0 Shares 1209 Views

“Chien”, le nouveau Samuel Benchetrit

Chien, Photo Vincent Macaigne © Paradis Films

Chien, le nouveau film de Samuel Benchetrit flirte avec l’absurde pour narrer la lente métamorphose d’un homme en chien. Un regard lucide, mais non dénué de bienveillance, sur les rapports humains. Sortie le 14 mars prochain.

Jacques Blanchot, personnage prétexte

« Jacques Blanchot n’est, en fait, ni sympathique, ni antipathique. Juste indifférent » : voilà comment Samuel Benchetrit parle de son personnage, à qui le public peut rapidement coller une étiquette : celle du chien obéissant, justement. En lui se confrontent en effet plusieurs idées : acceptation, adversité, soumission, déclassement.

Dans ce film, le personnage interprété par Vincent Macaigne croit les gens. Il ne se prête pas à la suspicion, au combat du tous contre tous, car il croit sincèrement chacun. Le film commence lorsque sa femme l’évince, sous prétexte qu’elle est devenue physiquement allergique à sa présence. Blanchot n’est ni vexé, ni perplexe. Il croit sa femme et veut à tout prix qu’elle se porte bien. Il part donc vivre à l’hôtel. La force du récit tient dans la difficulté à suivre le cheminement interne du personnage, qui accepte chaque situation sans énervement ni lassitude. Il accepte l’humiliation et reste souriant face au pire.

Chien, le délicieux risque de l’absurde

Lors de la projection presse, plusieurs spectateurs sont partis avant la fin, lassés ou agacés devant un film qui ne s’adresse définitivement pas à tout le monde : « Ce roman me paraissait totalement inadaptable, en particulier sa deuxième partie où mon personnage se métamorphose en chien », explique Samuel Benchetrit. En revanche, les amateurs d’absurde y trouveront leur compte.

Tout le défi de cette métamorphose est de la présenter par paliers successifs afin que le spectateur puisse comprendre la trajectoire vers laquelle le personnage se destine. Le jeu de Macaigne aide la compréhension. On visualise peu à peu sa bonhomie virer à l’extrême, jusqu’à atteindre une résignation qui paraît ensuite presque naturelle. Bien sûr, le film contient une part de violence, que le couple Macaigne-Lanners justifie par une relation maître-chien rendue très réaliste, et absolument fascinante, pour qui apprécie le cinéma de ce réalisateur. Admirateurs de l’originalité de l’imaginaire de Benchetrit, foncez-y !

Articles liés

Les rencontres d’Arles 2018
Agenda
22 vues
Agenda
22 vues

Les rencontres d’Arles 2018

Avec environ 30 expositions, les Rencontres d’Arles s’affirment comme un observatoire de la création actuelle et des pratiques photographiques. Des rapprochements au sein de la programmation se déclinent comme des séquences. Ils permettent d’identifier des rubriques et favorisent, année après année, un suivi au plus près des évolutions de la photographie… Départ imminent pour la […]

Electric Sideshow – Vice – Cirque Electrique
Agenda
71 vues
Agenda
71 vues

Electric Sideshow – Vice – Cirque Electrique

Concert de Cirque entre l’irrévérence de la contre-culture et l’étrangeté du Sideshow, le Cirque Electrique plonge dans les souterrains des envies indociles… Sous la toile du vieux chapiteau : un monde, un univers, une hétérotopie où douce violence et joyeux désordre se coudoient avec impertinence. Podium central. Public debout. Feulement d’amplis. Crissement de talons. Gestes […]

Trois contes de Borges – En salle le 4 juillet
Agenda
24 vues
Agenda
24 vues

Trois contes de Borges – En salle le 4 juillet

Les Trois contes de Borges adaptent, dans leur langue originale, trois textes du célèbre écrivain argentin Jorge Luis Borges : El otro, El disco et El libro de arena. Trois récits fantastiques où se monnaient les objets de l’éternité qui, à portée de main, mettent en péril nos rapports au temps, à l’image, au langage. […]