acteur : 

  • Sami Bouajila pour le rôle de Fares dans Un fils
  • Jonathan Cohen pour le rôle de Frédéric dans Énorme
  • Albert Dupontel pour le rôle de JB dans Adieu les cons
  • Niels Schneider pour le rôle de Maxime dans Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait
  • Lambert Wilson pour le rôle de Charles de Gaulle dans De Gaulle

Nous sommes plus unanimes pour le meilleur acteur. L’académie est friande des rôles historiques, et après 7 nominations, il mériterait amplement son César. Lecteurs, “Je vous ai compris”.

Meilleure Actrice dans un second rôle : 

  • Fanny Ardant pour le rôle de Caroline dans ADN
  • Valeria Bruni Tedeschi pour le rôle de Madame Gorman dans Été 85
  • Émilie Dequenne pour le rôle de Louise dans Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait
  • Noémie Lvovsky pour le rôle de Marie-Thérèse dans La Bonne Épouse
  • Yolande Moreau pour le rôle de Gilberte Van der Beck dans La Bonne Épouse

Emilie Dequenne, sans hésiter.

Meilleur Acteur dans un second rôle : 

  • Édouard Baer pour le rôle de André Grunvald dans La Bonne Épouse
  • Louis Garrel pour le rôle de François dans ADN
  • Benjamin Lavernhe pour le rôle de Vladimir dans Antoinette dans les Cévennes
  • Vincent Macaigne pour le rôle de François dans Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait
  • Nicolas Marié pour le rôle de M. Blin dans Adieu les cons

Cette année, cette catégorie fait partie des plus rudes. Entouré de beaux noms comme Louis Garrel ou Benjamin Lavernhe, qui s’insinue de plus en plus au premier plan à l’image de Laure Calamy, Edouard Baer nous offre un rôle vif et de grandes envolées improvisées comme lui seul en est capable. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise situation mais, gagner un César, c’en est indubitablement une bonne.

Meilleur Espoir Féminin : 

  • Mélissa Guers pour le rôle de Lise dans La Fille au bracelet
  • India Hair pour le rôle de Lucle dans Poissonsexe
  • Julia Piaton pour le rôle de Victoire dans Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait
  • Camille Rutherford pour le rôle de Chloé dans Felicità
  • Fathia Youssouf pour le rôle de Aminata dans Mignonnes

Julia Piaton crève l’écran pour son rôle. Bien plus que n’importe quel acteur du film d’ailleurs. Elle brille autant que la récompense. Ne dit-on pas “qui se ressemble s’assemble ?”

Meilleur Espoir Masculin : 

  • Guang Huo pour le rôle de Jin dans La Nuit venue
  • Félix Lefebvre pour le rôle de Alexis Robin dans Été 85
  • Benjamin Voisin pour le rôle de David Gorman dans Été 85
  • Alexandre Wetter pour le rôle de Alex dans Miss
  • Jean-Pascal Zadi pour son propre rôle dans Tout simplement noir

Sur tous les fronts pour le projet, Jean-Pascal Zadi mérite un césar pour l’ensemble de son oeuvre. Son jeu d’acteur complètement décalé a de quoi séduire le jury.

Meilleur Scénario Original : 

  • Albert Dupontel pour Adieu les cons
  • Caroline Vignal pour Antoinette dans les Cévennes
  • Emmanuel Mouret pour Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait
  • Filippo Meneghetti et Malysone Bovorasmy pour Deux
  • Benoît Delépine et Gustave Kervern pour Effacer l’historique

Albert Dupontel est une pointure dans le cinéma Français. Déjà lauréat pour 9 mois Ferme, il risque de gagner une fois de plus pour sa fable cynique.

Meilleure adaptation : 

  • Olivier Assayas pour Cuban Networkd’après le livre Os Últimos Soldados da Guerra Fria de Fernando Morais
  • Hannelore Cayre et Jean-Paul Salomé pour La Daronned’après le livre La Daronne de Hannelore Cayre
  • François Ozon pour Été 85d’après le livre Dance on My Grave de Aidan Chambers
  • Stéphane Demoustier pour La Fille au braceletd’après le film Acusada de Gonzalo Tobal
  • Éric Barbier pour Petit Paysd’après le livre Petit Pays de Gaël Faye

Cuban Network est absolument un coup de cœur pour l’équipe de rédaction cependant, le projet d’Ozon date de plusieurs années et semble le plus à même de remporter le César. On espère sincèrement se tromper.

Meilleurs costumes : 

  • Mimi Lempicka pour Adieu les cons
  • Madeline Fontaine pour La Bonne Épouse
  • Hélène Davoudian pour Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait
  • Anaïs Romand et Sergio Ballo pour De Gaulle
  • Pascaline Chavanne pour Été 85

Comme souvent aux Césars, tout comme aux Oscars, ce sont les films historiques qui raflent les meilleurs costumes. Cette année ne sera pas une exception et ce n’est pas volé : les costumes sont incroyables.

Meilleure Photographie : 

  • Alexis Kavyrchine pour Adieu les cons
  • Antoine Parouty et Paul Guilhaume pour Adolescentes
  • Simon Beaufils pour pour Antoinette dans les Cévennes
  • Laurent Desmet pour Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait
  • Hichame Alaouié pour Été 85

Nous n’avons pas aimé le film, mais au moins on a su apprécier la photographie.  Ozon remportera bien au moins une récompense, nous parions sur celle-ci.

Meilleurs Décors : 

  • Carlos Conti pour Adieu les cons
  • Thierry François pour La Bonne Épouse
  • David Faivre pour Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait
  • Nicolas de Boiscuillé pour De Gaulle
  • Benoît Barouh pour Été 85

Une fois de plus, les films historiques partent favoris. Nous ne serons pas surpris d’une nouvelle victoire pour De Gaulle. Troisième récompense pour le film de Lambert Wilson.

Meilleur Montage :

  • Chistophe Pinel pour Adieu les cons
  • Tina Baz pour Adolescentes
  • Annette Dutertre pour Antoinette dans les Cévennes
  • Martial Salomon pour Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait
  • Laure Gardette pour Été 85

En terme de montage, la vitesse et la fluidité de Christophe Pinel est un cas d’école. Le monteur attitré mérite le César après trois nominations auprès de Dupontel.

Meilleur Son : 

  • Jean Minondo, Gurwal Coïc-Gallas et Cyril Holtz pour Adieu les cons
  • Yolande Decarsin, Jeanne Delplancq, Fanny Martin et Olivier Goinard pour Adolescentes
  • Guillaume Valex, Fred Demolder et Jean-Paul Hurier pour Antoinette dans les Cévennes
  • Maxime Gavaudan, François Mereu et Jean-Paul Hurier pour Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait
  • Brigitte Taillandier, Julien Roig et Jean-Paul Hurier pour Été 85

Il fallait une prise de son du tonnerre pour réussir la prouesse de tourner exclusivement en campagne. Preuve en est, il aura fallu trois personnes pour gérer le tournage d’Antoinette dans les Cévennes. 

Meilleure Musique Originale : 

  • Christophe Julien pour Adieu les cons
  • Stephen Warbeck pour ADN
  • Mateï Bratescot pour Antoinette dans les Cévennes
  • Jean-Benoît Dunckel pour Été 85
  • Rone pour La Nuit venue

Chaque année, au moins une des sélections ne nous transcende pas. Aucune bande originale ne nous a marqués.

Meilleur Premier Film : 

  • Deux de Filippo Meneghetti
  • Garçon chiffon de Nicolas Maury
  • Mignonnes de Maïmouna Doucouré
  • Tout simplement noir de Jean-Pascal Zadi
  • Un divan à Tunis de Manele Labidi

Tout Simplement Noir jouit d’une sacré réputation et est sans aucun doute le favori. Cependant, Un Divan à Tunis est notre chouchou de cette édition. Manele Labidi réalise un excellent premier film. Notre critique est d’ailleurs disponible sur ArtistikRezo. On croise les doigts.

Meilleur Film d’Animation : 

  • Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary de Rémi Chayé
  • Josep de Aurel
  • Petit Vampire de Joann Sfar

Il n’y a que 3 longs-métrages d’animation cette année dans la sélection. Outre le fait que le reste soit des courts-métrages, nous cherchons à pointer du doigt la médisance de l’académie envers tout un pan du cinéma : l’animation est un pan du cinéma tout aussi important que le reste, il serait temps de le considérer comme tel. Petit Vampire devrait gagner par dépit malheureusement.

Meilleur Documentaire : 

  • Adolescentes de Sébastien Lifshitz
  • La Cravate de Etienne Chaillou et Mathias Théry
  • Cyrille, agriculteur, 30 ans, 20 vaches, du lait, du beurre, des dettes de Rodolphe Marconi
  • Histoire d’un regard de Mariana Otero
  • Un pays qui se tient sage de David Dufresne

Le seul court-métrage à avoir fait du bruit. Comme un pavé dans la marre, Adolescentes devrait aussi gagner par dépit. Triste jury.

Meilleur Film Etranger : 

  • 1917 de Sam Mendes • Drapeau des États-Unis États-Unis• Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
  • La Communion de Jan Komasa • Drapeau de la Pologne Pologne• Drapeau de la France France
  • Dark Waters de Todd Haynes • Drapeau des États-Unis États-Unis
  • Drunk de Thomas Vinterberg • Drapeau du Danemark Danemark
  • Eva en août de Jonás Trueba • Drapeau de l'Espagne Espagne

1917 est le grand favori. Sa réputation grâce aux Oscars n’est plus à refaire. Attention toutefois à l’ovni Drunk. Vinterberg réalise un de ses meilleurs films cette année en s’appuyant sur un excellent Mads Mikkelsen. On espère que l’ogre hollywoodien ne volera pas la vedette au petit poucet danois.

Meilleure Réalisation :

  • Albert Dupontel pour Adieu les cons
  • Maïwenn pour ADN
  • Sébastien Lifshitz pour Adolescentes
  • Emmanuel Mouret pour Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait
  • François Ozon pour Été 85

Meilleur Film : 

  • Adieu les cons de Albert Dupontel, produit par Catherine Bozorgan
  • Adolescentes de Sébastien Lifshitz, produit par Muriel Meynard
  • Antoinette dans les Cévennes de Caroline Vignal, produit par Laetitia Galitzine et Aurélie Trouvé-Rouvière
  • Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait de Emmanuel Mouret, produit par Frédéric Niedermayer
  • Été 85 de François Ozon, produit par Nicolas et Éric Altmayer

Pour la fin, nous avons décidé d’être audacieux. Rarement la meilleure réalisation et le meilleur film ont été attribué à la même personne. Adieu les cons semble être le film sur lequel il faut compter cette année, le mastodonte qui risque de tout rafler sur son passage. On le voit ainsi subtiliser les deux récompenses les plus importantes au nez et à la barbe de leurs adversaires. Monsieur Dupontel, c’est votre année.

Victor Ribeiro

Articles liés

“Projet E.Doll #1” : le premier solo show de Softwix à la Galerie Artistik Rezo
Agenda
38 vues

“Projet E.Doll #1” : le premier solo show de Softwix à la Galerie Artistik Rezo

La Galerie Artistik Rezo accueille Softwix pour une première exposition personnelle du 3 au 30 juin 2021. À travers cette première exposition, on retrouvera les E.Dolls que l’artiste colle depuis 2015 sur les murs qui s’offrent à elle. Ces...

Yoann Bac : entre réel et virtuel
Art
102 vues

Yoann Bac : entre réel et virtuel

Entre peinture, fond vert et incrustation numérique, les toiles de Yoann prennent vie et nous transportent dans une autre dimension. Rencontre avec un artiste innovant qui n’a pas fini de vous surprendre.  Est-ce que tu peux te présenter ?  Je m’appelle...

Il Mio Corpo – Un documentaire de Michele Pennetta
Agenda
61 vues

Il Mio Corpo – Un documentaire de Michele Pennetta

Sous le soleil de Sicile, Oscar récupère de la ferraille avec son père. À l’autre bout de la ville, Stanley le Nigérian vivote grâce aux petits travaux donnés par le prêtre de la paroisse. Tous deux ont le même...