0 Shares 722 Views

L’Heure de la sortie – un film de Sébastien Marnier

Orianne JOUY 10 janvier 2019
722 Vues

(c) Laurent Champoussin

Pour ce second film, Sébastien Marnier signe une création singulière porteuse d’un message fort. L’heure de la sortie, adaptée du roman de Christophe Dufossé (2002), est l’histoire prenante d’une rencontre entre un professeur de français remplaçant et une classe d’élèves désarçonnants.

© Laurent Champoussin

 

Une rencontre explosive

Pierre Hoffman (Laurent Lafitte) est professeur de français suppléant. C’est au prestigieux collège de Saint-Joseph qu’il intervient, à la suite du suicide d’un professeur s’étant défenestré en plein cours. Il rencontre alors les élèves surdoués de la 3ème 1, classe pilote.

Comment enseigner à des élèves d’une telle maturité ? Comment communiquer avec le monde adolescent si opaque ? Comment expliquer leur attitude fermée et pessimiste ? Face à l’hostilité diffuse et la violence sourde qui émane d’un petit groupe, le professeur inquiet cherche à comprendre leur comportement. Quel est le secret qui soude à ce point ce groupe de jeunes élèves ? Comment se fait-il qu’ils aient perdu tout espoir en l’avenir ?

Immersion dans un univers haletant

Sébastien Marnier s’affranchit des genres avec un film qui mêle peur, trouble et fantastique. Le film refuse de trancher et garde le spectateur en alerte jusqu’au dénouement grâce à une narration soutenue et guidée par la bande originale créée par le groupe Zombie Zombie (Étienne Jaumet, Cosmic Neman, Jérome Lorichon), pour sa seconde collaboration avec Sébastien Marnier. À mi-chemin entre les ambiances musicales si spécifiques de John Carpenter et la modernité de Stranger Things, Zombie Zombie ponctue l’image avec son synthé rétro et crée une matière sonore invasive et anxiogène.

Une histoire porteuse d’un message fort

Ce qui fait la force de L’Heure de la sortie, c’est son message social, politique, environnemental. En adaptant le roman de Christophe Dufossé, Sébastien Marnier a dû s’adapter aux inquiétudes nouvelles et contemporaines pour reproduire dans le microcosme de la salle de classe, les enjeux actuels les plus alarmants. Il s’agit de la confrontation entre un monde illusoirement lisse ou bien portant et une jeunesse désabusée. Comment peut-on croire en un avenir meilleur lorsque l’on constate la violence et l’absurdité de nos sociétés ? Face à cette jeunesse bien trop consciente du monde dans lequel elle vit, ne s’oppose qu’un corps enseignant (un corps politique) indifférent et aveugle qui assimile cette colère montante anormale aux effets de l’adolescence.

 

Orianne JOUY

Articles liés

Boule et son nouvel album à l’Auguste Théâtre !
Agenda
206 vues
Agenda
206 vues

Boule et son nouvel album à l’Auguste Théâtre !

Boule nous revient le 24 mai avec son second album Appareil Volant Imitant l’Oiseau Naturel et une vaste tournée. Aux manettes, on retrouve le duo Robin Leduc – Cyrus Hordé (Gauvain Sers, Revolver). À travers des anecdotes autobiographiques, Boulepropose...

Une nature morte dans un fossé revient au Théâtre du Gymnase !
Agenda
24 vues
Agenda
24 vues

Une nature morte dans un fossé revient au Théâtre du Gymnase !

Cette pièce est l’histoire du meurtre d’Elisa Orlando. C’est l’histoire de la violence faite aux femmes immergées dans un monde d’hommes. Un patelin paumé entre Gènes et Milan. La nuit. Boy rentre de boite. Emboutit la voiture dans un arbre. Descend, fait quelques pas,...

La Nuit de l’ICART 9e édition : la fête de la musique
Agenda
248 vues
Agenda
248 vues

La Nuit de l’ICART 9e édition : la fête de la musique

Depuis 11 ans, les étudiants en management culturel et marché de l’art de l’ICART animent leur campus parisien avec un événement de taille. Cette année, la Nuit de l’ICART fournit l’occasion de célébrer la fête de la musique avec...